Pourquoi dit-on Bâbord et tribord, sur un bateau ?

Cet article est le premier d’une série reprenant le lexique de la marine, de la plaisance et des bateaux. L’idée n’est pas, ici, de proposer un dictionnaire. L’objectif de cette série est d’expliquer pourquoi ces termes marins sont importants, mais surtout leur intérêt sur un bateau.

Sur un bateau, la compréhension entre les membres d’équipage est très importante. Au-delà d’être un langage élitiste, ou tout simplement sembler folklorique, le vocabulaire marin a non seulement, un rôle pour les manœuvres, mais est aussi un élément de sécurité. C’est pour cela qu’il existe. Parmi les mots les plus empruntés, et les plus connus du grand public, on retrouve les expressions A Bâbord et A Tribord.

Au-delà d’être une chanson de fin de soirée, dans les Cafés du Port, la connaissance des termes Bâbord et Tribord est indispensable.

L’origine des deux mots

Pour commencer, les termes bâbord et tribord ne trouvent pas leur origine en France. Ils sont une adaptation d’un terme néerlandais. En effet, sur les bateaux du Moyen-âge, le gouvernail était constitué d’une grande godille qu’on appelait, à priori, aviron de gouverne, fixé à l’arrière du bateau, du côté droit. Le barreur était alors tourné vers l’extérieur et faisait dos à l’équipage et au centre du bateau. Les deux termes signifiaient le côté face au barreur et le côté, dans son dos.

Mais c’est aux environs du 16ème siècle que les termes bâbord et tribord apparaissent dans la marine française. Et depuis, ils sont toujours utilisés. Et pour info, ils sont aussi utilisés pour définir les feux de position d’un avion.

Une couleur leur est associée :

  • Rouge : bâbord
  • Vert : tribord.

Nous verrons plus bas, l’intérêt de ces couleurs.

Signification de bâbord et tribord

Bref, ce qui nous intéresse, ici, c’est la définition de ces termes. En effet, si tout le monde sait plus ou moins que les termes bâbord et tribord sont utilisé à la place de gauche et droite, nous allons voir que cette explication est incomplète.

En effet, sur un bateau ces deux termes marins doivent être envisagés en fonction du bateau. C’est-à-dire qu’ils vont être utilisés, par rapport au bateau, et non de notre position. Concrètement :

  • bâbord signifie du côté gauche du bateau, en regardant vers l’avant.
  • tribord signifie du côté droit du bateau, en regardant vers l’avant.

Mais alors pourquoi cette subtilité ?

Pourquoi utiliser les termes bâbord et tribord?

La grande question est donc de comprendre pourquoi il est important de faire la distinction entre bâbord et tribord, et pourquoi ces deux termes sont plus précis que gauche et droite.

Dans une voiture, c’est assez simple. Tout le monde est assis, en direction de l’avant. Cela signifie que pour tout le monde, la gauche et la droite sont du même côté. Mais sur un bateau ?

Sur un bateau, le barreur est généralement la tête tournée vers l’avant, droit vers l’horizon. Mais ce n’est pas le cas de l’équipage. Les équipiers d’avant peuvent regarder vers l’arrière et d’autres sur le côté. Dans ce cas, si nous parlions tous de gauche et de droite, de quelle gauche et de quelle droite parlerions-nous ? Celles de l’équipier d’avant, des autres équipiers ou du barreur ?

Le temps que tout le monde se comprenne, cela peut prendre du temps, alors que les manœuvres sont parfois urgentes. D’où la nécessité d’avoir tous les mêmes points de repère et donc d’identifier le côté bâbord et le côté tribord du bateau.

Comment se rappeler de bâbord et tribord ?

Quand on commence à apprendre la voile, ou même quand on pratique la voile que quelques jours par an, il est parfois difficile de se rappeler ou est bâbord et ou est tribord. J’ai un petit pense-bête…tout bête.

  • Bâbord : il y a un « a », comme gauche.
  • Tribord : il y a un « i », comme droite.

Le vert et le rouge

bouées babord et tribord

Enfin, nous avons parlé de couleurs, un peu plus haut. Comme je le disais, bâbord et tribord sont associés à deux couleurs. Le rouge pour bâbord et le vert pour tribord.

Le premier intérêt est pour la navigation de nuit. Quand vous croisez un bateau, de nuit, suivant les couleurs que vous voyez, vous pouvez en déduire sa direction. En effet, si vous voyez un feu vert, cela signifie que vous voyez le côté tribord du bateau.

Dans le même temps, sur l’eau, on remarque parfois des bouées, de couleur verte et de couleur rouge, à la sortie des ports, notamment dans le chenal. Et bien ces couleurs définissent l’endroit ou doit passer le bateau. Vous imaginez bien, qu’en mer, il est difficile de dire « passe à gauche de la bouée ». Que vous veniez du nord, du sud, de l’ouest ou de l’est, cela va être compliqué. Pour cela, il existe des bouées spécifiques.

Mais à la sortie d’un port, dire «  laisser cette bouée sur tribord » ou laisser cette bouée sur bâbord » en entrant, ou en sortant, du port, à un sens. C’’est pour cela que nous parlons de :

  • Bouée rouge, qui doit être laissée à bâbord, en venant du large.
  • Bouée verte, qui doit être laissée à tribord, en venant du large.

Alors, convaincu de l’intéret de parler de bâbord et tribord ?

15 réflexions au sujet de “Pourquoi dit-on Bâbord et tribord, sur un bateau ?”

  1. Bizarre votre histoire j e ne vois pas en quoi tribord est plus simple que bord droit et bâbord plus simple que bord gauche ou tout simplement gauche droite ??vous parlez de quels bateaux quand l’équipage travail sur un bateau il peu travailler dans les deux sens en regardant l’avant mais aussi régler des voiles d’artimon ou autres . sauf si vous parlez des galères …. bref pas convaincants vos argument . pour les feux de routes ils sont relativement récent sous la forme que nous connaissons et non rien a voir avec l’origine de bord et tribord . alors pour la partie bord la on parle bien de planches de bordés mais rien sur le tri et le ba ?on nous parle de vieux néerlandais mais toujours la meme signification gauche droite . je crois aussi que dans les combats pour aller vite aux canon on se passait du mot bord et que l’on donnait ba ou tri pour designer la batterie de canon qui devait tirer . pour les bouées du systeme cardinal vous avez aussi oublié ba ci rouge et tri co vert . la encore pas de bord juste ba et tri .. en fonction de ba et tri en cas de tir au canon cela permettait de pose son bandeau sur l’œil du bon coté car il faisait très sombre dans les bateaux et on se couvrait un œil pour qu’il soit habituer au noir l’œil etait deja prêt pour être opérationnel dans le noir . je ne suis pas un spécialiste mais je trouve votre première explication un peu timide j’aurai aimé en apprendre plus .

    Répondre
  2. ATTENTION !!!

    Zone A (Europe, Afrique) :
    Bouée rouge, qui doit être laissée à bâbord, en venant du large.
    Bouée verte, qui doit être laissée à tribord, en venant du large.

    Zone B (Amériques, Antilles, Guyane et Saint-Pierre-et-Miquelon, Pacifique, Japon, Corée, Philippines) :
    Bouée rouge, qui doit être laissée à tribord, en venant du large.
    Bouée verte, qui doit être laissée à bâbord, en venant du large.

    Répondre
  3. Attention encore, mentionner le Pacifique en zone B est une erreur. Hormis Japon, Corée, philippines, tout le reste est en Zone A (Aus, NZ, la plupart des iles…)

    Répondre
  4. Humm… Si on navigue en zone B, il faut aussi inverser les deux (verts/rouges) du bateau ? Sinon on fait comment pour s’y retrouver en pleine nuit ?!? Allo? T’es un bateau de zone A ou B ? Ça devient compliqué, non?

    Répondre
  5. La version que j’avais de babord tribord , venait d la Marine Royale dont les équipages étaient répartis en bordées tiers et quarts , et logés suivant cette répartition(toujours en service)
    Les couchages étaient dans les BATTERIES les relèves s’effectuaient par bordées , le chef de quart demandait à un matelot de faire la relève en réveillantpar exemple la partie de l’équipage de la batterie A coté BAT ou coté TERIE d’où bord BAT ou Bord TRI d’où BABORD ET TRIBORD

    Répondre
    • Cette information est tout à fait intéressante. J’ai vérifié, sur le site de la Marine. Il parle bien de l’origine hollandaise. Mais cette adaptation me semble assez pertinente.

      Répondre
    • oui , bravo. J agree
      c’est ce qu’on m’a enseigné tout petit a l’ecole des mousses en 70…
      et je veux croire que c’est la bonne version .
      en tout cas c’est la mienne depuis 50 ans ..

      Répondre

Répondre à Denis Tremblay Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.