Acheter un voilier d’occasion

Acheter un voilier d’occasion est une décision importante. Avant toute transaction, quelques règles et vérifications s’imposent.

Acheter un voilier d’occasion est, à chaque fois, un moment ou la passion tend à l’emporter sur la raison. Afin d’éviter les déceptions et les déconvenues, il est important de ne pas se presser, de ne pas se précipiter sur l’affaire du siècle, d’avoir peur de louper son coup de cœur et de bien réfléchir à son programme. Passez beaucoup de temps entre les sites d’annonces de bateaux et les ballades sur les pontons et chantiers.

ne restez pas seul, si beaucoup de voiliers sont à vendre par les propriétaires, directement, n’hésitez pas à vous tourner vers les chantiers navals et les courtiers, ou yachtbrokers. Ces professionnels du nautisme pourront vous accompagner dans l’achat de votre voilier et seront de bons conseils…sans payer plus chère.

Alors quel est la bonne méthode pour acheter un voilier d’occasion, quels sont les bons critères? Et quand vous avez trouvé votre futur bateau, quels sont les points à contrôler sur un voilier d’occasion?

Le Budget pour votre futur voilier d’occasion

La première chose à envisager est le budget. Si le coût du bateau, à l’achat, est une évidence dans le choix d’un voilier,voiliers sur ponton le coût de l’entretien n’est pas à oublier. En effet, un petit voilier transportable, comme un Jeanneau Tonic 23, et un voilier de 9-10 mètres , comme un Jeanneau Attila, n’auront pas la même incidence sur le portefeuille tout au long de l’année.

Il est important d’envisager les différents coûts fixes, comme la place de port, l’assurance ou l’hivernage, l’équipement. Le coût d’un carénage sera fonction de la longueur du bateau (un pot d’antifouling n’est pas donné,…). Prévoir aussi les différents postes à remplacer, dans les années à venir, comme les bouts, le gréement, voir le moteur.

Le programme de navigation

Et en voici une bonne question. Et là, force est de constater que le programme n’est pas toujours bien clair dans la tête des acheteurs… Ou, quand et avec qui je vais naviguer ??? Grande question. Faire du cabotage, envisager des croisières estivales, naviguer toute l’année ? Régate ou transat ? Et naviguer avec qui ? Madame…ou Monsieur, viendra souvent sur le bateau ? Les enfants seront-ils intéressés par la voile ?

Toutes ces questions sont très importantes et conditionneront le type de bateau acheté et sa longueur. Acheter un voilier de 12 mètres pour, in fine, naviguer seul et sans son conjoint et ses enfants n’est pas forcément raisonnable. En effet, naviguer seul sur un Sun Odyssey 44 ou un First 40 ne sera pas toujours simple.

Acheter un quillard si on a pas de place au port et qu’on navigue en Bretagne, dans le Golfe du Morbihan par exemple, non plus. C’est le bateau qui doit s’adapter au programme du skipper et pas l’inverse…

Le contrôle du voilier d’occasion

Acheter un voilier d’occasion n’est pas une décision qui doit être prise sur un coup de tête ou un coup de cœur. Bien choisir son voilier est une décision qui doit être raisonnée. De nombreux points sont à contrôler avant d’acheter. L’achat d’un voilier est le fruit, souvent, de nombreuses années d’efforts et d’économies. Si le budget est acquis et bien cadré, autant éviter les mauvaises surprises qui pourraient faire gonfler la note. Dans le même temps, un bateau de croisière ou de régate, que ce soit un monocoque ou un multicoque, comme un catamaran, ne demanderont pas les mêmes points d’attention.

Contrairement à l’automobile, dans le nautisme, le contrôle technique n’existe pas, pour le moment. Quand vous achetez un bateau, vous n’avez qu’un historique déclaratif du propriétaire, et les factures liées à l’entretien. Comme la confiance n’exclue pas le contrôle, et que payer un expert à chaque visite de bateau va vite rendre l’opération onéreuse, il est indispensable de contrôler, soi même ou avec une connaissance au regard neutre, plusieurs points du voilier. Voyons les points à vérifier avant d’acheter un voilier.

Dans tous les cas, un bateau d’occasion doit être contrôlé à flot et à sec, ceci afin de contrôler les œuvres vives et les éventuelles voies d’eau ainsi que le moteur.

Sous la coque et fond de cale

  • Les passe-coques et les vannes. Vérifiez leur étanchéité, bateau à flot.

  • Gouvernail, mèche de gouvernail et tube de jaumière. Vérifiez s’il y a du jeu dans la barre.

  • Voile de quille, bulbe et boulons.

  • Bien inspecter la coque, repérer les traces de reprises de gelcoat, signes éventuels de travail sur la structure, la présence d’osmose.

Sur le pont

  • Contrôlez la coque, les reprises de gelcoat,…

  • Fixations de davier, balcons, chandelier et leur embase. Si des signes de faïençages ne sont pas un défaut en soi, bien vérifier que la structure est encore solide et que balcons et chandeliers ne bougent pas, que les fixations sont toujours étanches.

  • Vérifiez tout l’accastillage fixe comme les taquets, les winchs.

  • Contrôlez l’accastillage, les poulies, le gréement courant. Ce sont des petits frais qui montent vite.

  • Le gréement dormant. Contrôlez les cadènes, haubans, galhaubans,… les premiers signes de fatigue, ou les gendarmes, se trouvent souvent juste en bas du hauban, à sa terminaison avant le ridoir. Le vit de mulet. L’enrouleur et surtout l’étai qui souffre beaucoup. Préconisation : dans tous les cas, changez l’étai.

  • La filière.

  • Bien vérifier les voiles, leur tissu, les coutures, les oillets.

  • Etanchéité des capots, des hublots.

Dans la cabine

  • Etanchéité des hublots, des fixations de chandeliers et balcons ( passez un coup de jet pour repérer les fuites).

  • Local moteur. Repérez les fuites d’huile, la propreté des fonds, l’état du press etoupe.

  • Soulevez impérativement les fonds de cale, leur état est représentatif de la rigueur du propriétaire

  • Les varangues. Un éclatement de la peinture, dans le sens de la longueur, est un signe « éventuel » de talonnage.

  • Le circuit électrique.

  • Le fonctionnement des toilettes.

  • Si contre cloison, vérifiez qu’il n’y a pas de fissure pouvant endommager la structure du bateau.

  • Les pompes de cale.

L’équipement

  • L’électronique, la VHF, les GPS, loch, speedo, sondeur,…

  • Les cartes, documents,…

  • L’équipement de sécurité.

  • le mouillage
  • Tout ce que vous souhaiterez négocier….

Voilà un bref aperçu des points à vérifier sur un bateau, avant d’acheter et, éventuellement, de contacter un expert. La liste est longue mais indispensable, et j’ai sans doute oublié des choses. Dites le moi…

Retrouver le dossier complet sur le bon choix d’un bateau avant d’acheter

et trouver votre futur voilier sur nos annonces.

at felis amet, risus. ipsum leo