Navigation et Croisière entre les îles du Morbihan

Faire une croisière autour des îles du Morbihan, en Bretagne Sud, c’est naviguer entre le granit, les plages de sable blancs et la verdure des campagnes. Faire du voilier dans ce cadre merveilleux ne laisse aucun plaisancier insensible.

Je le dis souvent, le bout du monde est souvent à portée de mille de nos ports d’attache ou cales de mises à l’eau. Découvrir l’aventure et des paysages magnifiques peut se faire le temps d’un week-end, d’une semaine ou plus le temps d’une saison estivale. La Bretagne Sud en est le parfait exemple. Une croisière entre les îles du Morbihan est l’occasion de découvrir des paysages magnifiques, entre petits ports cachés au fond des rias et grande plages de sable fin et falaises imposantes, il y en a pour tous les goûts.

Les bases de départ sont nombreuses pour profiter au mieux de ce plan d’eau qui à l’avantage de proposer des eaux abritées, à l’est de la Presqu’île de Quiberon, mais aussi de nombreux ports et marinas, accessibles en quelques milles si le besoin de se mettre à l’abri se fait ressentir. La marina la plus à l’est est celle d’Arzal, et la Roche Bernard, dans la Vilaine. A l’opposé, la rade de Lorient dispose de plusieurs ports très bien équipés. Pour ceux qui naviguent en petits voiliers, les cales de mises à l’eau sont très nombreuses, sur toute la côte de la région.

Toutes les îles du Morbihan disposent d’un ou plusieurs ports accessibles avec différents services. Dans le même temps, pour ceux d’entre nous qui naviguent sur des petits voiliers, des campings sont proposés sur toutes les îles.

Alors commençons notre croisière entre des Îles du Morbihan en partant de l’Ouest, et la rade de Lorient.

Groix, l’île des thoniers

plage sur l'île de Groix

Groix a une place spéciale dans mon cœur. A portée de la rade de Lorient, qu’elle protège des vents de sud et sud-ouest, Groix possède un caractère et une âme qui marque les plaisanciers de passage. Le principal port est Port-Tudy. L’accueil est vraiment sympa et le port, très vivant avec les aller-venus du courrier venant de Lorient.

Un tour de l’île, à pied, prendra deux grosses journées. Le tour de l’île fait 34km via le sentier côtier. La côte nord donne une vue magnifique sur toute la côte. En vous dirigeant vers l’est, vous longerez plusieurs plages dont Les sables Rouges et les grands sables. Vous pourrez d’ailleurs, par beau temps, voir belle-Île de la plage des Sables Rouges. Si vous disposez d’un dériveur, vous pourrez venir échouer dans le port de Locmaria, sur la côte Sud.

La partie ouest de l’île est plus sauvage, avec ses hautes falaises laissant la mer s’infiltrer dans des criques comme le « Trou de l’Enfer ». Des endroits idéals pour la plongée.

Au retour, vous aurez le choix entre les différentes tavernes et restaurants pour vous restaurer avant de reprendre la mer. Je vous conseille, bien évidemment, la taverne de Ty-beudeff, connue dans le monde entier.

Belle Île, l’île tant convoitée

Le Palais Belle Île

Belle-Île est la plus grande île du Morbihan, et de Bretagne d’ailleurs. L’île a été très convoitée, tout au long de l’histoire de Bretagne et de France. Elle a vu passer des vikings, des bretons, des anglais et des acadiens, revenus du Canada lors du départ des français. Son principal port, et principale ville, Le Palais, est un héritage de cette histoire avec sin impressionnante citadelle Vauban qui garde le bassin à flot. Ici aussi, l’ambiance est incroyable. Il y a du bruit et du passage avec le marché et les vedettes apportant son flot de touristes quotidien.

Pour ceux qui préfèrent le calme, le port de Sauzon, à l’Ouest de Belle-Île, est une véritable carte postale avec ses maisons colorées, nichées au fond d’une petite ria. Ici, pour profiter au maximum de l’abri, il faut venir en dériveur ou multicoque. Vous pourrez aller vous promener et vous baigner à la Pointe des Poulains, entre plages et falaises sauvages.

Au sud, les falaises sont plus nombreuses. Mais proposent d’excellents mouillages nichés au fond des rias, cachées entre des roches comme les aiguilles de Port-Coton.

Houat, et ses grandes plages de sables fins

A quelques encablures, au nord-est de Belle-Île, se trouve Houat, et l’entrée de la Baie de Quiberon. Houat est une carte postale pour qui aime mouiller près de longues plages de sable blanc. Si le petit port de saint Gildas est bien abrité, c’est bien la grande plage de Tréac’h Goured qui attire tous les plaisanciers et visiteurs. Vous pourrez vous y baigner dans une eau transparente et pêcher poisson et crustacés.

Pourtant, je vous conseille de pousser plus au sud, pour mouiller Beg Salus. Cette petite baie et sa plage sont moins connues, mais beaucoup plus protégées des houles et vents d’est des brises côtières. Ces dernières peuvent être fortes l’été. Vous serez, de plus, moins nombreux à vous partager le mouillage.

L’île est plutôt sauvage.Il n’y a pas beaucoup d’arbres. Le petit bourg est très sympathique et vous y trouverez de quoi boire un verre et vous restaurer.

Hoedic, l’île des passionnés

Port Argol Hoedic
Par rene boulay, CC BY-SA 3.0

Hoedic est, sans aucune hésitation, mon autre coup de cœur avec Groix. L’île est la plus petite des îles habitées, côté océan. C’est aussi une des plus agréables îles du Morbihan, en escale. Vous pourrez accoster via deux ports. Le principal, le port de Hoedic, dispose de 3 tonnes qui permettent de mouiller à plusieurs bateaux. Attention aux chandeliers et barres de flèche, par brise d’est. Ces bouées sont toujours à flot. Le bourg est à quelques minutes du port et de sa petite plage. Là, c’est une ambiance festive et joyeuse qui vous attend. Le petit bourg vous accueillera sur sa « grande place » pour chanter tout en buvant une bonne bière.

Le deuxième port est situé au sud de l’île. Le Port de la Croix dispose d’un môle abritant le port des houles d’ouest. Il sera réservé aux dériveurs, biquilles et multicoques qui échoueront à marée basse. Une longue plage, là aussi, permettra d’arriver à terre avec son annexe et offrira une zone de jeu parfaite pour les enfants.

Les îles du Golfe du Morbihan, entre terre et mer

Locmariaquer

Nous allons maintenant venir nous protéger dans le Golfe du Morbihan, et ses 59 îles. Oui, vous avez bien lu : 59. je dois reconnaître que nombre d’entre elles ne sont pas habitées. La navigation dans le Golfe, si elle n’est pas dangereuse, doit prendre en compte les courants, très puissants à chaque marée. Une autre image des îles du Morbihan.

L’île aux moines

L’Île aux Moines est la plus grande île du Golfe du Morbihan. Elle mérite une balade pour découvrir son bourg et ses magnifiques maisons. Le tour de l’île permettra de bénéficier d’un panorama total sur le Golfe.

Un détour par la plage de Port Miquel permettra de se poser à l’ombre des pins. Sinon, vous pourrez opter pour a Grande plage et ses cabanons.

L’île D’Arz, terre de marins

L’île d’Arz est l’autre principale île du Golfe. Plus sauvage que l’île aux Moines, elle contraste beaucoup avec sa grande sœur. L’Île d’Arz est une terre de marin. On ne compte plus ses enfants qui ont fait les grandes écoles de navigations pour diriger des bateaux aux 4 coins du monde. Elle accueille l’école des Glénans.

En vous promenant le long des berges de l’île, entourées d’ajoncs, et de ses longues plages, vous aurez accès à une autre image du Golfe, plus sauvage, plus protégée aussi, sans doute.

Les principales îles

entrée du Golfe du Morbihan

Au delà de ces deux communes, le Golfe du Morbihan propose plusieurs îles, parfois privées. Mais ce qui est bien en Bretagne, c’est que même privée, vous pouvez venir découvrir la berge. Il est possible de mouiller à l’abri des vents d’ouest le long de nombre d’entre elle. Je pense, par exemple, à l’île de la Jument ou l’île Longue ou encore l’Île Berder.

L’est du Golfe sera réservée, pour la nuit, aux dériveurs. Ces derniers pourront mouiller à l’abri d’îles comme l’Île de Boed ou encore l’île Ilur

Quelques conseils de navigation autour des îles du Morbihan

La navigation, en Bretagne Sud, autour des îles du Morbihan, est plutôt sans danger, surtout comparé à la côte nord. On peut parler de croisière simple et rassurante. Entre Groix et Lorient, il faudra composer avec le plateau des Birvideaux. S’il ne présente pas de dangers particuliers, il peut soulever une houle qui peut être désagréable.

Il est possible de faire le tour de Groix et de belle Île sans aucun danger. Les quelques récifs sont bien balisés.

Entre Belle Île et les îles d’Houat et Hoedic, il en est autrement. Les deux îles forment une barrière protégeant la baie de Quiberon. La présence de récifs tout autour de Houat, entre autres, est à anticiper lors de votre navigation vers le nord. Il existe deux passages pour entrer dans la Baie. Le premier, entre les îles d’Houat et Hoedic est le plus long, mais le plus agréable. Si vous êtes pressés, vous pourrez emprunter le passage de La Teignouse, entre Houat et la Presqu’île de Quiberon. Le passage est un véritable tapis roulant. Le courant y est très fort et peu, lui aussi, soulever une grosse houle. Un passage impressionnant mais sans danger.

Enfin, le Golfe du Morbihan demandera de garder un oeil sur la carte marine ou le lecteur de cartes. Les courants peuvent être assez puissants à certains endroits. Un dicton stipule que le courant n’envoie jamais sur les récifs ou les vasières… mais bon.

Dans le pire des cas, si vous vous laissez divertir par la beauté des lieux et que vous restez envasés, il ne vous restera plus qu’à attendre la prochaine marée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.