Aymeric Chappellier et ses coéquipiers, vainqueurs du défi Atlantique

class40 aina enfance et avenir
photo: Christophe Breschi
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Aymeric Chappellier, Rodrigue Cabaz et Éric Quesnel ont remporté le défi Atlantique, à bord de leur Class40 AINA Enfance et Avenir.

C’est une belle victoire qui permet de bien lancer la saison pour Aymeric Chappelier et son équipe. Team AINA Enfance et Avenir remporte le Défi Atlantique, la course retour de la Route du Rhum. Cette course se parcourait en deux étape de la Guadeloupe à La Rochelle, en passant par Horta. Le trio remporte cette transat retour devant Earendil (Catherine Pourre – Pietro Luciani) et Made in Midi (Kito de Pavant – Alex Pella).

Une première étape bénéfique pour Aina Enfance et Avenir


Si la première étape de 2 300 milles entre Pointe-à-Pitre et Horta s’était impeccablement déroulée pour l’équipage d’AINA Enfance et Avenir qui avait alors mené la course au bout au bout avant de s’imposer avec une belle avance de neuf heures sur ses poursuivants les plus proches, la deuxième s’est montrée plus délicate.

De fait, Aymeric Chappellier, Rodrigue Cabaz et Éric Quesnel ont été confrontés à l’explosion de leur grand spi. Une avarie qui les a largement handicapés pendant deux jours, les obligeant à réparer régulièrement et les empêchant de naviguer pied au plancher, avant toutefois de se relancer dans le match une fois les allures portantes nécessitant la fameuse « bulle » remplacées par des allures plus serrées.

equipage aina enfance et avenir
photo: Christophe Breschi

« A partir du moment où tout le monde a rangé le spi, on est revenu au score et on a tenu les leaders en haleine jusqu’à la fin. On ne leur a jamais lâché la bride et on les a maintenus sous pression jusqu’au passage de ligne. Ils nous ont avoué à l’arrivée qu’on leur avait vraiment donné du fil à retordre et qu’ils n’avaient pas quitté l’AIS des yeux lors des derniers milles. On a vraiment bossé pour essayer de les avoir. Un peu avant l’île d’Yeu, on s’est retrouvé à vue avec eux et on a vraiment fini le couteau entre les dents. On a poussé, poussé… on a vraiment cru qu’on allait finir par se les faire car ils étaient moins rapides que nous à ce moment-là. Ils ont vraiment eu chaud et ils ont bien senti qu’on ne se relâchait pas une seconde malgré le froid et la fatigue », a commenté Aymeric qui espérait naturellement enfoncer le clou en s’octroyant une deuxième victoire d’étape, mais aussi arriver en tête à La Rochelle, son territoire.

Entretien TB Presse



Ronan Yhuel
A propos Ronan 601 Articles
responsable de la publication de ce site. plaisancier du dimanche assumé, amoureux de la mer, de nos côtes et des voiliers.

Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.