Sea Shepherd, le combat d’une vie

Sea Shepherd, le combat d’une vie

En 2017, l’association Sea Shepherd fondée par le capitaine Paul Watson fête ses 40 ans. Quarante ans de lutte pour la préservation des océans. Quarante ans sur la ligne de front.

L’association Sea Shepherd Conservation Society est sans doute, depuis 1977, l’organisation écologiste la plus active. Ses 40 ans est l’occasion, pour Lamya Essemlali, de nous livrer, dans son dernier livre, un autre portrait de son fondateur, Paul Watson. En effet, elle avait déjà écrit une biographie de cet activiste et écologiste en 2012 (Capitaine Paul Watson, entretien avec un pirate, au édition Glénat).

Le portrait de Paul Watson :

Sea Shepherd, le combat d’une vieMais qui est Paul Franklin Watson, ce canadien né en 1950 ? Lamya Essemlali ne dresse pas directement un portrait complet de ce capitaine écologiste, qu’elle admire, mais lui laisse la parole. En effet, sous la forme d’une entrevue, ils reviennent sur sur sa vie personnelle, mais aussi, et surtout, sur sa vision des choses. Il est question de la philosophie de Paul Watson et sur ce qu’il insuffle à l’association Sea Shepherd, tout en relatant, ponctuellement, les activités et les faits d’arme de cette dernière. Il est fait aussi mention des liens entre Paul Watson et Greenpeace, association dont il fut cofondateur (en 1969, à l’âge de dix-huit ans) mais dont il est parti suite à certains différents. Laissant de côté les a priori liés à la médiatisation de ses inculpations, ou de ses sauvetages animaliers dans sa lutte pour une certaine préservation de la biodiversité, chacun peut alors se faire son propre avis sur « Paul ». Adulé par les uns, qualifié d’écoterroriste par les autres, voir de végan extrémiste ayant une certaine horreur de l’espèce humaine, le protagoniste s’exprime librement et livre sa pensée, et donc sa personnalité.

Quelques mots sur l’auteur :

Lamya EssemlaliLamya Essemlali, née en 1979, est une militante écologiste. Elle rencontre Paul Watson lors d’une conférence à Paris, en 2005 et intègre alors Sea Shepherd Conservation Society. Au retour de sa première mission en Antarctique, en 2006, ils fondent ensemble Sea Shepherd France, association à but non lucratif de conservation de la faune et de la flore marines, dont elle est présidente. Elle est codirectrice de Sea Shephred Global depuis 2013. Elle est titulaire d’un Master en sciences de l’environnement et d’un diplôme en communication.



Frédéric Daeschler
A propos Frédéric Daeschler 12 Articles
Frédéric Daeschler, dirigeant de la société Capajut et spécialiste en informatique embarquée pour la navigation maritime.

Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.