Le classement de la New York Vendée

imoca au pole finistere
photo. C. Chardon

Jérémie Beyou (Maître CoQ), Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) et Alex Thomson (Hugo Boss), forment toujours le trio de tête de cette transat retour New York Vendée.

Les trois skippers étaient encore, ce matin, portés par un flux de sud-ouest en arrière d’un front froid même si sur l’eau et dans ce petit temps, ça semble bien compliqué… « Je ne sais pas à quelle sauce on va être mangé, disait même le skipper de Maître CoQ ce midi. Les modèles météo ne sont jamais raccords avec le vent qu’on trouve sur zone. C’est bien la foire et bien malin sera celui qui peut dire par où ça va passer. Dans le golfe, habituellement, on trouve une dorsale couchée en travers à traverser en force ou à contourner. Mais pas là. » Au milieu de ces questions, les trois avançaient encore cet après-midi à 10-12 nœuds. La nuit prochaine sera molle, à l’entrée de la bulle anticyclonique qui se forme sur le golfe de Gascogne.
Quatrième, Paul Meilhat (SMA)  devrait rejoindre  à la tête de la course, d’ici 24  heures mais pas suffisamment pour prétendre à une place sur le podium :«Ça a été compliqué pendant quatre jours, où je n’ai eu que des vents forts et très changeants et, là, j’ai fait ma première nuit avec des vents super stables et le bateau sur des rails à pleine vitesse. J’ai bien dormi, ça m’a fait beaucoup de bien. Je pense que ça va être compliqué de recoller tout à fait, parce qu’ils ont beaucoup trop d’avance sur moi et que l’arrivée, très molle, va être difficile. Je sens déjà que le vent est capricieux…».
Reparti dimanche de Horta (Açores) après douze heures de réparations, Vincent Riou (PRB) grignotte quelques milles à Tanguy de Lamotte (Initiatives Cœur) et à Kojiro Shiraishi (Spirit of Yukoh). Sur une route plus sud que ses deux rivaux pour la cinquième place, le vainqueur du Vendée Globe 2004-2005 avance à une quinzaine de nœuds. Pour lui comme pour les six premiers,  l’anticyclone qui va étouffer le Golfe de Gascogne fait pointer une belle part d’aléas. Alors, le résultat final, hein…«Ça fait du bien de retrouver le bateau en état de naviguer, avec les pieds au sec et toute l’énergie nécessaire. On sait bien que dans le petit temps, il y a plus d’aléatoire. C’est vraiment la météo qui dicte le résultat. Je vais faire mon max pour arriver vite, et c’est ça qui va me motiver pour les quatre prochains jours». Avec la distance que lui procure sa septième place actuelle, le skipper de PRB suit avec attention la bagarre à l’avant : «Il y a un joli duel entre Seb et Jérémie, mais les heures prochaines sont incertaines, ça fera un dénouement très chaud, il faut surtout espérer qu’il sera le plus juste. Ils vont avoir tellement peu de vent que, forcément, ce n’est pas évident de tout maîtriser. Mais ils sont forts, ils se débrouilleront tous les trois pour faire du près avec leurs foilers».
Classement de la Transat New York
Vendée (Les Sables d’Olonne) du
6 juin à 14
h00
UTC
1/ Jérémie Beyou (Maître CoQ) à 321.4 nm de l’arrivée
2/ Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) à 4.3 nm du leader
3/ Alex Thomson (Hugo Boss) à 29.0 nm
4/ Paul Meilhat (SMA) à 302.5 nm
5/ Tanguy de Lamotte (Initiatives Cœur) à 476.4 nm
6/ Kojiro Shiraishi (Spirit of Yukoh) à 501.2 nm
7/ Vincent Riou (PRB) à 542.8 nm
8/ Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut) à 645.6 nm
9/ Jean-PierreDick (StMichel-Virbac) à 1343.7 nm
10/ Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) à 1365.6 nm
11/ Morgan Lagravière (Safran) à 1371.7 nm
12/ Conrad Colman (100% Natural Energy) à 1633.0 nm
13/ Pieter Heerema (No Way Back) à 1657.8 nm
Ab Armel Le Cléac’h(Banque Populaire VIII)
sources : CP imoca Ocean Master



Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet