Arrivée d’Alain Maignan après son demi tour

alain maignan
photo issue du blog d'alain Maignan

Alain Maignan est arrivée, ce samedi 13 janvier, au port de la Trinité Sur Mer, après son demi tour, au large de l’Argentine.

Rien n’aura été épargné au navigateur breton Alain Maignan. Le facteur aura subi plusieurs coups de tabac, lors de sa remontée de l’Atlantique. Il est enfin arrivé à bon port, ce samedi 13 janvier. Très marqué par ce retour et la déception, Alain Maignan a été accueilli par ses amis, son fan Club et sa famille. Le marin et le bateau se trouvent au port de la Trinité Sur Mer. Il avait décidé de faire demi tour, suite à un choc, lors de son tour du monde à l’envers.

En effet, Alain Maignan arrivait au large de l’Argentine, le dimanche 19 novembre, quand, en pleine nuit, son bateau a stoppé net. Un choc, sans doute avec un cétacé, a provoqué quelques dégâts. Ces évenements ont poussé le navigateur à faire demi tour et rentrer à La Trinité Sur Mer.

Des dégâts inquiétants

Alain Maignan dormait dans sa bannette quand, vers 2h du matin, son voilier, un Sun Rise, a été stoppé net, sans doute par un cétacé. Le navigateur breton à d’abord cru à un démâtage avant de découvrir les dégâts. La varangue qui se trouve juste devant l’épontil est fendue à 2 endroits. Alain a immédiatement affalé les voiles pour éviter des pressions supplémentaires.

Alain a réussi à effectuer une réparation de fortune en stratifiant (tissus et résine) la varangue. Sa décision a été prise par la suite, de jouer la sécurité et de faire demi tour.

Message d’Alain : » La décision est prise, Sécurité d’abord, je vais tout faire pour ramener SCHOUTEN à son port d’attache : La trinité sur Mer. Fragilisé par la varangue principale (une pièce de charpente du bateau servant dans les fonds de liaison transversale entre la quille et les membrures) fendue dans deux endroits, Schouten n’est plus en mesure à 100 % d’affronter les mers du Sud. La consolidation superficielle en strate va, je l’espère, suffire pour faire la route retour. Après quelques milles sous voiles réduites, ça a l’air de se tenir, croisons les doigts. (Le moral du skipper est au plus bas) nous nous sommes tellement investi dans ce projet…, je me console en pensant que j’aurai pu couler sur place ou démâter par l’arrêt brusque… alors que là je pense pouvoir faire route. Je vais me rapprocher des côtes au cas où ? Après 2 jours passés dans les fonds du bateau avec l’odeur de résine et des creux de 4-5 m, l’appétit n’est pas au rendez-vous, j’espère que ça va revenir rapidement ».

Le navigateur, dans sa déception, aura tout de même la fierté d’avoir ramené son bateau à la maison. On lui souhaite beaucoup de repos et de profiter de ses proches…avant d’autres projets?



Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.