Virer de bord et empanner

En voilier, suivre une route, ou un cap, nécessite de virer de bord et empanner. Petit tour d’horizon sur ces deux manœuvres.

Suivre une route, ou un cap précis, en croisière ou en régate, nécessite de régulièrement manœuvrer. Il existe deux manœuvres pour modifier sa route, Virer de bord et empanner. Ces deux manoeuvres permettent de modifier son cap afin de conserver sa route, voir le meilleur cap, par rapport au vent. Dans le même temps, ces manœuvres permettent aussi de passer une bouée ou d’effectuer une manœuvre d’urgence.

Virer de bord

En dehors, de toute manœuvre spécifique, le virement de bord consiste à modifier son cap, face au vent. On vire de bord, en général, quand on remonte au vent, au louvoyage. Le principe est de passer le lit du vent pour modifier son cap, de 90 degrés environ. Après la manœuvre, le bateau est toujours au près, mais sur l’autre bord. Voyons les étapes à suivre pour éviter le manque à virer.

Le virement de bord va s’effectuer en trois étapes.

La manœuvre : Il faut commencer par informer l’équipage avec un bruyant « On vire ! ». Le barreur va lofer. L’équipier doit attendre que la grand voile faseye avant de choquer la voile d’avant et la reprendre l’écoute de l’autre bord. La grand voile, elle, passera seule. L’équipier sous le vent, reprend l’écoute de voile d’avant en s’aidant de la manivelle de winch quand il a repris tout le mou de l’écoute.

Le réglage : Le virement de bord effectué, il faut que le bateau reprenne de la vitesse, avant de prendre son cap. Pour cela, il faut lui donner de la puissance. Avant de tout border, il est donc important de garder les voiles un peu choquées. Le barreur remontera au vent au fur et à mesure que le bateau reprend de la vitesse et les voiles seront bordées, dans le même temps.

Empanner

Empanner est une manœuvre complètement différente du virement de bord. En effet, ici l’opération consiste, tout d’abord, à changer d’amure avant de changer de cap. Ce changement d’amure entrainera un changement de cap de 30 degrés environ. L’objectif de l’ampannage est d’optimiser le réglage des voiles, au grand largue, en modifiant son cap. Cela permettra de conserver un vent bien établi dans les voiles, tout en conservant sa route.

La manœuvre d’empannage consiste à abattre tout en changeant d’amure.

La préparation : Informer l’équipage de la manœuvre. Le plus important, ici, est de sécuriser la manœuvre. Le rail d’écoute de grand voile devra être centré, avant la manœuvre.

La manœuvre : Tout comme pour le virement de bord, le barreur va informer l’équipage avec un bruyant « On empanne! ». Le barreur va commencer à abattre jusqu’au vent arrière. Ensuite, l’équipier va embraquer l’écoute de grand voile, puis le passer la bôme sur l’autre bord. La grand voile passée, on va pouvoir passer le génois sur l’autre bord, lui aussi.

Le réglage : Le barreur peut redonner de la puissance au bateau en lofant légèrement. Cela permet, dans le même temps, de faciliter l’empannage. L’équipier s’occupera de choquer, largement, les écoutes de grand voile et voiles d’avant et de finaliser ses réglages.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

massa commodo commodo mattis id et, dictum libero luctus consequat.