Les voies d’eau sur un bateau. Comment y faire face et comment les prévenir?

Les voies d’eau sur un bateau sont une des principales hantises des plaisanciers. A juste titre d’ailleurs. Voyons ensemble d’où peut provenir l’eau, dans un bateau, et comment faire face à une voie d’eau.

Le grand réflexe de nombre d’entre nous, quand nous montons à bord de notre bateau, est de regarder les fonds de cale. Personnellement, c’est mon cas. Si j’ai déjà navigué avec une vanne qui fuyait, il y a quelques années, c’est parce que j’étais jeune, célibataire et un peu inconcient. Aujourd’hui, je ne me permettrai plus cette attitude. Et encore moins ma femme.

Les voies d’eau sur un bateau peuvent être dramatiques. Avoir un peu d’eau en fond de cale peut ne pas être grand-chose. Mais cela peut aussi être le début d’une catastrophe. En effet, dans cet article, nous allons parler des voies d’eau en général. Mais nous n’allons pas évoquer uniquement le cas d’une grosse voie d’eau pouvant entraîner un naufrage et l’intervention de la SNSM. Nous allons aussi voir ensemble les origines des petites voies d’eau et comment y remédier avant d’avoir à subir la catastrophe.

Eau douce ou eau salée ?

Alors, je ne vais pas parler, ici, des marins d’eau douce ou d’eau salée. En fait, la première chose à faire, lorsque vous découvrez de l’eau en fond de cale, est de vérifier si cette eau est de l’eau de mer ou de l’eau douce.

Savoir d’où vient l’eau permet de, rapidement, orienter ses recherches ou, plus simplement, se rassurer. En effet, si l’eau en fond de cale est de l’eau douce, c’est embêtant, problématique, mais moins grave que de l’eau de mer.

Alors comment savoir si cette eau est de l’eau de mer ou pas ? Et bien il n’y a pas 36 solutions, il faut la goûter. Alors, ne prenez pas un verre. Trempez votre doigt dans l’eau et goûtez là, cela suffira.

Par ou arrive l’eau douce en fond de cale ?

eau dans un fond de cale de bateau

Nous allons commencer par l’eau douce. D’où peut venir cette eau en fond de cale ? Il y a plusieurs possibilités que nous allons voir ensemble.

La condensation : la première possibilité est tout simplement la condensation présente dans le bateau qui coule en fond de cale. Cependant, cette condensation ne doit pas représenter une quantité trop importante. Si votre fond de cale demande de vider un petit quart de seau, cela signifie qu’il y a un autre souci. Vous avez sans doute de l’eau de pluie qui coule dans le bateau.

La question à se poser est donc de trouver par ou arrive l’eau de pluie. Sur un bateau, les entrées d’eau possibles sont nombreuses. Pour la trouver, il faut passer un gros coup de jet d’eau sur tout le pont, puis à vérifier l’humidité à l’intérieur du bateau. Je vous invite à regarder :

  • L’étanchéité des hublots ( joints, fissures éventuelles)
  • L’étanchéité de la baille à mouillage ( eau qui stagne, étanchéités des vis, du guindeau,…)
  • Les reprises des cadènes et les chandeliers peuvent laisser passer de l’eau. Attention, dans ce cas au risque de délaminage de votre pont, lorsque celui-ci est en sandwich.
  • Le mat lorsque celui-ci est traversant.
  • Les passe-câbles

Enfin, si vous n’observez aucune entrée d’eau par l’intérieur, vérifiez l’étanchéité de votre vache à eau et de votre circuit d’eau ( colliers de serrage)

Par ou arrive l’eau salée dans un bateau ?

Si l’eau, en fond de cale, peut arriver par le pont, elle peut aussi arriver par la coque. Et là, cela devient plus problématique pour la sécurité du bateau et de l’équipage. Bien évidemment, si en navigation, vous talonnez ou vous êtes abordé et que la coque se casse, l’entrée d’eau sera rapide et vous ne vous poserez pas très longtemps la question de son origine.

Cependant, les voies d’eau peuvent être beaucoup plus discrètes. Et c’est d’ailleurs souvent le cas. Il faut donc remonter à la source pour faire face au problème. Voyons ensemble les différents points d’entrées d’eau de mer sur un bateau.

La première chose à vérifier, et c’est le plus simple, est l’ensemble des vannes du bateau. Il s’agit de vos vannes WC, des éviers et de la prise d’eau moteur. L’eau peut arriver par là. Vos vannes sont anciennes et ne sont plus étanches ou ont tété mal montées. Mais cela peut aussi venir de vos tuyaux. Si ces derniers sont mal installés, que les colliers de serrage sont mal serrés, l’eau de mer peut aussi passer par là lorsque vos vannes sont ouvertes.

Au-delà des vannes, l’eau de mer a d’autres moyens de s’infiltrer dans votre carré et vos fonds de cale. Elle peut passer, par exemple par les passes-coques de votre sondeur et de votre loch. Vous devez vérifier leur étanchéité à chaque mise à l’eau.

Ensuite, vous devez vous intéresser aux presse-étoupes. En effet, L’eau peut passer par le presse étoupe de arbre d’hélice ou de la mèche de safran. Ces jonctions sont sécurisées par un joint. Mais ce joint peut être abîmé et en plus faire son travail. Attention, cependant, le presse-étoupe de l’arbre d’hélice doit toujours être un peu humide et laisser quelques gouttes passer. Cela permet de lubrifier le joint.

Enfin, le dernier point d’attention est la jonction entre la quille et la coque. L’eau peut, ici, passer par les boulons. Vous pouvez l’observer si vos boulons sont rouillés ou si, quand le bateau est sur berre, de la rouille apparaît le long de la quille.

Comment faire face à une voie d’eau ?

Nous avons donc vu les différents points d’entrée d’une voie d’eau dans le bateau. La question est, maintenant, de savoir ce qu’il faut faire pour y remédier.

Faire face à une petite voie d’eau

La première chose, si vous êtes face à une petite voie d’eau, une vanne qui suinte par exemple, est de ne pas bricoler. En effet, ne tentez pas de soigner le mal en ajoutant une dose de Sika autour de votre passe-coque. Il ne prendra pas et l’eau reviendra. En plus, il vous sera encore plus compliqué de réparer. Sortez le bateau et faite la réparation rapidement, n’attendez pas l’hivernage.

Il existe bien quelques produits liquides qui peuvent boucher des fissures ou autres. Mais ils fonctionneront difficilement avec de l’eau sous pression. Ils seront plus utiles sur des hublots ou autres. Il existe bien des matériaux  polymérisant qui permettent de limiter la voie d’eau, mais cela ne sera que du temporaire.

J’ai un exemple très parlant, un retour d’expérience : Nous avions, avec mon père, un kelt 760, enfin, il avait et j’en profitais. Le bateau était un dériveur lesté, dont la dérive se remontait via un bout, sous la table du carré. Le pied e table était repris sur le saumon via une pièce d’acier. Cette pièce avait tendance, bien évidemment, à rouiller, vous imaginez bien.

Au bout de quelques années, la rouille avait vraiment bien mangé l’acier, et nous avions bien remarqué que de l’eau suintait. Estimant que ce n’était pas grande chose, nous avions colmaté la fuite avec une pâte époxy en attendant l’hiver.

En plein été, nous décidons de partir faire un tour en Bretagne Sud. Nous n’avions navigué que quelques heures quand mon père m’indique que le bateau avait de l’eau en fond de cale, encore. Nous essayons de regarder d’ou cette eau vient, en ayant déjà notre idée. En fait la pâte époxy, prise sur de l’acier rouillé n’avait pas tenue. Et pire, à chaque fois que nous tentions de colmater, le trou s’agrandissait. Résultat des courses, nous avons pris la direction de Port Haliguen, sur la presqu’Île de Quiberon pour sortir de l’eau en toute urgence. Bien évidemment, nous n’avions pas de pompe de cale électrique. Je peux vous assurer que vous pouvez avoir les écopes et seaux nécessaires, l’eau arrivera plus vite que vous l’évacuez.

Faire face à une grosse voie d’eau

Lorsque vous avez talonné ou que vous faites face à une grosse voie d’eau, vous devez, tout de suite, mettre toutes vos pompes de cale en action ( pompes électriques et vos bras pour les pompes manuelles), en plus des gestes d’urgence classiques.

Ensuite, votre objectif est de trouver l’origine de la voie d’eau. Pour cela, vous devez remonter le courant d’eau avec votre main.

Enfin, vous allez colmater la fuite. Dans la situation la plus simple, utilisez la pinoche adaptée pour boucher grossièrement le trou. Coincée là avec un tissu.

Si le trou ne peut être bouché avec une pinoche, vous allez aveugler la voie d’eau, par l’intérieur . Pour cela, vous allez utiliser tout ce que vous avez sous la main :

  • paillet,
  • coussin,
  • cirés,
  • matelas,…

Ensuite, vous allez poser une planche sur le tout, afin d’en assurer la rigidité. Si vous le pouvez, essayez de colmater la brèche par l’extérieur en utilisant une voile.

Quand tout ceci est fait, et que vous avez contacté les secours, naviguez, dans la mesure du possible, au près. L’objectif est de remonter le trou au plus près de la ligne de flottaison afin de baisser la pression. En espérant, bien évidemment que vous vous dirigez vers un port. Sinon, cela permet d’attendre les secours. La SNSM donne aussi d’excellents conseils à suivre ici.

Les conseils pour prévenir les voies d’eau

Comme je le dis tous le temps, naviguer, c’est anticiper. Alors, la meilleure façon de faire face à une voie d’eau est de l’éviter. Pour cela, il existe quelques règles simples à respecter. Pour prévenir les voies d’eau, vous devez donc :

  • Entretenir et contrôler vos vannes
  • Vérifier vos colliers de serrages
  • Fermer les vannes en navigation
  • Accrochez une pinoche en bois à côté de chaque passe-coque et vanne, d’un diamètre adapté
  • Avoir des pompes de cale en état de marche
  • Garder un accès libre aux passes-coques et aux vannes
  • Arrimer les objets lourds

Pour résumer, ne jouez pas avec l’eau. Partez du principe que le fond de cale de votre bateau doit toujours être sec et sain. Si ce n’est pas le cas, recherchez rapidement l’origine de cette eau et effectuez les réparations nécessaires, n’attendez pas.

4 réflexions au sujet de “Les voies d’eau sur un bateau. Comment y faire face et comment les prévenir?”

  1. Bonjour,
    J’ajouterais un bémol à cet excellent article.
    Si vous avez une coque en bois classique, vous aurez TOUJOURS un peu d’au dans la cale. Et, cela est tant mieux. Par contre, cette quantité d’eau ne doit, en aucun cas, augmenter. Après un certain temps sans naviguer, lors des premiers bords, votre bateau fera de l’eau. Cela durera une à deux heures, l’instant que vos bordés “regonflent”. donc pas de pan…pan…pan…ique! si tel n’est pas le cas, revoir rapidement votre calfatage. Pour se faire, sortez votre bateau, attendez qu’il sèche un peu et vous verrez les traces d’humidité apparaître. le calfat à revoir se situe à cet endroit.

    Répondre
  2. Bonjour, moi j’ai de la dans la cale mais seulement quand il pleut c’est déjà ça , mais impossible de trouver d’où cela vient le bateau fait 8 m et possède un taud a l’arrière j’ai 2 petite entrée d’eau en cas de forte plus mais celle ci ne vont pas dans la cale et sont évacuées directement par un passe coque, j’ai des vitre coulissantes dans la cabine mais tout est doublés et pas d’accès je crois qu’il faudrait toute les démonter, un tres gros boulot, me demande si il n’existe pas un colorant?

    Répondre
  3. Quels sont les risques de stress en cas d’un entreposage mal réalisé, créant un stress et une tension de torsade sur les joints entre la coque et la quille?

    Répondre

Répondre à sergio Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.