Acheter un voilier d’occasion

voilier d'occasion a vendre

Acheter un voilier d’occasion est une décision importante. Avant toute transaction, quelques règles et vérifications s’imposent.

Acheter un voilier d’occasion est, à chaque fois, un moment ou la passion tend à l’emporter sur la raison. Afin d’éviter les déceptions et les déconvenues, il est important de ne pas se presser, de ne pas se précipiter sur l’affaire du siècle, d’avoir peur de louper son coup de cœur et de bien réfléchir à son programme.

Le Budget

La première chose à envisager est le budget. Si le coût du bateau, à l’achat, est une évidence dans le choix d’un voilier,voiliers sur ponton le coût de l’entretien n’est pas à oublier. En effet, un petit voilier transportable et un voilier de 9-10 mètres n’auront pas la même incidence sur le portefeuille tout au long de l’année. Il est important d’envisager les différents coûts fixes, comme la place de port, l’assurance ou l’hivernage, l’équipement. Le coût d’un carénage sera fonction de la longueur du bateau (un pot d’antifouling n’est pas donné,…). Prévoir aussi les différents postes à remplacer, dans les années à venir, comme les bouts, le gréement, voir le moteur.

Le programme

Et en voici une bonne question. Et là, force est de constater que le programme n’est pas toujours bien clair dans la tête des acheteurs… Ou, quand et avec qui je vais naviguer ??? Grande question. Faire du cabotage, envisager des croisières estivales, naviguer toute l’année ? Régate ou transat ? Et naviguer avec qui ? Madame…ou Monsieur, viendra souvent sur le bateau ? Les enfants seront-ils intéressés ? Toutes ces questions sont très importantes et conditionneront le type de bateau acheté et sa longueur. Acheter un voilier de 12 mètres pour, in fine, naviguer seul et sans son conjoint et ses enfants n’est pas forcément raisonnable. Acheter un quillard si on a pas de place au port et qu’on navigue en Bretagne, dans le Golfe du Morbihan par exemple, non plus. C’est le bateau qui doit s’adapter au programme du skipper et pas l’inverse…

Le contrôle du bateau

Enfin, quand le choix de bateau a été fait, en fonction des critères ci-dessus, il ne reste plus qu’à trouver le meilleur compromis, la perle rare. Visiter les sites d’annonces généralistes ou spécialisés sur les bateaux d’occasion est évidemment indispensable. Mais pensez à visiter les pontons, contacter les chantiers d’hivernage. Et quand le voilier idéal est trouvé, il faut le contrôler. Si une expertise est presque ‘indispensable voir obligatoire pour certaines compagnies d’assurance, un premier contrôle évitera d’engager des frais pour rien. L’idéal est de se faire accompagner par une personne qui aura un oeil plus critique que vous, avec plus de raison… cela peut être ami mais aussi un courtier. Les courtiers ont l’avantage de connaître le marché, les prix et sont maintenant très souvent des professionnels reconnus qui maîtrisent les différents domaines d’un bateau.

Les points à contrôler sont :

  • Le gréement. Vérifiez l’étai, les cadènes, les câbles, les factures de remplacement. Si il a plus de 15 ans, ne vous posez pas de question, il sera à changer.
  • Le moteur. Faite le démarrer à froid, contrôlez les fumées, demandez les factures d’entretien,
  • Les oeuvres vives (quille, dérive et son axe, osmose, trace de restratification, axe de quille,…).
  • Les varangues. Vérifiez bien qu’elles n’ont pas bougées, si la peinture les recouvrant n’est pas écaillée parallèlement à la varangue à ces dernières.
  • L’étanchéité autour des hublots, sous le pont (vis des chandeliers,…). Une infiltration sur le pont peut entraîner un délaminage du pont.
  • Bref, passez du temps à visiter tous les coins du bateau, prenez des photos que vous regarderez à tête reposée.

 



1 Rétrolien / Ping

  1. Régater sans avoir de voilier - Regatta Spirit

Laisser un commentaire