Listao, un catamaran à voile pour les professionnels

listao-catamaran a voile

L’association bretonne, Voile au travail, veut proposer un catamaran à voile pour les professionnels de la mer, Listao.

Ils sont fous ces bretons…Et bien pas tant que cela. Ils sont surtout plein d’ambitions. C’est ce que prouve l’association Voile Au Travail. Association qui veut produire un catamaran à voile pour les professionnels de la mer. Cette association est issue des réflexions menées durant l’automne 2015 par ses 3 fondateurs. Leur souhait était d’agir concrètement dans le domaine maritime, au niveau du développement soutenable, de l’alimentation durable, ou encore de responsabilité sociale des entreprises. Dans le même temps, l’idée était de repositionner la navigation professionnelle à voile moderne comme alternative concrète aux bateaux à moteurs thermiques actuels.

Mais l’association ne veut pas proposer qu’un concept. Elle souhaite proposer une alternative viable économiquement. Lauréate de deux appels à projet, elle est, à présent soutenue, par la région Bretagne et la fondation Daniel et Nina Carasso. Aujourd’hui, Voile Au Travail est basée à Trégunc, près de Concarneau. Et on sait que par là bas, les têtes sont solides, et les idées pour faire des bateaux, fiables. Les propriétaires des voiliers construits par les chantiers Espace Vag, Marée Haute, IDBMarine ou encore JFA, le savent très bien. L’équipe est composée de deux salariés à temps plein, trois consultants, cinq bénévoles actifs et est suivie par une cinquantaine d’adhérents.

L’association a été créée par Julien Marin, architecte navale, Anne-Julie Cavagna, docteur en Sciences et Alain Bothorel, docteur en Sciences lui aussi.

 

Listao, le catamarn à voile de travail

Listao est un catamaran de travail à voile dessiné sur une base commune modulable, et permet d’envisager l’exercice efficient de diverses activités par la mise en place de modules apparaux ou équipements dédiés.

Le projet s’appuie sur l’utilisation du vent comme source principale de propulsion assistée, lorsque nécessaire, par une motorisation thermique de faible puissance. Le choix du catamaran se justifie, au regard de chacun des usages envisagés, par de nombreux avantages :

• Faible résistance à l’avancement

• Vitesse moyenne élevée

• Surface de pont importante

• Grande modularité possible

• Forte stabilité

• Confort et sécurité des personnes et des biens

• Grande autonomie énergétique

• Faible dépendance aux énergies fossiles

Deux gréements cat boat

La propulsion vélique est assurée par deux gréements cat-boat implantés chacun dans une coque. Ce type delistao voile gréement ne vous dit rien. C’est celui de l’Ikone 7.50. En effet, le bateau est dessiné par Julien Marin, le père de l’Ikone, et de bien d ‘autres bateaux. Outre son efficacité reconnue, cette disposition dégage le pont et facilite la manoeuvre par une personne seule. Le choix des matériaux de construction – composites verre/mousse/vinylester où même fibre de lin – permet d’envisager une construction robuste et légère.

Pêche, fret, opérations scientifiques activités de nautisme, sont des domaines d’activité rendus possibles par la conception versatile de la nacelle du catamaran, qui offre une surface utile de 50 m2, 2 accès à l’eau par l’arrière et qui est totalement ceinturée par un pavois et une main courante. Cette nacelle pourra être recouverte par une protection aux intempéries.

Construction de maquette navigante

L’association a décidé de construire une maquette navigante. Elle sera construite par un chantier naval concarnois et sera à l’échelle ½, soit 8 m de long . Il pourra accueillir 5 à 6 personnes. L’intérêt de cette maquette est double. Dans un premier temps, elle permettra de valider le comportement du bateau, d’établir des polaires de vitesses et d’étudier la manoeuvrabilité du navire.

Dans un deuxième temps, cette maquette de démonstration permettra d’être présentée aux futurs investisseurs. Elle sera également mise à l’eau lors des salons professionnels et durant les fêtes maritimes.

Pour construire cette maquette, l’association a besoin de près de 70 000€. Une partie proviendra des partenariats. Une autre viendra, d’un financement participatif, un Crowdfunding. Pour que ce financement participatif puisse être suivi pas tous, une campagne a été lancée, sur le site internet Ulule, spécialisé dans les collectes participatives et n°1 en France.

Des contreparties pour tous les dons, 5 € à 500€, sont prévues. des invitations à la mise à l’eau aux places de musée en passant par des sorties en mer.

Toutes les infos sur l’association



Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.