Les marées et la navigation

Certaines zones de navigation demandent d’anticiper les marées. Pourquoi et comment les prendre en considération lors d’une croisière?

Naviguer en bateau demande d‘anticiper la météo. Préparer sa croisière passe par se renseigner sur la météo du jour et à venir, mais aussi sur les marées. Si les marées sont présentent partout, elles n’ont pas la même ampleur dans toutes les zones de navigation. En effet, en Méditerranée, elles sont presque inexistantes, on ne les ressent pas en navigation. Et très peu sur la plage. Cependant, les plaisanciers naviguant à Arcachon, en Bretagne et sur la Manche sont obligés de se renseigner sur les horaires des marées avant chaque journée de navigation.

Conséquence des marées sur la navigation.

Les marées sont dues à une force d’attraction de la lune sur la terre. Cette force provoque, à quelque chose près, en Europe, deux marées hautes, appelées « pleine mer ou marée haute» et une ou deux marées basse, appelées « basse mer ou marée basse » par jour.  Ces marées hautes et basses vont entrainer des mouvements importants d’eau, créant des courants. Les courants de marée montante sont appelés « flux ou flot » et les courants de marée descendante, « reflux ou jusant ».

Cette explication donnée, on comprend vite l’incidence des marées sur une navigation et, plus largement, sur une croisière. En effet, les courants provoqués par les marées seront à prendre en considération lors du calcul d’une route. Ces derniers peuvent vite ralentir la marche d’un bateau si vous naviguez contre eux. Si le courant arrive de travers, vous serez dans l’obligation d’effectuer plus de bords que prévus. Certains courants sont tellement forts qu’ils vous empêcheront de traverser un chenal, d’entrer dans une baie. C’est le cas, par exemple du Golfe du Morbihan ou de l’entrée de l’Odet, dans le Finistère Sud.

marée basse

Les marées auront aussi une incidence sur votre mouillage. En Bretagne, il est très fréquent d’avoir des bouées en plein courant. Dans ce cas, prendre la bouée de son corps mort demande certaines précautions. D’autres zones peuvent se retrouver complètement à sec, à marée basse. Si échouer son voilier est un vrai plaisir, il l’est encore plus quand c’est volontaire… Nous avons tous  en tête quelques photos de bateaux posés sur des rochers ou des bancs de sables, et leur skipper, ayant, sans doute, un petit moment de solitude.

Comment connaitre les horaires des marées?

Si les marées, et leurs courants, s’anticipent pour préparer une navigation, il faut des outils. Il existe deux solutions pour connaître les horaires des marées basses et des marées hautes.

Les horloges à marées

horloge des marées

Une horloge des marées est un instrument permettant de connaitre le temps entre deux marées. Cet instrument s’apparente à une horloge avec une seule aiguille. Cette dernière indique le temps restant avant la marée basse ou la marée haute. Cet indicateur de marée est très utile pour avoir une idée précise et instantanée de la situation, dans le temps, entre deux marées. Elles seront très utiles pour les personnes naviguant sur un même plan d’eau, pratiquant différents loisirs nautiques de la voile au kayak en passant la paddle.

Les calendriers de marées

Pour les plaisanciers naviguant d’un port à un autre, il faudra se tourner vers les calendriers de marées. Ces petits calendriers permettent de visualiser les horaires des marées, par mois. Ils prennent, en général un port de référence, par exemple Port Navalo pour la Baie de Quiberon. Il suffira, ensuite, d’effectuer un ajustement en minutes, voire plus, en fonction du port dont vous voulez connaitre l’horaire de la marée.

Car en effet, les horaires de pleine mer et de basse mer ne sont pas les mêmes d’un port à l’autre. Les ports situés au fond d’une baie seront décalés par rapport aux ports situés à l’entrée de cette baie. Par exemple, quand nous parlions de Port Navalo, à l’entrée du Golfe du Morbihan, la marée à un décalage de 2 heures avec Vannes, située au fond du Golfe.  C’est-à-dire que la marée haute, ou la marée basse, arrive deux après Port navalo.

Calculer la hauteur d’eau

Connaître les horaires des marées est une bonne chose. Cependant, cela n’est pas suffisant pour assurer un mouillage ou naviguer dans certains chenaux. Le plus important est de savoir quelle est la hauteur d’eau suivant la marée, le flot et le jusant.

Concrètement, le plus important est de prendre connaissance de la profondeur du fond à une heure donnée. Ceci sera important, au mouillage, pour calculer la longueur de chaine à laisser filer. En navigation, dans certaines zones, il est important d’anticiper la hauteur d’eau pour passer  certains endroits.

horaire des marées

Lire les cartes marines

Pour commencer, vous aurez la première information sur les cartes marines. Ces dernières affichent la hauteur d’eau d’une zone à marée basse. L’information donnée sur les cartes marines est la sonde pour un coefficient de 120, à marée basse.

Le marnage

La deuxième étape consiste à connaitre le marnage de la marée du jour. Pour cela, vous allez prendre un horaire des marées. Comme nous l’avons vu plus haut, pour chaque jour, l’horaire donne :

  • Les heurs de pleines mer et basses mer.
  • Le coefficient de marée
  • La hauteur d’eau à basse mer
  • La hauteur d’eau à pleine mer.

Ces deux dernières informations vont nous permettre de calculer le marnage de la marée, la différence de profondeur entre la marée haute et la marée basse. Pour cela, il suffit de faire la différence entre les deux.

Pour information la hauteur d’eau donnée dans les annuaires est celui d’une sonde 0. Il vous revient d’additionner ou soustraire cette hauteur d’eau à la sonde de la carte pour la zone recherchée.

La règle des douzièmes

Maintenant, que vous connaissez la hauteur d’eau à marée basse et marée haute de la zone souhaitée, vous allez pouvoir calculer la hauteur d’eau à différents moments de la marée.

La vitesse de la marée n’est pas linéaire. L’eau ne monte ou ne descend pas au même rythme à chaque heur de la marée. Pour calculer cette hauteur d’eau, nous allons utiliser la règle du douzième.

En effet, que cela soit pendant le flot ou le jusant, la marée monte ou descend au rythme suivant :

  •  1/12 en 1ère heure
  • 2/12 en 2ème heure
  • 3/12 en 3ème heure
  • 3/12 en 4ème heure
  • 2/12 en 5ème heure
  • 1/12 en 6ième heure

Il ne vous reste plus qu’à faire le calcule en multipliant ces coefficients avec le marnage de la journée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

elit. vel, id, quis consequat. eget tristique