La 53e SNIM, Top départ

voiliers sur la snim
Photo: Pierik Jeannoutot

La Semaine Nautique Internationale de Méditerranée s’apprête à accueillir le gratin de la voile en Méditerranée à l’occasion de cette 53e édition, qui se déroule du 30 mars au 2 avril.

Parmi les skippers les plus connus, un certain Marc Pajot, ancien médaillé olympique, qui vient se frotter aux ténors de l’IRC, sur le grand stade nautique marseillais.

A J-3, les jeux ne sont pas encore faits ! Comme il est de tradition, la Semaine Nautique Internationale de Méditerranée s’apprête à hisser les voiles durant ce long week-end de Pâques. Epreuve sportive de haut niveau où se côtoient les professionnels et les amateurs, elle est le premier grand rendez-vous international de la voile en Méditerranée au calendrier de la FFV.

120 voiliers sur l’eau

Avec 120 bateaux présents et plus de 1.200 équipiers, le spectacle en rade de Marseille s’annonce grandiose, comme il peut l’être, chaque année, depuis un demi-siècle. Dans sa volonté de proposer la voile au plus grand nombre, la Nautique, en partenariat avec l’Office de la Mer, affrète des vedettes, samedi 31 mars, afin de vivre les courses au plus près.

“Marseille se prépare pour accueillir les épreuves de voile des Jeux Olympiques 2024, explique Pierre Sathal, le Président de la Société Nautique de Marseille. Avec notre équipe de 80 bénévoles présents tout au long de l’année, nous voulons démontrer que l’organisation de la SNIM se montre aussi professionnelle sur l’eau que festive à terre. C’est peut-être l’un des secrets du nombre important d’équipages présents depuis plus d’un demi-siècle sur cette régate…“ Quant à la grande course, ouverte aux IRC 0, 1, 2 et 3, au solo et au duo, elle est positionnée le vendredi 30 mars. Son parcours sera décidé en fonction des conditions météo, ou reporté au jour suivant.

Marc Pajot, parrain de la SNIM

En attendant les J.O. 2024, l’ancien médaillé olympique Marc Pajot parraine la SNIM. “Le plaisir de naviguer en famille, de rencontrer des gens sympas et de transmettre“ C’est la philosophie de Marc Pajot, médaillé d’argent olympique aux J.O. de Munich, en Flying Dutchman, quintuple champion du Monde, vainqueur de la Route du Rhum et double demi-finaliste de la Coupe de l’America, le skipper natif de la Baule sera l’une des attractions sportives, sur son bateau Tango Baby 2, un Ice 33 (A vendre). A cela, on peut aussi rajouter le titre d’officier dans l’ordre national du mérite. Un des plus grands marins français de la fin du 20e siècle

A Marseille, il va trouver de sérieux candidats en IRC2, avec son rating élevé, “c’est un bateau pour les lacs“, précise-t-il, et surtout un plan d’eau qu’il qualifie de “complet. Il oblige à avoir toutes les qualités de navigation. S’adapter, regarder, ne pas être surpris. On sait qu’on ne sait pas forcément ce que l’on va trouver. Vents changeants, beaucoup de relief avec les îles du Frioul, effets de côte, et puis, on est à Pâques, on est jamais sûr de rien, côté météo.“ 

Ces dernières années, on le voit surtout sur les Wally, des racers modernes qui se rencontrent entre Monaco, Saint-Tropez et Porto Cervo. “On est venu pour le côtier notamment“, conclut-il. “On va essayer de faire de belles régates, en famille.“

A deux, c’est encore mieux ! 

Un champion d’Europe sur la SNIM. Guy Claeys sur son Expresso 2, après avoir remporté la SNIM en 2017, en IRC 4, s’est offert une magnifique victoire toute catégorie, aux Championnats d’Europe IRC 2017, sur ce même plan d’eau marseillais. Cette année, il revient pour disputer le duo et afficher son nom au palmarès d’une nouvelle catégorie. “La SNIM est un événement magnifique, l’une des plus belles régates de l’année en Méditerranée avec du très bon niveau…“ Le Belge de la Société Nautique de Saint-Tropez, qui convoie lui-même son bateau de Port-Grimaud a néanmoins beaucoup hésité. “On m’a demandé si je faisais la catégorie équipage, j’ai des copains qui m’ont demandé de faire le solo. Mais finalement, j’ai opté pour le duo, pour naviguer avec mon fidèle équipier…“ Et de conclure : “En 2017, j’ai gagné la SNIM en équipage aves 32 bateaux, cette année, si on gagne en double avec huit bateaux, ça n’aura pas tout à fait la même saveur, mais je suis très content de venir et très motivé.“

Les Surprise sont de retour !

Déjà présents en 2016 et en 2017, la classe Surprise s’apprête à disputer son championnat Méditerranée sur la SNIM, avec une vingtaine de bateaux inscrits. “Nous sommes très heureux de revenir pour  disputer notre championnat au cœur de cette grande régate, évoque Gérard Lopez, secrétaire général de l’association qui représente la classe de ces monocoques de 7,65m. Avec des concurrents français issus du Languedoc-Roussillon, de PACA et quelques étrangers (italiens, suisses), la classe espère se relancer. Il existe actuellement 1700 bateaux dans le MondeLe Surprise est un bateau simple à manier et intéressant en terme de compétitivité pour un amateur éclairé…



Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.