Le rôle capital de la SNSM en France

Le rôle de la SNSM est de plus en plus important chaque année. Sur les plages ou mer, soutenons les.

La bonne saison est de retour, nombreux sont les plaisanciers qui vont prendre place sur leur bateau pour prendre le large en solo, en famille ou entre amis. Sur le papier, cela sonne comme un plan parfait pour tous ceux qui sont passionnés par la mer. Mais, en réalité, plusieurs précautions sont à prendre pour que la virée en bateau se passe bien.

D’une part, on vous en a parlé il y a peu, il est important de naviguer en respectant l’environnement. D’autre part, il est capital de naviguer en respectant des notions de sécurité. Et il capital de savoir qui vous viendra en aide en cas de problème. C’est en cela qu’entre en jeu la SNSM, alias la Société Nationale de Sauvetage en Mer. Découvrez à quel point cette association est importante et les difficultés qu’elle rencontre actuellement.

Photo par Claude Péron, CC BY 4.0
Photo par Claude Péron, CC BY 4.0

Une association qui vous protège des dangers en mer

Fondée en 1967, la SNSM est une association française qui a pour vocation de secourir les vies humaines en danger, en mer, et ce 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. En moyenne, elle permet de secourir plus de 7 500 personnes pour environ 5 500 interventions chaque année. Cela représente les deux tiers des interventions des secours en mer au large des côtes françaises effectuées par navire. Au total, depuis sa création, l’association a secouru et soigné 28 500 personnes. Au-delà de cela, les sauveteurs en mer ont aussi pour mission d’alerter les plaisanciers sur les dangers de la mer et sur les risques auxquels ils se confrontent sur leurs embarcations.

La particularité de la SNSM, c’est que ses interventions sont entièrement gratuites pour les personnes secourues et que son fonctionnement repose entièrement sur le bénévolat. En pratique, ce sont les dons du grand public et des partenaires privés qui permettent le bon fonctionnement de la SNSM, qu’il s’agisse de la formation et de l’entraînement des secouristes (qui n’ont pas besoin d’avoir de connaissances du monde maritime au départ) comme de l’achat et de l’entretient des vedettes de secours.

La France est loin d’être une exception en ce qui concerne le recours aux bénévoles pour assurer le sauvetage des personnes en situation de détresse en mer. Ainsi, il existe également une unité de sauvetage et de recherches du côté de l’île de Man, composée de plongeurs sous-marins originaires d’Irlande. C’est aussi le cas en Espagne, en Italie ou encore en Allemagne. De manière générale, dans toute l’Europe, on retrouve des associations qui ont pour but d’assurer la protection des hommes en mer.

Une association qui se retrouve actuellement en difficulté

Comme toute association, la survie de la SNSM, particulièrement active tout au long de l’été notamment pour surveiller les plages bondées sur toute la côte française, repose sur l’engagement des bénévoles. Or, de ce côté, même si l’engagement reste globalement très fort, on note qu’il est malheureusement de plus en plus difficile de recruter de nouveaux sauveteurs. Actuellement, ce sont 5 733 sauveteurs et formateurs qui font vivre la SNSM.

Régulièrement, l’association organise des sessions de recrutements et des événements pour mettre en lumière le rôle crucial des secouristes de la mer et inviter des volontaires à rejoindre ses rangs. Ce sera notamment le cas les 28 et 29 juin prochain à l’occasion de la journée nationale des sauveteurs en mer, organisée dans toute la France. Pour le moment, la SNSM dispose d’assez de bénévoles pour assurer la protection des plaisanciers sur tout le littoral français. Il n’y a donc pas d’urgence ou de situation critique à gérer. Mais il est important de rappeler que des bénévoles donnent de leur temps et de leur énergie gratuitement pour vous sauver. Il est donc bon de les soutenir et de les rejoindre pour prendre la relève !

L’autre gros problème actuel de la SNSM, c’est qu’il est actuellement plus difficile de mobilier les donateurs individuels, qui financent en moyenne entre 80 et 90% du budget total de la SNSM. Ces dernières semaines, les appels aux dons se multiplient. En Vendée par exemple, l’association entend appeler aux dons pour financer la construction d’une nouvelle flotte qui requiert 4 millions d’euros de capital. À Cayeux-sur-mer, la station de sauvetage a elle aussi lancé un appel au grand public en ce printemps 2019 pour pouvoir assurer son bon fonctionnement. Plus précisément, elle a inauguré une cagnotte en ligne en espérant récolter 3 000 euros pour renouveler les équipements des sauveteurs. Avec l’été qui arrive, les différentes stations de la SNSM sentent l’urgence. À nous et à vous de les aider, pour qu’elles puissent assurer leur mission de la meilleure des manières… Et ainsi assurer votre sécurité en mer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

consectetur nunc mi, Sed lectus tristique justo leo. ut ut pulvinar vulputate,