Sébastien Simon, vainqueur de la deuxième étape de la Solitaire

sebastien simon, skipper
© Alexis Courcoux

Sébastien Simon, le skipper de Bretagne CMB Performance, remporte la deuxième étape de la Solitaire Urgo le Figaro, à la Ria de Muros-Noia.

Sébastien Simon remport la deuxième étape de la Solitaire Urgo Le Figaro, devant Xavier Macair, skipper de Groupe SNEF et Eric Péron, skipper de Finistère Mer Vent. Il signe là, sa deuxième victoire sur la Solitaire, après Concarneau en 2015. Sébastien Simon en profite pour s’installer en tête du classement général de la 49e édition devant Xavier Macaire et Anthony Marchand, skipper de Groupe Royer-Secours Populaire et vainqueur de la première étape.

« J’ai une revanche à prendre sur la première étape, parce que je suis quand même assez frustré d’avoir failli clouer la Solitaire de certains de mes concurrents et de ne pas avoir été récompensé ».

Dimanche matin, au moment de quitter le ponton du Port du Légué, Sébastien Simon ne cachait pas une froide détermination à l’évocation de la deuxième étape de La Solitaire URGO Le Figaro entre la Baie de Saint-Brieuc et la Ria de Muros-Noia. Quatrième du parcours initial dont il avait été l’un des grands animateurs, à 4’25 du vainqueur Anthony Marchand, le Sablais s’estimait mal payé et voulait frapper un grand coup sur les 515 milles menant la flotte en Galice.

Deuxième victoire

Mission accomplie avec cette magistrale victoire d’étape, sa deuxième sur La Solitaire après celle remportée en 2015 sur le trajet inverse, entre La Corogne et Concarneau. Cette victoire, Sébastien Simon, 28 ans et cinquième participation (il avait terminé 4e en 2017), l’aura bâtie en trois temps : Après une descente de Manche pendant laquelle il a eu l’impression de « tout faire à l’envers », il a choisi la bonne option dans le Chenal du Four, qui a eu raison de quelques ténors (Gildas Mahé, Alexis Loison, Erwan Tabarly…), fait parler sa vitesse sous spi lorsque le vent de nord-est est rentré, puis pris le pouvoir dans la nuit de lundi à mardi à la faveur d’un empannage parfaitement « timé » dans le golfe de Gascogne, seulement suivi par Eric Péron (Finistère Mer Vent).

« Les autres ont essayé de viser le cadre parfait, à 200 milles du cap Finisterre, à mon avis, c’était ambitieux, commentera-t-il au ponton du port de Portosin. Moi, j’ai commencé à exploiter tout de suite les oscillations, j’ai empanné, et en plus, ça m’a permis d’être dans une autre optique, parce que du coup, je naviguais tout seul. Je me suis reposé toute la deuxième nuit, alors que je pense que les autres étaient tous à la barre à se tirer la bourre, et ça, je pense que ce n’était pas très bénéfique pour eux ».

Sébastien Simon, nouveau patron

Restait ensuite à réussir l’atterrissage sur les côtes galiciennes, ce qui n’a pas été chose aisée parce que la situation orageuse sur zone a permis aux bateaux de derrière de revenir, au point qu’à l’entrée de la Ria de Muros Noia, ils étaient cinq à prétendre à la victoire. La réussite a alors été du côté de Sébastien Simon, reparti le premier et finalement vainqueur à 4h05’55 avec 19’57’’ d’avance sur Xavier Macaire (Groupe SNEF) et 20’06’’ sur Eric Péron (Finistère Mer Vent). Derrière, les écarts sont conséquents (Anthony Marchand à 35’16’’, Thierry Chabagny à 35’42’’, Charlie Dalin à 36’56’’), preuve que Sébastien Simon a frappé un grand coup et s’affirme comme le nouveau patron de cette 49e édition, son poursuivant immédiat au général, Xavier Macaire, pointant à 26’31 !

« Je suis hyper heureux, c’est la deuxième étape que je remporte, c’est la preuve que la première n’était pas un hasard, il n’y a plus qu’à faire la même chose sur les suivantes. Je suis venu pour gagner et je repartirai pour essayer de gagner. Maintenant, la course n’est pas finie, il faut savoir que ça reste un sport mécanique, il peut m’arriver n’importe quoi à la prochaine étape, il faut rester concentré et on verra ça à Saint-Gilles-Croix-de-Vie », a conclu le skipper de Bretagne CMB Performance.

Le port vendéen sera en effet le port d’arrivée des deux dernières étapes, le rêve de Sébastien Simon d’y remporter sa première Solitaire, lui qui se lancera l’année prochaine dans un projet ambitieux de Vendée Globe, n’a jamais été si près de se réaliser…



Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.