Protéger les amarres de son bateau et prolonger leur durée de vie

Que ce soit sur un ponton ou sur une bouée, votre voilier n’est jamais paisiblement amarré. Il est donc important de bien protéger les amarres de son bateau, pour la sécurité de celui-ci, la votre et, tout simplement votre portefeuille.

Je me rappellerai toujours ce matin de mai, il y a une vingtaine d’années, ou mon père me réveilla, à 8h, par téléphone avec ces mots : « Ronan, la capitainerie du port a appelé, il semblerait que le bateau soit parti dans les rochers ». La nuit avait connu un sacré coup de vent, il est vrai, et le mouillage du bateau était situé en plein dans les courants. Le bateau sera drossé sur l’île, en face du port. Il en résultera un trou d’1 mètre de diamètre, juste au de la ligne de flottaison. Vous imaginez la journée et les semaines qui suivirent. J’en profite, d’ailleurs, pour remercier la construction Jeanneau des années 80, le capitaine du port ainsi que Yann, et son père, gérant du bar du Guilvin et des vedettes l’Angélus, à Locmariaquer.

Pendant quelque temps, j’en ai voulu à Mère Nature de s’être défoulée sur mon fier voilier familial. Mais après l’émotion, est venue la raison. Il fallait bien se rendre à l’évidence : Seul mon bateau était parti au tas. Il y avait donc bien une explication. Et l’explication était que mes amarres avaient cédé, non pas car trop petites, mais parce que mal protégées et abimées.

Depuis cette époque, sans les changer tous les ans, je peux vous assurer que je prends soin des amarres de mon bateau et les entretiens, comme mes voiles ou mon moteur.

Pourquoi les amarres s’usent ?

Avant d’aller plus loin, il faut comprendre pourquoi les amarres s’usent. Cela peut paraître idiot, pourtant comprendre cela permet d’être efficace dans leur protection. J’ai remarqué 3 causes de vieillissements des amarres. Si vous en voyez d’autres, pensez à les mettre en commentaire.

  • Le soleil, l’eau et le sel : Ces trois éléments sont une source d’usure des cordages lorsque votre bateau est au mouillage. De plus, quand vous partez en mer, souvent, ces dernières traînent dans l’eau, attachées à une bouée. Le sel et le soleil abîment le textile, tout simplement.
  • Le ragage : Cette usure mécanique se retrouve sur le ponton, comme sur bouée. Il s’agit du frottement du cordage contre un taquet, une bite ou un anneau. Attention aussi aux chaumards et rails de fargue qui peuvent fortement endommager les bouts.
  • La traction : Par traction, j’entends la force que le bateau, avec l’aide du vent et du courant, effectue sur le cordage. Plus que la traction, ce sont les à-coups qui abîment le cordage. Vous avez tous connu, au mouillage sur ancre, ces nuits de houles ou le bateau semble cogner à chaque vague. C’est ce moment-là qui fatigue le plus le cordage.

L’entretien des amarres du bateau

amarre bateau

Pour garder des amarres en bon état, la première chose consiste à en prendre soin. Cela passe par un entretien régulier, comme je vous le disais plus haut. Pensez-y lors de l’hivernage de votre bateau.

Concernant les amarres utilisées sur mon mouillage, je les enlève tous les hivers. Je rince mes cordages chaque fin de saison en les passant… à la machine à laver. C’est très efficace et ils reprennent un coup de neuf sans être abimés.

Pour les amarres que j’utilise sur les catways, en escale, je les rince de temps en temps, pendant la saison. Dans le même temps, je les love correctement pour les ranger dans le coffre de cockpit. Ils sont stockéssuspendus, dans le coffre, ou alors, dans un sac spécifique. Ce qui permet d’éviter qu’ils prennent de la rouille ou qu’ils gardent l’humidité. Enfin, tous les hivers, je les ramène à terre.

De la bonne bonne utilisation de vos cordages

L’entretien de vos amarres passe aussi par une bonne utilisation de vos cordages. Une drisse ou une écoute n’est pas une amarre. Si vous utilisez une vielle écoute de génois comme amarre, ne soyez pas surpris qu’elle cède rapidement. Chaque type de cordage à ses caractéristiques techniques et sa fonction sur un bateau. Alors, quand vous amarrez votre bateau, faites le bien.

La surliure : L’extrémité des cordages à tendance à se détoronner. Cela signifie que les torons vont se désolidariser les uns des autres. Pour éviter cela, les shipchandlers coupent les bouts avec une lame brûlante. Cependant, cela ne suffit pas toujours. Pour éviter que vos amarres se détoronnent, vous pouvez faire une surliure, avec une garcette. Cela permettra de garder les torons soudés. Pour ceux qui ne sont pas bons en couture… j’utilise du scotch auto-soudant. le résultat est aussi bon.

Protéger ses amarres contre le ragage

amarre bateau protégée

Comme nous l’avons vu plus haut, une des principales causes d’usure des amarres de nos bateaux est le ragage, le frottement de ces derniers sur un anneau, un taquet ou encore le rail de fargue de votre voilier. Pour cela, il y a deux méthodes qui sont utilisées pour protéger vos cordages.

  • Le fameux tour mort : Je ne le pratique que depuis quelques années, sur les conseils d’un voisin de ponton. Avant de faire votre retour, sur les taquets d’un catway, ou de faire votre nœud, faites un tour mort. Cela bloque l’amarre et évite le frottement.
  • Le gainage : Le gainage permet de protéger votre amarre sur une bouée ou un taquet. L’opération consiste à protéger l’épissure de votre amarre, ou le nœud de chaise, avec une gaine de caoutchouc (morceaux de tuyau d’arrosage) ou de cuir. Vous pourrez bloquer cette gaine avec une petite garcette passée dans le bout. Pour les amarres qui restent à poste, pensez à une cosse à l’intérieur de votre épissure. Pensez aussi à gainer les endroits ou l’amarre passe par-dessus le rail de fargue du bateau.

Protéger ses amarres contres les à-coups

L’autre cause d’usure des amarrages est la tension qu’ils subissent, avec le bateau, ou la bouée. A chaque coup de vent ou mouvement du bateau, le cordage subit un coup sec. Cette tension fatigue le textile petit à petit. Pour éviter ou réduire cet effet, vous devez opter pour des amarres plus ou moins souples et élastiques.

Dans le même temps, il,  existe des amortisseurs d’amarres. Il existe des modèles en caoutchouc et des modèles sous forme de ressort. Les premiers modèles sont les plus abordables. Le système est assez simple. L’amarre vient s’enrouler autour de l’amortisseur qui absorbe les choques grâce à son élasticité. Je n’ai jamais essayé le modèle ressort.

8 réflexions au sujet de “Protéger les amarres de son bateau et prolonger leur durée de vie”

  1. Il faut se méfier des amortisseurs d’amarres en caoutchouc. Le cordage qui entoure l’amortisseur a tendance à cisailler le corps du caoutchouc. Pour ma part une nuit de mistral au port a eu raison de ce caoutchouc.

    Répondre
  2. Bonjour, je préconise de changer vos amarres tous les dix ans. Ancien bosco, j’avais comme guide, un excellent fascicule sur la fabrication et l’emploi des synthétiques. je ne vous cache pas que le remplacement d’une ou des aussières était un parcours houleux, de menaces… Au sujet de l’amortisseur ! il a un effet aussi sur le ponton. Plus d’à coups ! et les ressorts sont efficaces mais il faut les graisser.

    Répondre
  3. Je conclus de cet article que… vous êtes de Locmariaquer! C’est aussi mon point d’attache! (j’ai rénové ‘Ty Kabiten’, Route d’Auray en entrée de bourg).
    Mon commentaire: je pense que beaucoup de bateaux ‘quittent’ leur ponton pour a) malveillance b) noeuds mal faits. Eh oui, on en voit!

    Bravo pour vos publications, continuez!!

    Répondre
    • Bonjour Christophe,
      merci pour ce commentaire. Je suis sur Quimper et mon mouillage aussi. Mais mon coeur est à loc et et suis le plus souvent possible.
      Je suis aller voir votre site. magnifique rénovation. Je n’aurai jamais pensé que la maison cachait autant de choses et ce cadre de l’autre côté.

      Répondre

Répondre à Ronan Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

facilisis luctus et, commodo ut id ut