Rejoindre son bateau au mouillage. Annexe et précautions

L’annexe est le bateau indispensable pour rejoindre son bateau au mouillage. Mais quelles sont les précautions à prendre avant d’embarquer sur ces petites barques et quelle annexe choisir?

Sur certains plans d’eau, les places de port, sur bouée, sont très nombreuses. Certains bateaux passent la saison, voir l’hiver, sur leur mouillage. C’est notamment le cas en Bretagne ou les zones de mouillages réglementés sont très nombreuses. Certaines zones de mouillages sont gérées par les ports, d’autres par des associations, qui sont responsables de la gestion des concessions des titulaires.

Les dangers d’un bateau au mouillage

J’ai toujours trouvé que, au-delà de l’avantage tarifaire, avoir son bateau sur une bouée, plutôt que sur ponton, avait plus de charme:

  • Sans bouger de votre mouillage, vous êtes déjà dépaysé,
  • Vous pouvez partir directement à la voile, et revenir au mouillage sans allumer le moteur
  • Vous passez des nuits plus romantiques

Cependant, il faut bien reconnaitre que pour accéder à votre bateau, c’est plus compliqué. En règle générale, les ports de plaisance organisent des navettes pour accéder au bateau, sur appel VHF, par exemple. Mais certains ports n’ont pas ce service de rade, pour des questions de coûts ou de personnel. Enfin, pour les mouillages associatifs, rien n’est organisé. Dans ce cas, pour rejoindre son bateau, il n’y a pas d’autres alternatives que de prendre son annexe.

Malheureusement, tous les ans, des accidents, et des décès, nous rappellent que prendre son annexe, pour monter à bord de son bateau, est très dangereux. En effet, les accidents sont nombreux, et ne sont pas l’exclusivité des plaisanciers du dimanche, ou des aoutiens. Et dans certaines situations, l’accident peut être fatal. L’accident le plus fréquent est lors du passage de l’annexe au bateau. C’est à ce moment-là que le risque de chute à la mer est le plus important. Surtout si vous naviguez sur des voiliers des années 80, avec des tableaux arrières fermés.

Dans le même temps, certains mouillages peuvent être situés assez loin de la berge. Je pense, par exemple à certains mouillages du Golfe du Morbihan. D’autres seront situés dans des zones de courants, parfois assez forts, comme dans l’Odet. Enfin, les derniers seront situés sur des zones de forts passages entrainant des risques, là encore de chute. Certains propriétaires de bateaux à moteurs ne sont pas toujours vigilants. je dis bien certains… donc une minorité.

L’annexe pour rejoindre le bateau, au mouillage

annexes sur un quai Pour rejoindre son bateau au mouillage, le choix de l’annexe est primordial. On voit encore, trop souvent, des plaisanciers rejoindre leur bateau sur des petites annexes, peu stables. Quand on est seul, et sans sacs, le risque est faible, de rejoindre son bateau sur une annexe de type BIC Sportyak ou Plastimo PRS210. Mais embarquer sur ce type d’annexe à deux ou trois, avec des sacs, est, à mon avis, inconscient.

En effet, il suffit qu’une petite vague arrive pour que l’annexe prenne l’eau. Et une annexe se remplit très vite. Il en est de même lors de l’arrivée au bateau. Le passage de l’annexe au bateau, ressemble parfois, à un numéro d’acrobatie. Préférez, dans ce cas, les modèles à double coques, plus stables, voire une annexe gonflable.

Sinon, il y a la solution de la barque, de type canot, ou la grosse annexe. On en trouve différents modèles, comme les fameuses barques New Matic, toujours fabriqués, et d’excellente qualité.

Je pense qu’investir dans une annexe de bonne taille, et stable, est indispensable. Alors, oui, bien sur, c’est plus lourd, il faut s’organiser. Mais voyez les avantages. Vous disposez d’une annexe sécurisante, sur laquelle vous allez pouvoir emmener plusieurs personnes et du chargement. Vous gagnez donc des allez retour….et du temps.

Dans le même temps, vous bénéficiez d’un deuxième bateau, potentiellement à moteur. L’idéal pour aller pêcher ou se promener quand on a que peu de temps. Mais l’annexe sera aussi utile, en hiver, quand le voilier est en hivernage.

L’équipement et les précautions

Mais la barque ne fait pas tout, pour la sécurité du plaisancier. Un équipement minimum est indispensable pour embarquer sur une annexe. Commençons, tout de suite, par le gilet de sauvetage. Il est encore plus indispensable à bord d’une annexe que sur le bateau. Je pense qu’il n’y aura pas de sujet là-dessus. De mon côté, c’est ma femme qui m’a fait la guerre. Longtemps, je n’y voyais pas l’intérêt. je me suis trompé et, maintenant, je le porte à chaque fois.

En parallèle, un bout, qui traîne derrière l’annexe, si vous n’êtes pas au moteur, permettra de récupérer l’annexe, en cas de chute à la mer. Cela peut être très utile dans les courants. Sinon, vous pouvez vous attacher si l’annexe rend la chose possible.

Ensuite, même équipé d’un moteur, pensez à la pagaie. Elle dépannera en cas de panne. Et concernant ces pagaies, attachées les aux dames de nage ou à l’annexe.

Enfin, et on ne le voie pas encore assez, une garcette, attachée à l’échelle de bain, permettra à un plaisancier tombé à l’eau de s’y accrocher et de faire descendre cette échelle, afin de monter à votre bord. Je trouve que cette petite attention devrait, presque être obligatoire.

Et vous, quels sont vos conseils et préconisations?

9 réflexions au sujet de “Rejoindre son bateau au mouillage. Annexe et précautions”

  1. Je me permets d’apporter une précision car je trouve cet article incomplet. Il est louable de préciser la nécessité d’un gilet de sauvetage, mais cependant il y a une législation autour de ça. Au-delà de 300 m d’un abri (le bateau porteur, la plage, le port…), il est obligatoire d’avoir à bord une brassière de sauvetage par personne présente embarquée ET un moyen de repérage lumineux (bâton luminescent, lampe étanche, lampe flash…) sur une annexe.
    Salutations nautiques

    Répondre
  2. Bonjour,
    Est ce quelqu’un peu m’apporter une précision en ce qui concerne l’utilisation d’une annexe transfert quai bateau et inversement, qui est le skipper celui qui est sur l’annexe ou de vrai skipper resté à bord ou sur le quai?

    « difficile de trouver un texte juridique sur ce sujet »

    Merci et bonne navigation

    Répondre
  3. Une mésaventure devient toujours source d’enseignements…
    Ma leçon personnelle: Frapper un bout sur le moteur pour assurer un lien avec l’annexe.
    Au moment de nous rendre au mouillage, un ami a pris l’initiative d’installer le moteur sur l’annexe «pour donner un coup de mains». La sachant capable, nous partons. Au moment du retour, les vis de serrement avaient été mal assurées…
    Le bruit qui s’ensuivit m’est encore mémorable!

    Répondre

Répondre à Cap 180 Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.