Le lancement de la production du Figaro Bénéteau 3 est lancée

figaro beneteau 3
photo: Jean Baptiste d'Enquin

Le premier figaro Bénéteau 3 mis à l’eau, le chantier vendéen prépare le lancement de la production.

Le chantier Bénéteau s’active. Les tests du Figaro bénéteau 3 ont débutés cet été. pendant que Yoann Richomme mène les tests sur l’eau, le chantier prépare activement le lancement de la production du premier voilier de série à foils.

Des essais presque terminés

Mis à l’eau fin juillet à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, le prototype du Figaro Bénéteau 3, dont la construction aura

figrao beneteau 3
photo: Jean Baptiste d’Enquin

nécessité 3000 heures de travail sur le site Bénéteau de Cheviré, est depuis en phase de tests. Responsables du chantier Bénéteau, architectes, membres du bureau d’études de Mer Forte et représentants de la classe Figaro se sont succédés à son bord pour éprouver dans diverses conditions le plan VPLP de 9,75 mètres, qui sera le premier monocoque monotype de série doté de foils. Cette période de tests s’est achevée mi-septembre, le temps de profiter d’une dernière semaine dans du vent fort afin de permettre de définitivement valider un bateau qui, visiblement, marque un vrai bond technologique. « Les retours sont très positifs, les résultats sont en phase
avec ce qu’avait imaginé l’architecte : les foils apportent à la fois une stabilité supplémentaire et un phénomène de sustentation, ce qui rend le bateau très équilibré. La douceur et la précision de barre ont surpris tout le monde, c’est un élément très important pour ne pas trop solliciter les pilotes automatiques », constate Eric Ingouf, responsable du programme Figaro 3 chez Bénéteau.

Place à la production !

A l’issue de cette phase de tests, sera définitivement validé un deuxième bateau qui constituera « l’étalon » de la série, doté des dernières évolutions jugées souhaitables suite aux essais effectués en mer. Une fois cet exemplaire terminé, débutera la production en série sur le site de Cheviré.
« Nous commençons à produire coques et ponts dès la mi-septembre, confirme Eric Ingouf. Tous les bateaux qui seront fabriqués entre septembre 2017 et décembre 2018 ne seront livrés à leurs propriétaires que fin 2018 afin de respecter l’équité sportive en vue de La Solitaire-URGO Le Figaro. » La 50e édition de la célèbre course en solitaire, à l’été 2019, sera effectivement la première courue à bord du Figaro Bénéteau 3.

Un site de production dédié à la performance

Les responsables du programme Figaro 3 au sein du groupe Bénéteau auront mené de front deux gros dossiers depuis le début de l’année 2017 : la construction de l’exemplaire livré fin juillet et la réhabilitation du site de Cheviré, ex-chantier Jeanneau Techniques Avancées d’où sont sortis dans les années 80-90 de nombreux prestigieux multicoques océaniques (notamment les Fleury-Michon de Philippe Poupon ou Pierre-1er de Serbie de Florence Arthaud). « La raison pour laquelle il a été décidé de réhabiliter ce site qui était devenu un lieu de stockage, c’est que nous étions convaincus qu’un bateau différent axé performance ne pouvait être fabriqué sur un site de production conventionnel, au milieu des autres. A programme exceptionnel, endroit exceptionnel », explique Eric Ingouf. S’il va être bien occupé dans les mois qui viennent avec la production en série des monotypes Figaro Bénéteau 3, le site de Cheviré, désormais en ordre de marche, a pour vocation d’accueillir d’autres programmes axés performances et courses.

Plus de photos ici

 



Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.