Matthieu Girolet boucle son Tour de France en kitefoil

Matthieu Girolet
Crédit Raphael Sauze / The Apertures

Le kitesurfer Matthieu Girolet vient de boucler, à Nice, son Tour de France en kitefoil. Un parcours de 2401 kilomètres

Matthieu Girolet est un habitué des défis et des challenges. Ce vainqueur du Tour de France à la Voile, en 2009, a déjà une mini transat et une soltaire Le Figaro à son actif. Pour ce Tour de France en Kitesurf, il a parcouru 2401 kilomètres, depuis son départ de Dunkerque le 22 mai. Sur une planche équipé d’un grand foil, propulsé par une aile, le navigateur, son équipe logistique, un bateau à moteur d’assistance et un camping-car, a effectué 24 étapes afin d’arriver en baie des Anges le long de la célèbre promenade des Anglais. Le KitefoilAroundFrance aura été en adéquation avec les attentes de Matthieu Girolet qui avait pour ambition, au-delà de boucler la boucle, de tracer une trajectoire pure au fil des éléments météorologiques et sans contrainte.

Un résultat avec la manière

« Je suis très, très content d’avoir réussi ce Tour de France en Kitefoil que j’ai imaginé avec mon équipe. » déclare Matthieu Girolet. « Je trouve que c’est vraiment chouette, au-delà du côté inédit de ce défi, d’avoir taillé ce challenge à notre image avec la manière et le résultat. Nous avons été intègres du début à la fin en se donnant des règles simples comme repartir toujours du point où nous nous étions arrêtés. Nous avons construit ce tour de France autour d’un canevas efficace, basique. »

« Le kitefoil est un support extraordinaire qui permet de naviguer comme sur un bateau dans la beauté du geste et avec des trajectoires pures tout en tirant les bons bords évidemment ! Ce support est riche car il permet de naviguer de différentes façons. Il ouvre le champ des possibles et me donne envie de mettre en place de nouvelles aventures dans le futur. »

« Paradoxalement, les deux premières parties du Tour de France, la Manche et l’Atlantique, sont des miroirs. La première, nous n’avons pas réussi à faire de grandes étapes mais il fallait être opportuniste et bien analyser la météo. La deuxième, nous avons réussi à aligner des étapes à plus de 100 milles soit 7 à 8 heures de navigation. Enfin, la Med a été plus rapide, plus courte. J’ai beaucoup aimé notre autonomie sur l’eau et à terre. Nous avions bien préparé notre affaire en logistique et physiquement. Merci à mon équipe, nos cuistots, nos pilotes sur l’eau, mes partenaires. Ce Tour de France en Kitefoil est une réussite collective. » 

Entretien et vidéo TB Press



Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.