Les différents types de voiliers

Aujourd’hui, Il existe différents types de voiliers répondant à différents programmes. Voici les bateaux que l’on peut croiser sur l’eau.

Depuis les débuts de l’histoire de la voile, les bateaux ont énormément évolué pour devenir ce qu’ils sont aujourd’hui. Et cette évolution continue, aujourd’hui. Il existe de très nombreux types de voiliers. Au-delà, de les classer entre multicoques et monocoques, il est possible de les classer en fonction de leur taille et de leur programme.

La plaisance, aujourd’hui, propose une variété de bateaux pouvant répondre à tous les programmes et tous les budgets. Du Day-boat transportable au ketch en acier pour un tour du monde, chaque marin trouvera le bateau répondant à ses besoins. Mais comment classer ces différents types de bateaux? Je propose une classification en 10 catégories de voiliers répondant à des programmes bien différents.

Les dériveurs légers

dériveurs Optimist
Image par Funki50 de Pixabay

Pour certains, le dériveur, c’est l’apprentissage de la voile. Pour d’autres, c’est un sport à part entière, ayant son championnat de France, du monde et ses épreuves aux jeux Olympiques. C’est par exemple le cas du laser, du Finn et du Moth, entre autres.

Le plus connu des dériveurs est l’Optimist. Ce petit voilier, ressemblant un peu à une caisse, ou une savonnette, est le passage obligé pour tous les petits mousses. Il est présent dans toutes les écoles de voile. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir son championnat d’Europe. D’autres séries comme le 420 et le 505 sont très populaires. On ne compte plus les 420 qui dorment dans les garages tout l’hiver, avant de reprendre du service, neuf, ou vieux de 30 ans.

Les multicoques de sport

catamarans de sport
Image par Michael Gaida de Pixabay

Le multicoque de sport, c’est un peu le dériveur pour les grandes filles et les grands garçons. Ces catamarans passionnent par leur vitesse et les sensations qu’ils offrent. Les séries les plus connues sont les Hobie Cat, les Dart ou encore les Nacra.

Si la grande majorité de ces catamarans sont pensés pour les écoles de voile et la compétition, certains marins ont tenté de sacrés records à bord de ces bateaux. Yvan Bourgnon a parcouru un tour du monde à bord de sa louloute avant de battre des records de traversée avec son fils. D’autres, plus modestement s’en servent comme voilier de raid. Ils les assagissent puis les équipes pour recevoir une tente et autres équipements.

Les Dayboats

Le day-boat est le voilier plaisir par excellence. C’est le bateau simple à gréer et mettre à l’eau pour naviguer dés que possible. Les day-boat sont plus grands que les dériveurs, et en général mieux lestés et plus stables. Ces voiliers sont pensés pour les plaisanciers souhaitant naviguer à la journée. On retrouve deux types de programmes. Si certains bateaux vont perettre de naviguer en famille, le temps d’une journée, pour pic-nic sur une île et revenir, d’autres vont être beaucoup plus sport.

Les day-boats les plus connus sont le Fun, construit par le chantier Jeanneau, dans les années 80. lus récemment, et dans des styles très différents, on retrouve le Saffier SE26, le XO 26 ou le Drakkar 24. Les day-baots de sports sont souvent des bateaux qui vont participer à de nombreuses régates comme le Spi Ouest France. Nous allons retrouver le First 22 ou l’Open 7.50. Ces bateaux sont très techniques et demandent un équipage expérimenté.

Les petits croiseurs souvent transportables

petits voiliers

Les petits voiliers de mois de 8 mètres ont été les voiliers les plus populaires pendant de nombreuses années. Nombre de plaisanciers ont appris à naviguer sur ces petits voiliers. Ces petits croiseurs ont de nombreux avantages. Ils sont facilement manœuvrables et leur coût d’entretien est plutôt faible. Quand ils sont transportables, ce qui est généralement le cas jusqu’à 7 mètres, vous pouvez envisager de naviguer partout, même de visiter toute l’Europe, pourquoi pas. Ce qui sera beaucoup plus compliqué avec un gros voilier. La plupart des petits voiliers sont équipés d’une dérive ou d’une quille relevable, ce qui leur permet de se faufiler au fond de chaque baie et de beacher sur les plages.

Les plus petits voiliers proposeront de faire une croisière sous forme de camping, avec 4 couchettes et un petit lavabo. Mais à partir de 6 mètres, encore plus sur les voiliers de 7 mètres, le confort est assuré avec deux couchettes doubles et un coin toilette fermé.

Ces bateaux sont nés sous les coups de crayon d’architectes aussi célèbres que Jean Jacques Herbulot, Eugène Cornu, puis Philippe Vaton ou Maurice Edel.Il est impossible de citer toutes les stars des années 80, comme le Fantasia, le First 22, le Kelt 7.60 ou encore le Brio. D’ailleurs ces bateaux sont encore très nombreux à naviguer. Ces voiliers sont de très belles occasions à petit prix.

Aujourd’hui, ce marché du petit voilier est surtout dominé par les chantiers polonais comme Northman et sa gamme Maxus ou le chantier TES. Mais les français ne sont pas en reste avec les célèbres Django, les petits dériveurs Djinn ou encore le Pabouk breton.

Les pêche-promenades

Evasion 25

S’il y a un bateau qui a ses adeptes inconditionnels et ses détracteurs, c’est bien le pêche promenade. Il est considéré, par certains, comme moche, ayant de mauvaises performances et d’une autre époque. Pourtant le pêche promenade a de nombreux avantages. C’est un bateau idéal pour les gens habitant près de la mer à l’année. En effet, ces bateaux sont plus souvent en mer que tout autre type de bateau. Ils sont marins, solides et confortables, par tout temps.

Les premiers modèles ont été proposés par le Chantier Bénéteau et le chantier Kirié, à la fin des années 70. Comme son nom l’indique, ce voilier est pensé pour naviguer souvent et profiter de belles parties de pêches. Le cockpit, profond et sans hiloires est pensé pour cette activité. Ils sont équipés d’une timonerie pour barrer à l’abri des embruns et de la pluie. Les plus connus sont la série Evasion de Bénéteau et les fifty de Kirié. Ils ne sont plus construits depuis la fin des années 80. Seul un chantier polonais propose encore, aujourd’hui, ce type de bateau.

Les voiliers habitables

voiliers habitables
Image par patrick Blaise de Pixabay

Le voilier habitable de croisière englobe tous les bateaux de 8 à 18 mètres, ou plus. A bord de ces voiliers, vous pouvez envisager la croisière d’une semaine et plus. Cette catégorie de voiliers est vaste. Certains voiliers de 8 mètres vous permettront de naviguer sereinement, le temps d’une croisière en famille, sur le littoral breton. D’autres voiliers de 10 mètres vous permettront d’envisager des traversées vers la Corse, la Manche, voire des transatlantiques à partir d’unités de plus de 11 mètres.

On retrouve tout type de programmes. Ces bateaux sont le cœur du marché de la plaisance, dominé par des chantiers comme Bénéteau, Hanse, Jeanneau ou encore Bavaria.

D’autres chantiers vont se spécialiser sur des programmes spécifiques. Parmi ceux-ci, on retrouve les courses croisières. Ces bateaux sont pensés pour participer à de nombreuses courses, en laissant plus ou moins de place à la croisière. Certains chantiers vont garder un certains confort comme le chantier X-Yachts quand d’autres, comme les français Structure et sa gamme Pogo vont alléger le bateau au maximum.

Dans un programme complètement différent, certains chantiers vont proposer des bateaux de haute qualité, privilégiant le confort comme les nordiques Hallberg Rassy ou le français Wauquiez.

Ces voiliers se sont démocratisé au début des années 80, grâce aux chantiers français comme les vendéens Jeanneau et Bénéteau, mais aussi Yachting France, Kelt ou Kirié et sa gamme Feeling. Ils ont participer au développement de l’industrie nautique, accompagnés par de grands noms de l’architecture navale dont Jean Marie Finot, Jean Michel Joubert, Philippe Harlé et tant d’autres.

Bref, ici, vous en avez pour tous les budgets et tous les programmes.

Les voiliers de grande croisière

voilier de voyage

Comme nous l’avons vu, les voiliers habitables peuvent être de très bons bateaux pour faire une grande croisière. Cependant, il existe un type de voilier dédié à ce programme. Même s’il est difficile de décrire précisément un voilier de grande croisière, ils ont quand même quelques particularités. Ces bateaux sont souvent des bateaux lourds, en plastique, en acier voire en aluminium, voire en ciment à une époque, oui, oui. Ces bateaux donnent la priorité à la sécurité en mer, avant les performances. Cela a un peu changé ces dernières années. Des chantiers comme Allures Yachting le prouvent avec des bateaux en aluminium rapides ou encore l’ensemble des plans Eric Lerouge. dans un style différent, la gamme RM, en contre-plaqué epoxy est une gamme très appréciée des candidats au grand voyage. Cependant, il, ces bateaux restent, en général plus lourd que la moyenne et possèdent un moteur puissant, pour faire face à toutes les situations. Actuellement, des chantiers comme Garcia, Alubat, Amel, pour les monocoques ou Outremer et Catana sont des références dans leurs catégories.

Dans le même temps, les aménagements sont prévus pour la vie à bord. Cela sous-entend un local technique, beaucoup de rangements et des cabines bien isolées. A l’extérieur, il faut de la place pour installer éolienne et panneaux solaires.

Ces bateaux sont arrivés sur le marché dans les années 70. Tous les plaisanciers ont en tête les Rêves De mer, les Vulcain, Chatam et autres plans Gilbert Caroff, Bernard Veys ou Jean Pierre Brouns.

Les voiliers classiques

voilier classique
Image par patrick Blaise de Pixabay

Les voiliers classiques rentrent dans l’histoire du yachting et de la plaisance. Ces voiliers se repèrent rapidement, en mer. Leurs voilures surdimensionnées et leur fine coque élancée sont d’une élégance incomparable. Ces bateaux ont participé à l’histoire de la régate, de la course au large et de la plaisance. De grands noms ont donné leurs lettres de noblesse à ces bateaux comme Fife, Sparkman & Stephens ainsi que Nicholson entre autres. En France, le plus connu est sans aucun doute le Pen Duick d’Eric Tabarly.

La belle plaisance

beneteau-first-30
photo brochure beneteau

La belle plaisance est une catégorie intermédiaire entre la voile classique et la voile actuelle. Ces bateaux ont permis de démocratiser la voile en rendant plus accessible le nautisme. Moins élitistes que les yachts classiques, ces bateaux sont tout aussi élégants, mais avec une coque plus souvent en plastique. On reconnait ces bateaux à leur coque fine et étroite, d’où leur surnom de « couteau » et leurs voiles d’avant à fort recouvrement. Leur maitre bau est très avancé et leur tableau arrière très étroit.

Parmi ces bateaux de la belle plaisance, on retrouve de nombreux plan Herbulot, Van De Stadt, les Contessa, les Centurion 32, le First 30 d’André Mauric ou encore le Karaté. Ces bateaux sont le début de l’histoire de la plaisance populaire en France et en Angleterre.

Les voiliers de course

imoca au pole finistere
photo. C. Chardon

Pour terminer cette liste des différents types de voiliers, on ne pourra oublier les voiliers de course. Que de chemin depuis Joshua de Bernard Moitessier et de Suhaili de Robin Knox Johnson. Les voiliers de courses, du Maxi Trimaran à l’Imoca en passant par le Class40 et le trimaran Multi50 sont devenus de véritables machines de compétions. A l’image de la Formule1 pour l’automobile, ces différentes classes de bateaux sont des laboratoires pour l’innovation et la plaisance de demain. Le monde la voile sportive n’est plus simplement un repère de copains passionnés, c’est un milieu de sportifs professionnels avant tout.

Pour conclure, tous ces voiliers répondent à des programmes bien précis. Vous pouvez ensuite affiner votre recherche en classant ces voiliers par types de gréement et types de coque. Et vous, de votre côté, auriez-vous rajouter une liste complémentaire ?

felis justo odio nunc tristique ut ut Donec quis, fringilla vulputate,