Transquadra, ils sont arrivés

alexandre ozon, vainqueur transquadra
Transquadra 2017-2018

Les skippers de la Transquadra 2018 sont arrivés au Marin, depuis ce week end pour les premiers. cette édition a vu la victoire d’Alexandre Ozon, en solo, et du duo Monin/Belloir.

Les skippers de la transquadra sont presque tous arrivés au Marin. Cette édition aura été exceptionnelle à tous les niveaux. Le succès de cette transat IRC ne se dément plus depuis des années. Les deux vainqueurs en solitaire et en double de la flotte atlantique sont arrivés à 40’ d’intervalle vendredi dernier.

Alexandre Ozon, très beau vainqueur

Alexandre Ozon, sur son Bepox 990 Team2Choc, n’a laissé aucune chance à ses adversaires en maîtrisant sa course de bout en bout. Vainqueur de la 1ère étape, le skipper a enfoncé le clou lors de la traversée de l’Atlantique, sa première en solitaire. Et c’est bien le tacticien et le sportif qu’il faut fêter. Il arrive, avec son Beepox 990, devant des voiliers plus récents, en réel comme en compensé. En effet, en tête dès les premières heures de course, à la faveur d’une option sud assez radicale, il a ensuite contrôlé ses adversaires. Il a même réussi à creuser l’écart malgré les attaques de son premier adversaire, Jean-Pierre Kelbert (Léon) 2eme,  sur son JPK 10.80. Dans le même temps, le skipper lorientais déccroche un nouveau record pour la transquadra, avec un nouveau temps à battre de 13j 1h 14.

Olivier Monin et Aymeric Belloir (Yuzu), vainqueurs en double atlantique en temps réel et probablement en temps compensé

A 17h54′ 00” (heure française), le premier duo de la flotte Atlantique, Olivier Monin et Aymeric Belloir coupait à son tour la ligne d’arrivée devant la marina du Marin 13j 1h 54min 00s de course, à 8,44 nds de moyenne.

Des amateurs très pros

Le fait marquant de cette édition, est le niveau des équipages.  Nombre de participants sont arrivés sur la course avec  un très haut niveau de préparation. En effet, la Transquadra est une rude épreuve, un marathon. Elle exige donc une préparation importante. Certains skippers se préparent 2 à 3 ans à l’avance, entre entraînements, préparation physique et technique. Un grand changement dans la course croisière.

Par exemple, le duo Chombart de Lauwe/Sorin (Ogic), qui devrait l’emporter, en compensé chez les doubles atlantiques, était très bien préparé. Ils font partie de cette nouvelle catégorie de quadrasailors à avoir fait appel à des coureurs professionnels pour explorer dans le détail tous les secrets de la course au large. Suivi de chantier et personnalisation de leur bateau, préparation en mer et à terre : pendant plus de deux ans ces deux anciens ministes ont confié leur recherche de performance à un véritable « coach », avec succès.

On pourrait également citer Alexandre Ozon et Jean-Pierre Kelbert, expérimentés, talentueux, compétiteurs dans l’âme, ont eux aussi bien préparé leur course.

Une météo physique

Cette édition de la Transquadra aura été marquée par des conditions météo rudes. La course a été physique et technique.De l’avis des organisateurs et des skippers, les conditions météo ont été exceptionnelles, pour l’histoire de la transquadra.

Dés le départ, les concurrents sont mis dans le bain. Ce dernier sera donné dans des conditions musclées et instables. Marins et bateaux ont souffert dès la première nuit : une mâchoire, deux mats, un vit-de-mulet, de très nombreux spis et tangons cassés. Tout ne fut malheureusement pas réparable…



Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.