Régler la grand voile, les manoeuvres à disposition

voiliers avec grand voile

Régler la grand voile d’un voilier peut sembler basique si on s’en tient à l’écoute. Mais plusieurs outils sont à disposition pour permettre d’optimiser son réglage.

Régler la grand voile est un basique quand on commence à naviguer sur un voilier. On joue surtout sur l’écoute. Mais après plusieurs navigations, avec de l’expérience, on apprend qu’il est possible de régler la grand voile en fonction de la force du vent, de l’allure du bateau, qu’il est possible de conserver une barre plus douce, de réduire la gîte du bateau. Voyons qu’elles sont les possibilités de réglage.

Les écoutes

L’écoute est la manœuvre de base pour régler la grand voile. L’écoute de grand voile permet d’orienter la voile en fonction du vent. Plus le voilier sera près du vent, plus la bordure sera bordée. L’écoute passe par un palan de grand voile qui permet de réduire les efforts. Celui peut, éventuellement, être à deux vitesses pour obtenir des réglages très fins, en régate souvent. L’écoute permet aussi de tendre la chute et d’aplatir la voile. Cela permet de réduire la puissance de la grand voile.

La barre d’écoute

La barre d’écoute permet, elle aussi d’orienter la voile en ramenant le point d’écoute plus ou moins au vent. Quand on navigue au près, par exemple, on va remonter le chariot de la barre d’écoute. La barre d’écoute permet d’équilibrer le bateau, très important pour le barreur. Si elle est parfois absente sur certains voiliers de moins de 8 mètres, toutes les autres unités en sont équipées. Souvent placées au milieu du cockpit pour les unités les plus sportives, elle peut être placée au pied de la descente voir sur le roof sur certains voiliers de croisière. Certaines unités récentes, et les voiliers de course au large actuels ont leur barre d’écoutes installées complètement à l’arrière du bateau.

Le hale bashale bas rigide bome

Le réglage du hale bas est souvent délaissé par certains plaisanciers. Le hale bas est pourtant important pour le réglage du bateau. Il est composé d’un palan fixé en pied de mat jusqu’à la bôme. Le hale bas permet de tendre la chute et de contrôler le vrillage de la grand voile. Pour résumer, souqué par vent calme, en le choquant quand le vent monte, on va libérer de la puissance dans les hauteurs de la voile. Il est possible d’opter pour des hale bas rigides. Ceux-ci ont surtout l’avantage de pouvoir se passer de balancine.

La drisse

Là encore, en croisière, on ne pense pas toujours à utiliser la drisse pour régler ses voiles. Une fois la voile hissée, on oublie souvent la drisse. Pourtant la drisse permet de tendre le guindant et modifier l’ampleur et la position du creux dans la partie haute. Par petit temps par exemple, il est intéressant de mollir la drisse pour gagner de la puissance et inversement par gros temps.

Bosse de bordure

Etarquer la bordure permet de modifier là aussi, l’ampleur du creux, mais dans la partie basse. Cela aura une incidence sur la gite du bateau.

Le pataras

Le pataras a une incidence sur le réglage du mat. Il permet d cintrer, ou pas, le mât. Cintrer le mât peut être utile quand le vent monte par exemple.

Le nerf de chute

La fonction du nerf de chute est d’empêcher la chute de la grand voile de battre.

Les penons

Les penons permettent de régler la grand voile, tout comme les penons d’un génois. Placés sur la chute de la grand voile, ils vont permettre de trouver la limite du faseyment.



2 Rétroliens / Pings

  1. Le réglage des penons de génois - Mers & Bateaux
  2. Un voilier adapté aux valides comme aux non valides - Mers & Bateaux

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.