6 femmes au départ de La Solitaire URGO Le Figaro

Cecile Laguette
Cecile Laguette. photo: A. Courcoux

Les femmes seront 6 au départ de la Solitaire URGO Le Figaro 2017. Un record depuis la création de la course.

6 femmes prendront le départ de La Solitaire Urgo Le Figaro. 6 femmes parmi les 43 concurrents inscrits cette année.

nathalie-criou
nathalie-criou. Photo: DR

« C’est la première fois qu’il y a autant de filles sur La Solitaire URGO Le Figaro et c’est vraiment sympa. Plus nous sommes nombreuses et plus cela donne envie à d’autres d’y participer, car ça prouve que c’est possible. On s’entend bien entre filles, il y a une certaine solidarité. D’ailleurs, je connaissais déjà la plupart de mes concurrentes avant », se réjouit Justine Mettraux (Teamwork), actuellement 16e au classement provisoire du Championnat de France Elite de Course au Large en Solitaire après trois épreuves.

Un avis partagé par Mary Rook (Inspire +), qui estime que « c’est toujours une bonne chose de voir des femmes à

Mary Rook,
Mary Rook, Photo: DR

haut niveau dans le sport, surtout en voile », et qui espère que d’autres leur emboiteront le pas dans les années à venir. D’ailleurs, selon elle, la meilleure manière d’assurer la relève une fois son propre apprentissage terminé, sera « d’aider d’autres femmes à progresser par le biais de l’équipage ».

Même constat du côté d’Alexia Barrier (PIQD.com), qui se félicite que la gente féminine soit aussi bien représentée sur la « reine des solitaires », à laquelle elle participera pour la 1ère fois. « C’est canon que les filles arrivent à trouver des budgets pour participer à de belles courses. Pour nous, le problème principal est souvent de réussir à financer nos projets. Par contre, je regrette qu’il n’y ait pas de classement féminin pour valoriser notre participation. Même nous sommes fière de courir à armes égales avec ‘ces messieurs’, ce serait un joli coup de projecteur pour mettre nos projets en avant ».

Une course à armes égales

justine-mettraux
justine-mettraux. Photo: A. Courcoux

Si à terre, la bonne ambiance est toujours de mise entre les filles, une fois en mer, la solidarité féminine fait place à la compétition. « On a la chance de courir en mixte. La voile est un des seuls sports qui le permette, mais nous restons des compétitrices. Une fois le départ donné, peu importe que l’on navigue contre un homme ou une femme, c’est bien 42 adversaires que j’aurais en face de moi le 4 juin prochain », rappelle Cécile Laguette (Eclisse). « Le Figaro est un bateau abordable pour les femmes. On arrive à pallier la différence physique en utilisant des techniques légèrement différentes. Quoi qu’il en soit, la force physique n’est pas déterminante sur ce support. La gestion du sommeil, la stratégie et la navigation pèsent bien plus dans la balance. C’est le skipper et son entrainement qui font la différence. C’est ce qui fait tout l’intérêt de la Classe Figaro Bénéteau », indique de son côté Sophie Faguet (Porsche – Corben).

« Cela ne fait aucune différence. Les filles naviguent un peu différemment. On réfléchit peut-être un peu plus avant de faire une manœuvre, parce que c’est plus dur pour nous de se dépêtrer dans les spis plein d’eau (rire), mais sinon, un marin est marin, tout aussi insignifiant à l’échelle de l’océan », confirme de son côté Nathalie Criou (Richemond Yacht Club Foundation).

A trois semaines du coup d’envoi de la course, Sophie Faguet, Mary Rook, Justine Mettraux, Cécile Laguette, Alexia Barrier et Nathalie Criou ont d’ores et déjà les yeux rivés vers Bordeaux, d’où sera donné le départ de la 48e édition de La Solitaire URGO Le Figaro. Une édition 2017 sur laquelle elles espèrent bien rivaliser avec la concurrence masculine et atteindre les objectifs qu’elles se sont fixées.

Le point sur leurs objectifs :

Mary Rook (Inspire +) : « Mon objectif est plus qualitatif que quantitatif. Pour moi, bien faire les petites choses

sera une belle réussite. J’adorerais être dans la première moitié du tableau, mais le plus important pour moi est d’apprendre, y compris de mes erreurs ».

Justine Mettraux (Teamwork) : « Pour l’instant j’ai fait le meilleur début de saison chez les filles, mais je pense que j’étais probablement la mieux préparée d’entre nous. Cela dit, il n’y a pas de classement spécifique féminin, ce n’est donc pas une fin en soi ».

Cécile Laguette (Eclisse) : « C’est ma 2ème Solitaire. J’espère capitaliser sur l’expérience acquise l’an dernier, où j’étais dans une phase d’apprentissage. Cette année, je suis plus axée sur la performance. J’ai envie de bien faire, de tout donner et de ne rien laisser en mer, et surtout d’être contente de mon résultat sur chaque étape ».

Alexia Barrier (PIQD.com) : « Je participe à ma 1ère Solitaire cette année. Un podium chez les bizuths serait très satisfaisant. Je n’ai pas eu beaucoup le temps de m’entraîner, mais je connais un peu le support pour avoir fait deux Transats AG2R LA MONDIALE et j’ai également une bonne expérience de la course au large ».

Nathalie Criou (Richemond Yacht Club Foundation) : « Mon premier objectif est de terminer la course, car pour moi, pouvoir être au départ de cette course est déjà un défi en soi. Je régate depuis longtemps et j’ai plus de 20.000 milles de navigation au large à mon actif. J’ai tout de même un objectif personnel, qui est d’essayer d’être pas trop mal placée chez les bizuths/amateurs. Je regarde aussi la course étape par étape puisque je suis tout au début de ma progression en Figaro. La 1ère étape va surement être plutôt mauvaise, mais j’espère que d’ici la 4ème, je commence à devenir quelqu’un d’intéressant à suivre ».

Sophie Faguet (Porsche – Corben) : « Ce qui va être le plus difficile pour moi, c’est le manque d’entraînement étant donné que je n’ai pas navigué en Figaro cet hiver. J’ai seulement pris part à la Solo Normandie et à la Solo Maître CoQ en début de saison. Si j’avais pu m’entraîner comme l’an dernier, mon objectif aurait été d’entrer dans les 15 premiers. Pour le moment, j’ai un peu de mal à me situer dans la flotte. J’aimerais tout de même figurer dans la première partie du tableau, ce qui ne sera pas simple au vu de la concurrence ».



1 Rétrolien / Ping

  1. Xavier Macaire, sur la Solitaire pour gagner - Mers & Bateaux

Laisser un commentaire