Régater. Choisir son voilier entre Jauge et classe ?

voiliers en régate
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Choisir son voilier pour régater, c’est choisir son programme et son budget. Comment s’y retrouver entre jauges et classes ?

Dans le monde la voile, on a souvent tendance à opposer la croisière à la régate. Ces deux mondes ne se croiseraient pas. Les uns seraient incapables de bien régler leurs voiles quand les autres ne sauraient pas profiter de leur environnement, seraient des prétentieux prêts à investir dans les derniers équipements nautiques sans compter.

Pourtant, la régate n’est pas réservée à un monde élitiste et ne demande pas des investissements dépassant l’entendement. La régate est même une excellente école pour apprendre à naviguer, à régler un bateau. C’est aussi un moyen, pour les plus jeunes, d’apprendre à travailler en équipe. Enfin, régater permet de naviguer plus souvent. Si rien n’empêche un plaisancier de sortir tous les dimanches de l’année, participer à des entrainements d’hivers, se faire un programme de régates locales permet de planifier des sorties en mer et…d’avoir une excuse pour naviguer.

Choisir son bateau pour régater

La question du bateau est essentielle pour régater. Si certaines unités sont taillées pour la course, voire la course croisière, certains croiseurs offrent de belles perspectives. De nombreux voiliers sont capables d’emmener une famille en croisière l’été tout en faisant plaisir aux mangeurs d’écoutes les plus exigeants, sur une régate d’un week-end. Cependant, le choix du voilier aura une incidence sur le programme de régates, sur le niveau du circuit et sur l’investissement.

régate

L’histoire de la plaisance et le nombre de chantiers en Europe sont un atout extraordinaire pour trouver un bateau. En effet, Il y en a pour tous les budgets, toutes les tailles et tous les équipages. Certains plaisanciers, aux moyens conséquents, souhaiteront investir dans des unités de course comme les JPK, les J99 ou un Sun Fast 3200. D’autres plaisanciers se tourneront vers d’anciennes gloires de la course comme les Halftonners. Enfin, la grande majorité trouvera son bonheur dans d’excellentes carènes de croisière ou course croisière comme le Rush, le First 30, le Sun Shine ou le First 31.7. Des voiliers capables d’excellents résultats.

Les classes

Les classes de voiliers regroupent des bateaux plus ou moins identiques. Ces bateaux sont issus de la même série ou alors ils sont des caractéristiques très proches et réglementées. Les classes les plus connues sont la classe Mini 6.50 et la class40, l’Imoca ou la classe 50. Cependant, naviguer en classe n’est pas réservé aux professionnels. Il est tout à fait possible de régater, en amateur, dans certaines classes. La classe la plus accessible est la Microclass. Cette association est très dynamique et regroupe tous les voiliers de 5.50 respectant sa jauge. On retrouve des voiliers comme le Microsail,… Certaines classes regroupent des voiliers de série comme pour le Muscadet ou le Surprise.

L’intérêt de ces classes est de pouvoir naviguer sur des bateaux identiques les uns aux autres. L’ambiance sur les pontons est exceptionnelle et très conviviale. En effet, tous les niveaux se côtoient autour d’une passion commune du bateau. Les équipages se retrouvent souvent et finissent par nouer des liens.

Les jauges IRC et OSIRIS

Si naviguer en classe offre des avantages, ce n’est pas toujours la solution la plus simple. En effet, le circuit est fermé et demande une certaine disponibilité. Enfin, il n’est pas toujours évident de trouver le bon bateau pouvant répondre à un programme de régate mais aussi à une utilisation plus familiale. Vous pouvez, alors, vous tourner vers un voilier de série répondant à tous vos besoins. Mais il n’existera pas toujours de classe pour ce voilier. Dans ce cas, pour que différents voiliers puissent régater ensembles, il existe des jauges à handicap. Ces jauges vont permettre de faire naviguer ensemble des voiliers de tailles différentes, toilés de façons différentes,….  La jauge permet de rétablir un équilibre entre les différents voiliers, de performances différentes. De fait, tout le monde à ses chances.

départ de régate

En effet, le temps de course se calcul en temps compensé. En appliquant un coefficient au temps réel du voilier, ce dernier se verra donner un temps compensé qui donnera son classement. Un voilier qui arrive en milieu de classement, en temps réel, pourra se retrouver sur le podium en temps compensé. Pour résumer, moins un voilier est performant, plus se coefficient lui permettra de réduire son temps compensé. Mais je résume, car tous les amateurs vous diront que certains bateaux sont plus avantagés que d’autres.       

En France, il existe deux jauges pour les bateaux de séries. Ces deux jauges, OSIRIS et IRC, vont permettre de régater sur de nombreuses régates comme le Spi Ouest France, La Massila,… Cependant, certaines courses seront réservées aux voiliers en IRC, d’autres en OSIRIS. Pour résumer, disons, que la jauge IRC s’adresse, plus souvent, aux régatiers assidus quand la jauge OSIRIS est plus facilement accessible aux plaisanciers souhaitant participer aux régates locales.



Ronan Yhuel
A propos Ronan 589 Articles
responsable de la publication de ce site. plaisancier du dimanche assumé, amoureux de la mer, de nos côtes et des voiliers.

1 Rétrolien / Ping

  1. Comment apprendre la voile et la navigation?

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.