Les différents types de voiles sur un voilier

Un voilier utilise plusieurs types de voiles pour avancer, mais aussi pour être bien équilibré. Suivant votre programme, et le type de navigation, vous serez amené à porter de la toile de façon différente. Tour d’horizon sur les voiles d’un voilier.

Les voiles sont le moteur d’un voilier. Mais hisser ces dernières, et tenter de les régler correctement n’est pas siffisant pour optimiser votre navigation. De plus, si vous commencez à vous intéresser à la régate et/ou commencez à prendre la mer par n’importe quel temps, bien choisir ses voiles devient important. Alors si une grand voile reste plus ou moins toujours une grand voile, il en est autrement pour les voiles d’avant et les spinnaker.

Les voiles d’avant

foc voilier

Quand on parle de voiles d’avant, on parle généralement de foc. Or, sans être qualifié pour donner un avis terminologique et historique, j’estime que c’est une erreur de parler ainsi. Pour moi, le foc est bien une voile à part. Les différentes voiles d’avant sont les suivantes.

Le génois

Le génois est la voile d’avant la plus grande. Plus grande que la grand voile, jusqu’à la fin des années 80, cette voile a perdu un peu de surface depuis. Le génois est la voile d’avant la plus utilisée en croisière. Elle est d’ailleurs installée, de série, sur les croiseurs familiaux. Le génois peut être porté assez longtemps, en fonction de la force de vent. Étant généralement installé sur un enrouleur, autour de l’étai, il peut être réduit en fonction de la force du vent, tout en restant dans le cockpit.

Le solent

Le solent est une voile intermédiaire. Cette voile d’avant est souvent utilisée en régate. Et pour cause, si un génois peut être enroulé, après 2 ou 3 tours, sa forme n’est plus optimale. Le solent sera donc hissé à la place du génois, notamment au près. On parle d’un recouvrement à 100 %, car le solent va jusqu’au mât.

Le foc

Le foc est une voile légèrement plus petite. On retrouve souvent cette voile sur les petits dériveurs et les dayboat. Le foc a l’avantage d’avoir une forme creuse, comme le génois, mais de taille plus petite. Il sera donc plus facile à manœuvrer lors des virements de bord. Certains croiseurs habitables récents sont équipés d’un foc auto-vireur qui facilite la manœuvre. C’est notamment le cas de certains voiliers hanse, par exemple.

La trinquette

La trinquette est une voile de taille inférieure au foc. Cependant, contrairement au foc, cette voile ne s’installera pas sur l’étai principal. La trinquette doit être portée plus près du mât pour être efficace. Les voiliers les plus anciens étaient équipés d’un second étai. Aujourd’hui, cette voile est réservée aux voiliers de voyage, qui sont équipés d’un étai largable, par exemple.

Le tourmentin

Lorsqu’on hisse le tourmentin, c’est en général pas bon signe. En effet, ce petit bout de triangle est aussi appelé voile tempête. Le tourmentin, pour être efficace, doit lui aussi être installé sur un étai largable. Se faisant, il se retrouve positionné plus au centre du bateau et est donc plus efficace.

Il existe un système de tourmentin qui s’installe par dessus le génois enroulé. Cette solution à l’avantage de coûter moins cher qu’une voile et l’installation de l’étai.

Les différents types de Spi

voilier sous spi

Le spinnaker, ou spi, est indispensable en régate, comme il fait peur en croisière familiale. Pourtant, cette voile peut s’avérer très utile par vent arrière, ou au portant. En croisière familiale, elle va permettre de gagner en vitesse dans le petit temps et le medium. Si le vent forcit, laissez les skippers sportifs porter toute la toile, et ramassez votre spi.

Si le spi semble technique à gréer et régler ( tangon, bras, hale bas et balancine,…), il apporte un réel plus et, avec un peu d’expérience, peut s’avérer très pratique.

Il existe plusieurs types de spinnaker :

Spi Symétrique

Le spi symétrique est le spi le plus commun, en croisière. C’est celui-ci qui peut effrayer les débutants par ses différentes manœuvres pour le gréer. Il se règle grâce à une balancine et le hale-bas de tangon ainsi qu’au bras et à l’écoute. Vous m’avez suivi ?

Ce spi est idéal pour le vent arrière.

Spi Asymétrique

Le spi asymétrique est arrivé à bord de nos voiliers, il y a plusieurs années maintenant. Il est apprécié, en croisière, pour sa simplicité d’utilisation. Contrairement au spi symétrique, le point d’amure est pris sur un bout-dehors, fixe. Il n’y a plus besoin de tangon. Il est souvent installé dans une chaussette facilitant encore plus les manœuvres. Ce spi est un spi de portant qui ne pourra que difficilement être utilisé au vent arrière.

Gennaker

Le gennaker est un spi un peu différent des deux premiers. Cette voile se situe, dans sa coupe et son creux, entre le génois et le spi. Le gennaker est spi asymétrique, moins creux. Il est utilisé au portant, jusqu’au près.

Aujourd’hui, il existe des systèmes qui permettent de faciliter les manœuvres. Je pense à la chaussette à spi, qui permet de faciliter , non seulement l’envoi du spi, mais aussi l’affalage. Un autre système semble apprécié par les utilisateur, il s’agit de l’emmagasineur.

La grand voile

La Grand voile n’a pas toujours si bien porté son nom. Cette voile est située à l’arrière du mât. Elle se hisse le long du mât, via des coulisseaux ou un rail. Elle est généralement équipée de lattes qui permettent d’optimiser sa forme. Elle peut être fabriquée en polyester, ou dacron, pour la croisière, ou en kevlar, carbone ou mylar pour les voiliers de régate.

Cette voile à la particularité de pouvoir être réduite grâce à un système de prise de ris. Ce système va réduire la surface de voile en baissant la grand voile et en reprenant le surplus le long de la bôme.

Jusque dans les années 80, la grand voile était de plus petite taille que la voile d’avant, souvent un génois. La tendance s’est inversée depuis. La grand voile à vu sa surface augmenter jusque dans les hauteurs. On parle alors de grand voile à corne.

Les autres voiles

Il existe d’autres types de voiles, de moins en moins utilisée. Mais pour notre culture générale, nous allons en présenter quelques unes :

  • Yankee : voile d’avant utilisée sur les yachts classiques en général
  • Reacher : voile d’avant se présentant comme une compromis entre un génois et un gennaker
  • Voile jonque : très efficace, elle s’installe sur le mât
  • Voile latine : Grand voile horizontale utilisée dans les pays de la méditerranée
  • Code 0 : Sorte de gennaker très optimisé, utilisé en régate.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.