Bob Escoffier en préparation pour la Route du Rhum – Destination Guadeloupe

© Xavier Bouquin

Après déjà quatre participations à la mythique Route du Rhum, Bob Escoffier s’alignera de nouveau au départ de la reine des transats en solitaire, le 4 novembre prochain.

Pour le marin, impensable, en effet, de manquer la Route du Rhum qui fête cette année ses 40 ans et qui n’a pas son pareil pour propager un cortège d’effets secondaires parmi lesquels enthousiasme, passion, admiration et émotion. Une épreuve qui véhicule depuis 1978 tous les ingrédients des grands évènements, servie dès la première édition par une arrivée d’anthologie, les fameuses 98 secondes d’avance de Mike Birch et de son petit trimaran sur le grand monocoque de Michel Malinovski.

Et comme le Malouin n’est pas du genre à faire les choses à moitié, c’est précisément à bord de ce grand cigare bleu légendaire qu’il s’élancera en direction de Pointe-à-Pitre. Un sloop de 21 mètres de long nommé Kriter V Socomore Quéguiner qu’il a pris soin de restaurer ces derniers mois et à bord duquel il s’apprête à entamer ses premiers entraînements.

La course à la maison

Malouin depuis 33 ans, Bob Escoffier a naturellement un profond attachement à la Route du Rhum et à 70 ans, il se

voilier de bob escoffier
© Xavier Bouquin

prépare à y prendre part pour la cinquième fois. « Sur cette course, j’ai connu des hauts et des bas », note le doyen de l’épreuve. De fait, outre une jolie 6e place en Classe 2 lors de l’édition 2002, il a été contraint à l’abandon à deux reprises, en 1994 puis en 2014. « Cela fait partie de la vie. Cette fois-ci, j’ai mis toutes les chances de mon côté. Je me suis préparé plus longtemps à l’avance », indique le fondateur de la société Étoile Marine Croisières qui fait le pari insolite de partir sur Kriter V, le grand cigare bleu légendaire qui, lors de la première édition du Rhum en 1978, avait été coiffé au poteau par le petit trimaran jaune de Mike Birch dont trois sisterships font également partie de la course.

« Il y aura une course dans la course », note Bob Escoffier qui se veut toutefois modeste, son ambition étant déjà de rallier Pointe à Pitre. « Si je peux arriver en 23 jours, comme l’a fait Michel Malinovski à l’époque, et grappiller quelques secondes à un trimaran jaune, je ne m’en priverais pas. Après, je n’ai pas l’ambition de rivaliser avec un Loïck Peyron », assure le navigateur qui a toutefois choisi de ne rien laisser au hasard dans sa préparation, même si un petit pépin survenu en avril dernier lui a mis un vilain petit coup de frein.

Une main bientôt réparée

« Je me suis cassé trois doigts (sept fractures ouvertes sur deux d’entres eux puis un tendon abimé, ndlr), ce qui n’est pas bénin, surtout sur une extrémité. Aujourd’hui, je parviens à fermer la main mais je manque logiquement encore de force », détaille le skipper de Kriter V Socomore Quéguiner dont les derniers contrôles effectués ce lundi à la clinique de la main à Vannes sont plutôt rassurants et encourageants. « Les choses avancent dans le bon sens, mais elles demandent du temps », détaille Bob, à présent équipé d’une orthèse avec des élastiques qui va lui permettre d’entamer prochainement les entraînements. « Pour l’instant, je ne suis pas encore en mesure de naviguer en solitaire mais je passe néanmoins du temps sur l’eau dans le cadre de mes activités professionnelles et le bateau est prêt à 90% », souligne Bob Escoffier qui a procédé à un gros chantier de restauration de sa monture depuis l’automne dernier.

Un bateau prêt à 90%

« Nous avons déquillé le bateau, ce qui n’avait jamais été fait jusqu’alors. Nous avons également vérifié la structure en contre-plaqué, refait l’électricité, réalisé une vérification complète du moteur puis installé des nouveaux gennakers. Cela reste cependant un bateau de 40 ans sur lequel nous avons encore de nombreuses choses à valider », a commenté le skipper dont la prochaine étape au programme n’est autre que la Drheam Cup, une grande course open au départ de la Trinité-sur-Mer et à destination de Cherbourg, via le phare du Fastnet, Wolf Rock et Shamble W, à proximité de l’île de Wight, dont le coup d’envoi est prévu le 23 juillet prochain.

« Nous allons effectuer le convoyage du bateau entre Saint-Malo et la Trinité entre le 19 et le 20 juillet. Dans la foulée de cette course, j’attaquerai ma qualification pour la Route du Rhum », a terminé Bob Escoffier d’ores et déjà impatient de tirer ses premiers bords en solitaire sur le fameux grand cigare bleu qui n’a, assurément, pas fini d’écrire de belles histoires.



Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.