Echouer un voilier

biquilles et catamarans à l'échouage

Echouer son voilier sur une plage à l’abri des vents pour y passer une nuit et faire escale est un vrai plaisir. Pour vivre ces instants sereinement, faire une manoeuvre en beachant ou attendre que la marée se retire nécessite quelques petites précautions.

L’échouage offre, en effet, de nombreux avantages. Il permet d’accéder à des sites plus sauvages et protégés, accessibles qu’aux petits tirant d’eau. Il permet aussi de mettre le pied à terre sans prendre l’annexe. Quoi de mieux, après une longue navigation, que de beacher sur une plage et de mettre les chevilles dans l’eau. Nous rappelons juste que l’échouage, pour caréner son voilier….cela ne se fait plus.

Tous les types de bateaux peuvent échouer même si, dans le cadre d’un quillard, il est fortement recommandé de suivre les indications du constructeur. Certains quillards ne supportent pas de se poser sur leur quille. Pour les autres, il sera nécéssaire d’avoir des béquilles, sinon, vous pouvez toujours trouver un endroit très vaseux ou la quille pourra senfoncer…mais pour aller à terre, ce sera plus compliqué. Les dériveurs intégraux et les catamarans peuvent beacher et se poser sans problème, c’est l’idéal. Leurs fonds sont généralement protégés avec une semelle de fonte pour les dériveurs en polyester ou en bois et les catamarans se poseront sur leurs ailerons ou directement sur leurs coques protégées là aussi. Les biquilles, eux, pourront se poser tranquillement sur leurs deux appendices quand la marée descendra.

Zones d’échouages.

Toutes les zones de navigation ne sont pas favorables à l’échouage. Il faut choisir de se poser dans un site protégé, à l’abri de la houle et du ressac. En effet, il est important, pour le bateau et pour l’équipage que le bateaupetit port du pays de galle ne tosse pas lorsque la marée remonte ou descend. Pensez à vous renseigner sur les effets de brise côtière qui prendront le dessus sur les vents. La nature des fonds est aussi, évidemment, à prendre en considération…il sera compliqué d’échouer sur de la roche. Préférez donc des zones sableuses ou vaseuses. Attention, dans le cadre d’un voilier biquille ou d’un quillard avec béquilles à ne pas choisir une zone trop vaseuse (surtout avec un quillard équipé de béquilles qui pourraient mal s’enfoncer) et à échouer sur une zone plane, que le bateau reste droit.

Il faut toujours se poser dans l’axe de la pente, cela permet au voilier de rester horizontal même si le comportement d’un monocoque est plus difficile à prévoir que celui ‘un multicoque.

Les manoeuvres.

Beacher :

Pour beacher un voilier, vous devez, tout d’abord mouiller l’ancre arrière avant de venir beacher le bateau sur la plage. Le bateau beaché, vous pourrez ensuite porter l’ancre avant. Vous devez bien vérifier les coefficients de marée afin de ne pas vous retrouvé coincé avec un bateau au sec pendant 10 jours si les coefficients baissent.

En eau profonde:

Dans le cas ou vous attendez la marée, en eau profonde, vous commencez, là aussi, par mouiller l’ancre arrière. Ensuite, vous avancez le bateau et allez mouiller, assez loin, l’ancre avant, puis reculez le bateau vers l’ancre arrière.

Les risques :

biquille à l'échouage sur sableIl existe quelques risques à échouer son bateau. Le premier risque est pour la coque, lors de l’échouage. En effet, il faut bien  faire attention aux fonds pour ne pas abimer l’antifouling, les loch speedo ou sondeurs voir la strat. sur une grosse pierre. Il y a aussi un risque pour l’équipement comme pour les béquilles d’un voilier si la houle s’invite. Enfin, le dernier risque, pour le bateau, est lors du départ. Utilisez bien l’ancre arrière pour vous dégager de la grève lors du départ.



3 Rétroliens / Pings

  1. S’amarrer à un corps mort - Mers & Bateaux
  2. Une bouée de mouillage automatique - Mers & Bateaux
  3. Sortie en bateau : guide pour savourer ces instants avec vos enfants ! - Le Blog de Villanovo

Laisser un commentaire