Comment acheter un bateau d’occasion?

Acheter un bateau est un investissement qui coûte de l’argent et du temps, quel que soit le programme de navigation. Le marché du bateau d’occasion regorge de voiliers, construits depuis de nombreuses années. Mais comment s’y retrouver, et quels sont les conseils à suivre pour choisir son bateau idéal?

Le plus important, avant d’acheter un bateau de plaisance, de prendre une décision et de signer un acte de vente, est de prendre en compte tous les paramètres. Lors de l’achat d’un bateau d’occasion, et même d’un bateau neuf, il est important que la raison l’emporte sur la passion et le coup de coeur. Pour cela il est important de faire un point sur son programme, son budget,…Cela vaut pour un voilier comme pour un bateau à moteur. Ce guide n’est pas celui d’un professionnel du nautisme. C’est le fruit d’année d’expérience, en tant que plaisancier, acheteur de bateau et passionné. De mes premiers bateaux, achetés avec mon père jusqu’au voilier sur lequel je navigue aujourd’hui, j’ai put apprendre des choses, faire des erreurs et échanger avec d’autres plaisanciers, sur les pontons. Ce guide est le résultat de cette vie de passionné.

Acheter un bateau d’occasion en fonction de son programme

Avant toute chose, en tant qu’acheteur, vous devez savoir pourquoi vous voulez un navire, enfin, un bateau de plaisance plus simplement. Cela semble idiot, et pourtant. La question la plus importante est sans doute celle là: Quelle sera l’utilisation de mon bateau?

Alors, oui, déterminez bien votre programme, afin de bien cibler la taille du bateau que vous allez acheter, son équipement, ses qualités marines, ses aménagements. Sur quel plan d’eau allez-vous naviguer?

Il serait dommage d’acheter un pure racer de régate, très technique pour naviguer tranquillement et faire de la croisière familiale… et vice versa….

Quel est le prix d’un bateau d’occasion?

Déterminez bien votre budget total. L’achat du bateau est une chose mais les frais à prévoir ne devront pas être oubliés. Qu’ils soient immédiats ou à envisager dans les années à venir ( gréement, voiles, moteur…..des postes très coûteux), l’entretien d’un bateau peut vite faire flamber la facture. Dernière chose à anticiper, les frais annuels. Ces frais réguliers sont l’assurance, la place de chantier, l’hivernage et l’équipement, ainsi que la place de port, souvent trop sous estimée. Le vrai coût d’un bateau de plaisance est plus élevé que son simple prix d’achat.

Enfin, pensez aussi à l’immatriculation et la francisation, pour un bateau neuf, suivant sa taille et la puissance du moteur.

Quelle taille de bateau choisir?

Ce point est directement lié aux deux premiers mais est aussi source de soucis si la taille de votre voilier ne correspond pas aux envies et capacités de l’équipage. Si la longueur ne joue pas forcément sur la complexité de manœuvre d’un bateau, il sera plus facile de gérer l’urgence de prendre un ris, seul, sur un voilier de 10 mètres que sur une unité de 18m. Un trawler ou un quillard de 12m est il raisonnable pour partir le Week End en couple avec 2 enfants vers Les Glénan ou dans le bassin d’Arcachon ?

Inversement, un voilier d’une longueur de 10 mètres fera-t il l’affaire pour un programme vous emmenant vers les grands froids en famille? Bref la taille de bateau idéal n’existe pas mais dépendra de votre programme de navigation et de vos croisières ou régates.

Le type de construction de votre futur bateau

Là encore, le choix des matériaux de construction est important, avant d’acheter un bateau. Chaque matériau a ses avantages et ses inconvénients. Un dériveur acier sera t-il nécessaire pour faire un tour de la Méditerranée? faites le bon choix entre acier, aluminium et coque plastique ou bois/epoxy.

Il en est de même du type d’appendice. Quel type de leste choisir pour votre voilier? Quillard, quille relevable, dériveur? Enfin, avez vous choisi entre un multicoque et un monocoque?

Plastique ou acier?

Le plastique est ce qui demande le moins d’entretien, par rapport à l’acier par exemple. Par contre, pour un voyageur au long cours, l’acier se répare dans tous les coins du globe. Le contre plaqué sera parfait pour une construction amateur. Enfin, l’aluminium apporte un gain de poids, par rapport à l’acier, pour une qualité de structure identique, mais ne se réparera pas aussi simplement dans certaines zones de navigation.

Quillard ou dériveur?

Les appendices du bateau auront aussi leur importance dans le cadre d’un voilier ( dériveur, quillard,…). Il dépendra de votre programme de navigation et de votre mouillage permanent. Ce n’est pas parce que vous êtes en Bretagne que vous devez avoir un dériveur. Si votre mouillage est toujours à flot, que les rias ne vous intéresse pas et que vous aimez la régate, un quillard sera un bon choix. Peut être pas dans le bassin d’Arcachon par contre, ni sur la Côte de Granit Rose, en Bretagne Nord.

Catamaran, trimaran ou monocoque?

Enfin, choisir entre un multicoque ou un monocoque. Cette dernière question est autant une question de programme, que de sensibilité. Le catamaran, suivant sa longueur, a de nombreux avantages en ce qui concerne le confort en mer et au mouillage. A partir de 10 mètres, un catamaran devient un véritable petit loft, pouvant accueillir beaucoup de monde.

Le trimaran, lui, apportera sécurité et sensations de vitesse. Enfin, le monocoque sera le support idéal pour certaines zones de navigation et idéal pour les plus petit budgets.

Ou acheter un bateau d’occasion idéal?

Ceci fait, vous allez commencer à éplucher les petites annonces de bateaux d’occasion, vous promener sur les pontons, dans les chantiers, regarder les sites des brokers…

Les petites annonces de bateaux :

On trouve beaucoup de sites spécialisés et généralistes proposant des annonces de bateaux. Mais pensez à visiter les annonces de voiliers de votre site préféré. En plus, les ventes de bateaux se font de plus en plus loin de leur futur port d’attache. C’est notamment le cas pour les ventes de voiliers. Faites une liste de vos impératifs vus plus haut et tenez vous à cette liste. Ne vous laissez pas tenter par une bonne affaire ne correspondant à votre projet.

N’hésitez pas à appeler les vendeurs. Le marché étant tendu, certains fatiguent des mails « de curieux ». Méfiez vous des annonces trop vagues ou sans prix. Enfin, avant de vous déplacer, demandez un maximum d’élément. Les plus importants étant les factures, photos récentes ainsi que l’inventaire complet. L’essence à un prix maintenant.

Les courtiers ou Yacht Brokers

Contrairement aux idées reçues, les tarifs de courtiers, aussi appelés Yacht-Brokers, ne seront pas plus élevés qu’en achetant à des particuliers directement. Au contraire, ces professionnels du nautisme ayant une très bonne connaissance du marché, leurs prix sont plus cohérents. Autres avantages, les chantiers navals connaissent, en général, leurs bateaux et l’état réel de ces derniers.

Enfin, ces professionnels de la vente de bateaux vous conseilleront et vous accompagneront sur les documents et démarches administratives, la francisation et l’importation du bateau et pourront vous proposer des services avec des experts, des partenaires pour le convoyage ou le refit du bateau. Donc, acheter, ou vendre, son bateau avec un professionnel n’est pas une mauvaise idée.

Allez chercher ces unités qui ne sont pas sur internet

Tous les voiliers à vendre ne sont pas sur les annonces ou chez les professionnels. N’oubliez pas les voilier en vente sur le ponton du port, avec sa barbe d’algue et sa verdure, ce voilier, en fond de chantier, qui n’attend que de reprendre la mer. De belles affaires en perspective si on sait vérifier point par point un bateau. dans ces cas, une expertise sera sans doute indispensable.  Il y a aussi les salons nautiques de bateaux d’occasion, comme le Mille sabords du Crouesty, entre autre.

Enfin, quand vous avez trouvé le voilier de vos rêves…..avant de signer quoi que ce soit, faites revenir la raison et examinez bien le bateau. Quoi qu’il en soit, un essai en mer peut être intéressant et une sortie d’eau est impérative avant d’acheter un bateau . La première étape consiste à regarder le voilier de A à Z.

Les points importants à contrôler avant d’acheter un bateau

Un bateau doit être contrôlé à flot et à sec. Cela permettra d’essayer le moteur, la couleur des fumées, ses réactions et de vérifier qu’il n’y a pas de fuites d’eau. Ensuite, à sec, un contrôle de plusieurs points est indispensable, avant toute expertise. Si vous avez le moindre doute, faites demi tour. Retrouvez le dossier complet sur les points à vérifier avant d’acheter un voilier.

Contrôler la coque

Il est important de contrôler les passe-coques et les vannes, de vérifiez leur étanchéité, bateau à flot. Ensuite, vérifiez le gouvernail, la mèche de gouvernail et tube de jaumière. Vérifiez s’il y a du jeu dans la barre. Profitez en pour regarder aussi le voile de quille et boulons. Sur la coque, repérez les traces de reprises de gelcoat, elles sont des signes éventuels de travail sur la structure. Pour résumer:

  • Les passe-coques et les vannes. Vérifiez leur étanchéité, bateau à flot.
  • Gouvernail, mèche de gouvernail et tube de jaumière. Vérifiez s’il y a du jeu dans la barre.
  • Voile de quille, bulbe et boulons.
  • Bien inspecter la coque, repérer les traces de reprises de gelcoat, signes éventuels de travail sur la structure, la présence d’osmose.

Contrôler le pont

Un tour complet du bateau vous permettra d’avoir déjà une idée de l’entretien annuel. Vérifiez les fixations de  balcons, chandeliers et leur embase. Vérifiez tout l’accastillage fixe comme les taquets, les winchs comme les manilles, les poulies, le gréement courant.

Passez ensuite au gréement dormant. Contrôlez les cadènes, haubans, galhaubans, le vit de mulet et l’enrouleur. Préconisation : dans tous les cas, changez l’étai. Dans le même temps vérifiez les voiles, leur tissu, les coutures, les oillets. Pour résumer:

  • Contrôlez la coque, les reprises de gelcoat,…
  • Fixations de davier, balcons, chandelier et leur embase. Si des signes de faïençages ne sont pas un défaut en soi, bien vérifier que la structure est encore solide et que balcons et chandeliers ne bougent pas, que les fixations sont toujours étanches.
  • Vérifiez tout l’accastillage fixe comme les taquets, les winchs.
  • Contrôlez l’accastillage, les poulies, le gréement courant. Ce sont des petits frais qui montent vite.
  • Le gréement dormant. Contrôlez les cadènes, haubans, galhaubans,… les premiers signes de fatigue, ou les gendarmes, se trouvent souvent juste en bas du hauban, à sa terminaison avant le ridoir. Le vit de mulet. L’enrouleur et surtout l’étai qui souffre beaucoup. Préconisation : dans tous les cas, changez l’étai.
  • La filière.
  • Bien vérifier les voiles, leur tissu, les coutures, les oillets.
  • Etanchéité des capots, des hublots.

Sous le pont

Contrôlez l’étanchéité des hublots, des fixations de chandeliers et balcons. Ensuite, regardez le local moteur, repérez les fuites d’huile, inspectez, l’état du press etoupe. Soulevez impérativement les fonds de cale. Les varangues sont à contrôler. Les autres points à vérifier sont le circuit électrique, le fonctionnement des toilettes, les pompes de cale. Pour résumer:

  • Etanchéité des hublots, des fixations de chandeliers et balcons ( passez un coup de jet pour repérer les fuites).
  • Local moteur. Repérez les fuites d’huile, la propreté des fonds, l’état du press etoupe.
  • Soulevez impérativement les fonds de cale, leur état est représentatif de la rigueur du propriétaire
  • Les varangues. Un éclatement de la peinture, dans le sens de la longueur, est un signe « éventuel » de talonnage.
  • Le circuit électrique.
  • Le fonctionnement des toilettes.
  • Si contre cloison, vérifiez qu’il n’y a pas de fissure pouvant endommager la structure du bateau.
  • Les pompes de cale.

L’équipement du bateau

  • L’électronique, la VHF, les GPS, loch, speedo, sondeur,…
  • Les cartes, documents,…
  • L’équipement réglementaire.
  • L’éventuel moteur hors bord.
  • Le mouillage, les amarres,…

Quels documents pour acheter un bateau?

Enfin, lorsque vous avez trouvé votre futur bateau, que vous êtes prêt à faire un beau chèque ou un virement, vous devrez vous occuper à la partie administrative de la vente. ce n’est pas très compliqué, mais il ne faut rien oublier, au risque de faire des aller-retour avec l’administration.

Alors, suivez simplement ces étapes:

  1. Signer un compromis avant l’acte de vente ( nécessaire si vous souhaitez faire une expertise, ou le temps de mobiliser les fonds nécessaires
  2. Signer l’acte de vente ( utilisez le modèle disponible sur le site du Service Public) accompagné d’un inventaire détaillé.
  3. Demandez une copie de l’ensemble des factures d’entretien. cela vous aidera à bien faire l’entretien du bateau
  4. faire la demande d’immatriculation ( celle-ci se fait en ligne, ici, depuis le 1er janvier 2022). Vous devrez fournir un original de l’acte de vente, une pièce d’identité et l’acte de francisation du bateau.

Aidez vous d’une fiche récapitulative, nous vous en proposons une en fiche pratique (inventaire bateau). Ensuite, au besoin, n’hésitez pas à faire venir un expert. Et maintenant, il ne vous reste plus qu’à trouver votre futur bateau sur nos annonces. N’oubliez pas les procédures administratives.

17 réflexions au sujet de “Comment acheter un bateau d’occasion?”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.