Destination Méditerranée pour l’hermione

equipage hermione
photo: Loic Baillard

L’Hermione s’apprête à reprendre la mer, destination la Méditerranée, pour une nouvelle épopée de quatre mois sous le signe de la francophonie et de la jeunesse.

L’Hermione quittera Rochefort, ce mardi 30 janvier à 15h30 pour se rendre à La Rochelle, 1ère escale du voyage, où elle prendra place au sein du bassin des chalutiers jusqu’au 21 février.

L’Hermione n’est pas une réplique comme les autres. La prouesse historique, technique ou nautique ne constitue pas son unique mobile : la frégate est un symbole. Une incarnation de ce qu’il est possible d’accomplir lorsque l’on croit en soi, en l’autre, et que l’on est porté par une passion puissante. En 2015, 300 jeunes de tous horizons, dont la plupart n’avaient jamais navigué, apprirent la convivialité, l’entraide et le « faire ensemble ».

Libres ensemble de l’Atlantique à la Méditerranée

Aujourd’hui, l’association Hermione-La Fayette et l’organisation internationale de la francophonie (OIF) se sont

equipage hermione
© Association Hermione-La Fayette

associées pour mettre en œuvre ce voyage baptisé : « Libres ensemble de l’Atlantique à la Méditerranée. » Il s’inscrit dans le mouvement citoyen de la jeunesse francophone lancé en 2016 par l’OIF. Pour aborder la Méditerranée, creuset culturel et théâtre de tant d’enjeux et de fractures, le navire se placera donc sous les bannières de la liberté, de la paix, du respect et de la diversité. Son équipage multiculturel défendra, par l’exemple, une certaine idée de ce que pourrait être le monde de demain : ouvert, solidaire, mixte et tolérant.

LA PREUVE PAR LA MER

Ils sont étudiants, artistes, ouvriers, urbains ou ruraux. Ils viennent du Gabon, du Vietnam, du Sénégal ou du Canada. Ils ont répondu à l’appel de l’OIF et décidé de relever le défi. Une centaine d’entre eux, citoyens de 34 pays différents, ont été retenus pour faire partie des 350 gabiers qui conduiront l’Hermione. « Ces nouvelles troupes enrichissent l’esprit de l’Hermione : c’est maintenant le monde qui s’invite à bord et apprend à vivre et travailler ensemble. Quelle meilleure preuve qu’il est possible de s’entendre par-delà les différences de culture, de genre et de religion ? » se réjouit le Commandant Cariou, qui a accueilli et formé ces nouvelles recrues.

Gérald Boussougou, 30 ans, infographiste dans son pays, au Gabon, raconte : « C’est comme si nous nous connaissions depuis toujours. L’accueil est chaleureux et les autres gabiers très sympas. Les chefs de tiers, le commandant et les autres volontaires sont toujours prêts et disponibles pour nous montrer les rouages de ce chef-d’œuvre qu’est L’Hermione. J’espère être à la hauteur de cette aventure marine et être un ambassadeur des valeurs que porte la frégate. »

Des gabiers expérimentés, comme Alice Bru – présente depuis 2014 – rembarquent en 2018. Elle explique : « Cette expérience a changé ma vie et pas uniquement parce que je sais maintenant ce que c’est qu’une drosse ! Ça m’a tellement apporté, du point de vue du vivre ensemble et de la mixité notamment. C’est simplement la preuve que lorsque des gens veulent que ça se passe bien, ça se passe bien. Loger dans des postes mixtes ou d’être originaires de toutes sortes de milieux, il n’y a pas de problème. Et cette attitude pourrait s’appliquer à tant de choses en dehors de l’Hermione, à condition que tout le monde le comprenne ! »

Depuis quelques mois, l’Hermione a changé de visage. Des jeunes de partout arpentent le pont et s’entraînent, tentant de se souvenir des noms des cordages, des gestes et des usages de la Marine à Voile. Après des journées dans les mats ou aux ateliers, on a vu des garçons et des filles qui ne se connaissaient pas le jour d’avant, tenter la danse africaine au son du violon acadien. Valse des accents, surprise des échanges, le voyage 2018 promet encore une fois de marquer les esprits.



Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.