Réussir son mouillage. Les différentes techniques, le choix de l’ancre et de la chaine

Partir en croisière, c’est aller à la découverte de belles baies, de petites criques ou jeter l’ancre. Pour une nuit ou une escale plus longue, immobiliser son bateau et réussir son mouillage passe par une bonne technique et un bon équipement. Voici quelques conseils pour réussir son mouillage.

Mouiller son voilier, dans une crique abritée des vents, est un moment qui sera toujours magique. Qui parmi nous, n’a pas dans la tête de souvenirs d’escales inoubliables à Houat ou aux Glénan, parfois seul au monde, en avant ou après saison, par exemple. S’assurer que l’ancre va bien tenir au fond, c’est conserver cette magie pendant toute l’escale, et surtout de bien dormir… Au delà de la magie, un bon mouillage forain est un gage de sécurité pour votre bateau, et l’équipage.

Vous arrivez enfin, après plusieurs heures de navigation, voir plus, à votre destination. Cette baie bien protégée des vents, et à l’abri des courants, va vous permettre de passer la journée ou la nuit, à l’abri. Vous jetez l’ancre rapidement, pliez les voiles et profitez du moment pour aller à terre, sans vous soucier de votre mouillage. A votre retour, la bateau n’est plus au même endroit…

A l’inverse, vous êtes stressé, savez que vous allez passer la nuit au mouillage et vous coucher en gardant un œil sur les feux de mouillages des voisins, que vous allez vous levez à plusieurs reprises. Vous savez déjà que votre nuit se fera dans le carré, et surtout pas dans la cabine arrière. Bref, la nuit va être longue.

Dans les deux cas, pour mieux dormir ou éviter les gros soucis, le plus prudent est de bien faire les choses dés le début, de bien poser l’ancre, dans les règles de l’art. Le mouillage forain est souvent la seule solution pour profiter d’îles comme Houat, Hoedic, l’Île d’Aix ou encore les Îles Chaussey.

Quelles sont les différentes techniques de mouillage?

Oringuer, pour mieux remonter l’ancre

Cette technique de mouillage consiste à frapper un bout, un orin, sur l’avant de l’ancre. En reprenant le bout, c’est la partie avant de l’ancre qui est reprise en premier, ce qui permet de la remonter plus facilement si elle est bloquée.

Affourcher pour éviter de trop bouger

Cette technique de mouillage permet de réduire la zone d’évitage de votre voilier. Pour cela, vous allez mouiller deux ancres avec des distances de chaîne égales, suivant un angle défini formant un triangle.

Attention, cependant, à ne pas utiliser cette technique partout. Si vos voisins bougent, sur leur mouillage, il vaut mieux bouger avec eux…

Empeneller pour sécuriser un mouillage par mauvais temps

Cette technique de mouillage consiste à installer deux ancres sur la même chaîne. La première ancre servira à crocher dans le fond quand la deuxième permettra à la chaîne de rester au fond. Idéal si le vent monte.

Mouillage arrière pour rester dans le même sens

Le mouillage arrière consiste à mouiller une ancre à l’avant du bateau, qui sera doublée par une deuxième ancre mouillée à l’arrière. Le mouillage arrière permet de stabiliser le voilier dans une direction donnée.

Comment bien poser l’ancre de son bateau?

Réussir son mouillage demande quelques précautions avant et pendant la manœuvre. La première règle est de bien repérer l’endroit ou on va mouiller le bateau. Au-delà de savoir si le mouillage est bien protégés des vents et de la houle, il est important de regarder quel type de fond se trouve sous le bateau.

L’idéal est de mouiller sur un fond sableux ou vaseux, et d’éviter les algues, herbiers, voir les roches. C’est surtout le cas si vous souhaitez échouer votre bateau.

Ensuite, vérifiez bien la météo et, en atlantique, l’heure des marées. Votre heure d’arrivée par rapport à la marée déterminera la longueur de chaîne que vous devez mouiller. La règle veut que l’on mouille 3 fois la hauteur d’eau, à la pleine mer, de chaîne. Rajoutez une longueur si les conditions météo se durcissent.

Retenons qu’une ancre fonctionne de façon optimale quand la traction exercée sur celle-ci est horizontale. Plus le vent monte, plus vous devrez lâcher de la longueur de chaîne.

voilier au mouillage

Quand vous laissez filer la chaîne, manuellement ou à l’aide d’un guindeau, après avoir jeté l’ancre, faites le petit à petit, ne jetez pas tout d’un coup. Une bonne technique consiste, bien évidemment à arriver face au vent, stabiliser le bateau avant de jeter l’ancre, mais à faire reculer le bateau, au moteur, afin de bien étaler la longueur de chaîne.Quand votre manœuvre de mouillage est terminée, il ne reste plus qu’à contrôler que votre ancre ne chasse pas.

Deux méthodes complémentaires. La première consiste à prendre la chaîne dans sa main, sans la serrer. Si l’ancre chasse, vous le sentirez de suite. Ensuite prenez alignement, à terre. Cet alignement vous servira de repère. Quand votre bateau est stabilisé. Vous n’avez plus rien à faire et vous pouvez profiter, sereinement, de votre escale. Et dans le pire des cas, si votre ancre chasse, reprenez les points ci-dessus et vérifiez votre mouillage.

Quelle ancre de bateau choisir?

ancre charrue

Il existe plusieurs types d’ancre, aux designs complètement différents. Chacune d’entre elle a ses spécificité et garantie une bonne tenue sur chaque fond avec plus ou moins de succès.

Les différents types d’ancre de bateau

  • Ancre plate: L’ancre plate est utilisable sur des fonds plutôt sableux. Elle est cependant déconseillée sur les algues ou roches. Elle a du mal à se replanter si elle décroche.
  • Ancre Soc de charrue: Ce type d’ancre est inspiré des charrues, tout simplement. Elle est très efficace, même si son volume peut prendre de la place dans une bail à mouillage de petit bateau. Elles ont le gros avantage de se replanter facilement si elles décrochent. Il existe des modèles à verge articulées, comme la CQR, ou fixes comme la Kobra, la Rock ou la Delta.
  • Ancre Spade: Sans vouloir faire de pub, cette ancre a le prix le plus élevé. mais c’est le must. Sa verge creuse et sa pointe très fortement lestée (50% du poids total) la rende très efficace.

Concernant les matériaux de fabrication, les ancres sont généralement fabriquées en acier galvanisé. Depuis quelques temps, on trouve des ancres en aluminium. Elles ont l’intérêt d’être plus légères mais sont plus chères.

La longueur de chaîne pour votre mouillage

La longueur de chaîne est l’élément le plus important d’un bon mouillage. C’est la chaîne qui va garantir une bonne tenue de l’ancre. La meilleure ancre au monde ne tiendra pas si la longueur de chaîne est insuffisante. L’idéal est d’équiper son bateau d’une grande longueur de chaîne, ce qui  permettra de mouiller par des fonds profonds. Au mouillage, il est indispensable de mouiller une longueur de chaîne de 3 à 5 fois la profondeur d’eau suivant les conditions météo.

Concernant le diamètre d’une chaîne, du 8mm sera suffisant pour un bateau jusqu’à 4.5 tonnes. Du 10mm sera conseillé pour des bateaux entre 4.5 et 12 tonnes et du 12 voir 14mm au delà.

Quelle ancre pour quelle longueur de chaine?

Longueur du bateauDéplacement du bateauPoids minimum de l’ancreDiamètre chaine
jusqu’à 4m300 Kg3.5 Kg6 mm
5.50m800 Kg6 Kg6 mm
6.50m1 000 Kg8 Kg6-7 mm
7,50 m2000 Kg10 kg8 mm
9 m3000 Kg12 Kg8 mm
10,50 m4500 Kg14 Kg10 mm
12,50 m8000 Kg16 Kg10 mm

La solution de la bouée de mouillage automatique

bouee-ancre-automatique pour orin mouillage

La société SWI TEC propose une bouée de mouillage automatique simple et pratique pour les zones à marées notamment.

La société SWI TEC propose différents produits permettant de simplifier la vie à bord d’un bateau, au mouillage ou en navigation. Dans son catalogue, on découvre une bouée de mouillage, un orin, permettant de situer l’ancre et de la remonter plus facilement si elle est coincée.

L’orin

Un orin permet de débloquer l’ancre quand elle est coincée, au mouillage. L’ancre peut, en effet, être coincée sous un rocher ou prise dans des algues. Dans ce cas, il est très difficile de la remonter en tirant sur la chaîne. Ormi si le bateau est échoué, à marée basse, la solution est, alors, d’utiliser un orin, si ce dernier est installé.

L’orin est un bout qui est fixé sur le diamant de l’ancre. En tirant dessus, on bascule l’ancre en la relevant à l’envers.Le seul inconvénient de l’orin est que sa longueur doit correspondre à la profondeur du mouillage pour éviter qu’il se balade partout. Et cette longueur de l’orin est compliquée à gérer dans les zones à marées.

Cette bouée, proposée par SWI TEC, est originale par son enrouleur, à l’intérieur de la bouée. Celui ci permet à la bouée d’être toujours à la verticale de l’ancre Quelle que soit la profondeur d’eau, suivant la marée.

Cette bouée existe depuis 20 ans. Elle est utilisable jusqu’à une profondeur de 20m, ce qui est largement suffisant pour un mouillage. Son point de rupture est assez élevé, jusqu’à 500kg.

13 réflexions au sujet de “Réussir son mouillage. Les différentes techniques, le choix de l’ancre et de la chaine”

  1. Les poids sont donnés pour des ancres « traditionnels ».
    Les ancres modernes permettent d’en emmener de moins lourdes ?
    Pour exemple la Kobra 6 kg dont le constructeur certifie l’efficacité pour un voilier jusqu’à 8 m ?

    Répondre
  2. Bonjour, Votre article est très utile.
    Sur mon bateau je dois remplacer la chaîne de mouillage qui est rouillée. Pour un voilier de 9 m et de 3 tonnes, quelle est la bonne longueur ? 30 mètres conviendraient ?
    Merci pour votre conseil.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.