Golden Globe, le livre de Peter Nichols

couverture

Le livre de Peter Nichols, Golden Globe, une épopée solitaire, est un ouvrage aussi mythique que la course. Entre aventure humaine et histoire de la course au large.

Le 30 juin 2018, trente marins ont quitté Les Sables d’Olonnes, pour un tour du monde en solitaire et sans escale à bord de voiliers d’un autre temps, comme le Rustler 36. Pour cette course, pas de GPS, de pilotes automatiques, d’appareils photo numériques. Golden Globe, une épopée solitaire, est le livre de référence retraçant l’histoire de la première course autour du monde en solitaire, sans escales et sans assistance, en 1968.

Robin Knox Johnston sera le seul à boucler l’épreuve, après 313 jours de mer. Bernard Moitessier, de son côté, sauvera son âme lors de cette course. Le journal londonien Sunday Times, sponsor de la course, lui donne le nom de Golden Globe Challenge.

La naissance de la course au large

Ce livre de Peter Nochols, est une réédition, proposée par Glenat, d’un ouvrage devenu, lui aussi, mythique. Un livregolden globe livre qui permet de revenir 50 ans en arrière.

L’auteur nous replonge dans une époque ou l’aventure dominait sur l’exploit sportif. Le livre reprend toute l’histoire de la course. On y découvre comment l’idée arrive dans la tête des organisateurs, comment la création de cette course était évidente. En effet, on ressent, dés les premières pages, ce besoin de découverte, d’aventure.

On découvre une époque, ou déjà, la recherche d’argent est déjà une première course. Une époque ou ces aventuriers, dont certains ne connaissent même pas la mer et/ou la voile, recherchent le défi. Cette course est bien une course vers l’aventure.

Une aventure d’hommes

En 1968, ils seront neuf à tenter l’exploit. Bernard Moitessier, Loïck Fougeron, Chay Blyth, Robin Knox-Jonhston, John Ridgway, Donald Crowhurst, Bill King, Nigel Tetley et Alex partiront à des dates différentes, et de ports différents. En effet, les aventuriers pourront partir entre le 1er juin et le 31 octobre. Plusieurs d’entre eux, à l’image du Britannique Chay Blyth, n’ont pratiquement jamais navigué en solitaire. D’autres ont choisi des bateaux incapables d’affronter les quarantièmes rugissants.

Dix mois plus tard, un seul concurrent franchira la ligne d’arrivée à Falmouth, Robin Knox Johnston.

Abandons, naufrage, et même suicide, ont écrit les pages de cette course incroyable. En bonne position pour remporter la course, Bernard Moitessier a décide d’abandonner pour « sauver son âme » et poursuivre sa Longue Route jusqu’à Tahiti. Avec ses protagonistes insensés, ses rebondissements et ses drames, le Golden Globe reste l’une des aventures maritimes les plus marquantes de tous les temps.

Un livre traduit de l’anglais (américain) par le navigateur et écrivain Gérard Janichon, avec un avant-propos du journaliste nautique Bernard Rubinstein.

Editions Glenat.

Prix: 22 euros.

En vente chez notre partenaire Librairie Dialogue



Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.