Loïck Peyron, invité de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2018

Loïck Peyron est l’invité de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe 2018. Il est le 123ème navigateur à prendre le départ de la course, sur son trimaran jaune Happy.

Les organisateurs de la Route du Rhum avaient limité le nombre de skippers au départ de la course à 122. Pour cette édition des 40 ans de la transatlantique, créée en 1978, OC Sport Pen Duick a fait le choix, comme l’y autorise l’Avis de Course, d’inviter un navigateur supplémentaire en la personne de Loïck Peyron. Le tenant du titre, vainqueur de la 10ème édition, fera donc partie des engagés en catégorie Rhum Multi.

Après une première participation en 1982, à la barre du plus petit multicoque de la flotte, le navigateur s’alignera à la barre de « Happy », un petit trimaran jaune désormais bien connu, et tracera son sillage à l’ancienne vers Pointe-à-Pitre. Un retour aux origines qui fait sens en cette année du 40ème anniversaire.

Une promesse tenue

En 2014, pour sa septième participation à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, Loïck Peyron avait laissé une trace indélébile dans l’Histoire de cette course de légende. Remplaçant au pied levé Armel Le Cléac’h blessé, le skipper baulois avait signé une victoire magistrale à Pointe-à-Pitre au terme de 7 jours 15 heures 08 minutes et 32

loick peyron
Photo: Ludovic Péron

secondes de mer à bord du Maxi Solo Banque Populaire VII, établissant ainsi un nouveau temps de référence.

Mais en acceptant de relever ce pari un peu fou, il avait laissé à quai le projet porté depuis de longs mois ; celui de revenir aux origines de la navigation au large, sans outils modernes, à bord d’un petit trimaran jaune sister-ship du vainqueur de la première édition en 1978 et répondant au nom évocateur de « Happy ».

Le 10 novembre 2014, en posant pied à terre en Guadeloupe, le marin multi-capé avait annoncé son intention de prendre part à l’édition suivante à la barre de son fameux « petit jaune ». Une promesse qu’il tiendra donc en cette année anniversaire en bénéficiant d’une invitation de la part l’organisateur OC Sport Pen Duick.

Un retour dont le marin se réjouit : «  Il y a 4 ans, j’étais vraiment parti dans l’optique de participer à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe à bord de mon petit trimaran jaune. Les circonstances en ont décidé autrement et j’ai en quelque sorte reculé pour mieux sauter… même si la reculade n’en était pas une, compte tenu de la manière dont les choses se sont déroulées. 4 ans plus tard, le fait de pouvoir être au départ de l’édition des 40 ans, à la barre de « Happy », a d’autant plus de valeur. C’est un réel bonheur de retrouver ce bateau, ne reste plus qu’à lui trouver un partenaire ».

Un Rhum à l’ancienne pour ressentir le vertige de l’incertitude

Invité en catégorie Rhum Multi, Loïck Peyron porte ainsi à 21 le nombre de partants dans cette famille « historique » de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. S’il sera en concurrence avec d’autres petits trimarans jaune notamment, le navigateur partira dans des conditions particulières. En effet, à bord les moyens d’aides à la navigation modernes n’auront pas voie au chapitre, cédant leur place à leurs ancêtres que sont le sextant et le baromètre.

Une Route du Rhum – Destination Guadeloupe à l’ancienne pour laquelle les objectifs sont évidemment mesurés : «  Sur chacune des courses que j’ai disputées, je me suis toujours attaché à faire au mieux, en tirant le meilleur du bateau, du bonhomme et des éléments, rappelle Loïck Peyron. Ma participation à la Route du Rhum cette année n’échappera pas à la règle. Néanmoins, en me remettant dans les conditions d’origine – navigation au sextant, pas de réception de fichiers météo, pas d’enrouleur de voiles d’avant – mes objectifs et ma route seront difficiles à comparer avec d’autres navires du même millésime un peu modernisés. Naviguer au sextant me met dans des conditions plus difficiles, mais c’est tant mieux. Je suis prêt à ressentir le vertige de l’incertitude ».

La course de Loick Peyron

Loïck peyron aime les défis. mais Loïck Peyron aime la mer et la voile. Après avoir battu le record de la Route Du Rhum, en 2014, à bord de l’ultim Banque Populaire, Loïck Peyron vient de rejoindre Pointe A Pitre en 21 jours 3 heurs et 57 minutes. En plus de naviguer dans les conditions des années 80,  sans électronique, le baulois a battu le record de Mick Birch, à bord d’un trimaran identique. Elle n’est pas belle cette histoire?

Une belle course contre des bateaux plus modernes

Loïck Peyron a prouvé qu’il était un des meilleurs skippers de sa génération et de son époque. En effet, non seulement il arrive au bout de cette course qui a marqué les esprits par son final étonnant (Francis Joyon s’impose dans les derniers milles, Alex Thomson s’échoue avant l’arrivée…), mais en sus il grignote jusqu’au bout les places pour terminer quatrième de la Route du Rhum, en catégorie Rhum Multi !

Un parcours tout en délicatesse puisque le Baulois ne disposait d’aucune projection météo pour affronter les dépressions qui se succédaient dans le golfe de Gascogne. Avec son trimaran de 1980 de seulement 39 pieds, il choisissait de piquer sur les côtes espagnoles pour se protéger sans jamais faire escale, puis il réussissait à déborder le cap Finisterre, laissant François Corre (Friends & Lovers) sur le même sistership, subir les assauts d’un mauvais coup de vent.

Les anciens ne lâchent rien

Devant le Portugal, le skipper de Happy concédait ainsi quatre-vingt milles à son confrère et plus

Loïck peyron
© Alexis COURCOUX #RDR2018

de 200 milles à Jean-Pierre Balmès (Solvéo-Energies nouvelles). Mais petit à petit, Loïck Peyron grappillait les milles au portant quand les alizés commençaient à s’installer au large des Canaries : il débordait ainsi Jean-François Corre à la régulière, puis tout en contrôlant son adversaire le plus incisif, revenait dans le tableau arrière de Jean-Pierre Balmès avec 22 milles de delta au passage de la Tête à l’Anglais.

Le vainqueur de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe 2014, démontrait une nouvelle fois sa capacité à déstabiliser ses concurrents : quand le quatrième abordait Bouillante, le petit trimaran jaune n’était plus qu’à deux milles de son tableau arrière ! Il n’en fallait pas plus pour que le talent de Loïck Peyron s’exprime : il débordait son collègue et embouquait le canal des Saintes en pole position dans un alizé pourtant souffreteux…

Au final, Loïck Peyron (Happy) aura été plus rapide que Mike Birch en 1978 lorsque le Canadien s’imposait de 98 secondes face à Michel Malinosky ! De 23j 06h 59′ 35″, le temps est passé à 21 jours, 03 heures 57 minutes 17 secondes alors que le Baulois n’a pas franchement bénéficié de conditions idéales pour traverser l’Atlantique… Loïck Peyron améliore le temps du vainqueur de la première édition de la Route du Rhum de 02 jours 03 heures, 02 minutes 18 secondes !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

elit. pulvinar luctus mattis Donec sed commodo mi, ut libero. velit, mattis