La Corne de brume sur un bateau : Histoire et utilisation

Parmi l’équipement que nous embarquons, à bord de nos bateaux, on retrouve différents éléments que nous utilisons rarement. C’est notamment le cas de la corne de brume. Pourtant, cet équipement, en plus d’être obligatoire à bord d’un bateau, est indispensable en navigation.

Il faut bien reconnaître que nous utilisons rarement tout l’équipement qui se trouve à bord de nos bateaux. C’est généralement le cas de différents équipements obligatoires. Je pense aux miroirs, aux, à la sonde à main, l’ancre flottante ou encore à la corne de brume. C’est cette dernière qui nous intéresse aujourd’hui. Il faut bien reconnaître que la corne de brume est plus souvent utilisée par les enfants, ce qui fait râler les parents, ou par les supporters de foot et autres sports, le week-end.

Pourtant, si la corne de brume fait partie de l’armement de sécurité obligatoire à bord de nos bateaux, c’est qu’il y a une raison. Et nous allons voir cela ensemble.

L’histoire des cornes de brume

Avant de parler de notre instrument de sécurité, revenons sur l’histoire des cornes de brume. La corne de brume existe de puis bien longtemps. Mais c’est en 1850 qu’un certain Robert Foulis invente la première corne de brume à vapeur du monde. Cette invention en fait un instrument de sécurité devenu indispensable pour la navigation côtière.

Les premières cornes de brume sont fixes. Elles sont installées à terre, à l’approche de récifs ou d’entrée de port, puis ensuite sur des bouées, pour les signaler. Pour uniformiser leurs signalisations, un code est créé. Les signaux de brumes fixes sont répertoriés dans les livres des feux et signaux de brumes, édité par le SHOM.

Ensuite, ces cornes de brume vont devenir mobiles et trouver leur place à bord de nos bateaux. D’abord sur les bateaux de commerce et de pêche, puis sur nos voiliers de plaisance.

Pourquoi utiliser une corne de brume sur un bateau

Si la corne de brume n’est plus systématiquement obligatoire à bord de notre bateau (cela dépend de votre plan d’eau), cet instrument de sécurité reste indispensable.

En effet, pour qui a déjà naviguer dans la brume, le brouillard, ou tout simplement sous une pluie intense, cela est une évidence. Je me rappelle d’une journée d’été ou nous étions partis en mer, pour quelques heures de détente. Au bout de 2 heures, nous avons vu la brume arriver, brusquement. Celle-ci s’est installée pendant 3 heures. Je peux vous assurer que, près des côtes, et dans une zone fréquentée, j’avais la corne de brume à la main, pour me signaler dès que j’entendais un moteur.

Comme vous pouvez le constater, il n’est pas nécessaire d’être un navigateur au long cours pour en avoir besoin.

Mais cette corne de brume peut aussi vous servir pour vous signaler, même par beau temps. Combien de fois, vous croisez un voilier sous le vent, ou chacun est heureux de naviguer sur son bord. Chaque bateau a ses voiles bien réglées, et l’équipage est, sans doute , en pleine discussion. C’est alors que vous vous rendez compte que ça ne passe pas et que le choc est prévisible. Là encore, la corne de brume sera d’un grand secours.

Les signaux sonores :

Pour un navire à moteur avec erre : 1 son long toutes les deux minutes

  • Navire à moteur en route mais stoppé et sans erre : 2 sons longs avec intervalle de 2 secondes, émettre toutes les deux minutes.
  • Voilier et navire prioritaire (remorqueur) : 1 son long suivi de deux sons brefs il faut émettre toutes les deux minutes
  • Bateau remorqué : 1 son long suivi de trois sons brefs, émettre toutes les deux minutes (émettre le signal de suite après le signal de navire prioritaire du remorqueur)
  • Navire à moteur qui vire à tribord : 1 son
  • Navire à moteur qui vire à bâbord : 2 sons

Les différents types de cornes de brume

Il existe différents types de cornes de brume aujourd’hui. Sur certains bateaux à moteur, les cornes de brume sont fixées sur le roof du bateau, ou la timonerie. Sur les voiliers, ces cornes de brumes sont à main. Il existe trois modèles différents :

  • La corne de brume à vent : C’est la corne de brume la plus simple et la moins chère. Comptez moins de 5 euros pour une unité. Il suffit de souffler dedans pour émettre un son puissant. Mais il faut avoir du souffle, je vous l’accorde. La portée est largement suffisante pour se faire entendre dans toutes les situations.
  • La corne de brume à gaz : la corne de brume à gaz est plus puissante que la première. Elle fonctionne avec une cartouche de gaz. D’un pression du doigt, le gaz va sortir de la cartouche et émettre un son puissant. Il faudra compter entre 10 et 20€ pour ce modèle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.