La Citadelle de Port Louis fête la mer

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Le Musée National de la Marine de Port Louis met l’accent sur l’impacte des activités marine sur l’environnement, à partir du 30 mai.

Jusqu’en janvier 2020, le musée National de la Marine de la citadelle de Port Louis, dans le Morbihan, mettra en avant les problématiques environnementales liées aux activités marines. La citadelle fêtera l’océan grâce à des ateliers et animations. L’objectif est de permettre au grand public de prendre conscience de la fragilité de la mer et de se mobiliser sur les actions nécessaires à sa préservation.

En parallèle, les œuvres des artistes Laurent Tixador et Nicolas Floc’h, dont certaines créées spécialement pour l’occasion, inviteront à réfléchir sur le recyclage et l’environnement.

Semaine européenne du développement durable

Le musée national de la Marine s’associe à la Semaine Européenne du développement durable en proposant, durant une semaine, un programme à destination du grand public. Le but de l’opération est d’inciter à s’interroger sur la pollution marine et le réchauffement climatique : comment réduire notre impact ? Quelle est la place des nouvelles technologies maritimes ? En quoi consiste l’Action de l’État en Mer (AEM) sur le contrôle des pollutions et de la pêche ?

La fête de l’océan

Au-delà de la semaine européenne du développement durable, le musée national de la Marine continuera à sensibiliser le public aux enjeux environnementaux dans le monde maritime grâce à une programmation événementielle dédiée.

L’Observatoire du Plancton, organisme d’intérêt général créé en décembre 2003, est un outil de travail et de découverte unique en France. Sa vocation est de rendre accessible à tous la connaissance des milieux aquatiques et de favoriser leur protection durable. La Fondation Race for Water, organisation dédiée à la préservation de l’eau, a élaboré le programme LEARN – SHARE – ACT. Il a pour missions de contribuer à l’avancement des connaissances scientifiques sur la pollution de l’eau par les plastiques (LEARN), alerter les décideurs, sensibiliser le grand public et éduquer les jeunes générations (SHARE) et promouvoir et mettre en œuvre des solu:ons aux impacts environnementaux et sociaux (ACT).

Deux artistes invités

Laurent Tixador est un artiste du bricolage et de l’engagement physique qui travaille au plus près de son environnement immédiat. Il met un point d’honneur à recourir à des technologies simples, en explorant toutes les possibilités fournies par les matériaux récupérés et en testant sa capacité à s’adapter à des conditions extrêmes. À l’heure où le recyclage est devenu un enjeu écologique majeur, Laurent Tixador expérimente une économie de la récupération en construisant des œuvres avec des matériaux trouvés in situ.

Plasticien et photographe, Nicolas Floc’h a orienté son travail vers la mer par le biais d’un questionnement lié à l’écologie et à l’environnement. À Port-Louis, il propose de reproduire à grande échelle des organismes microscopiques faisant partie du plancton, qu’on appelle “diatomées”. Ces diatomées produisent à elles seules près d’un quart de l’oxygène que nous respirons.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

commodo at felis porta. et, tempus consequat. mattis in