S’amarrer à un corps mort

voiliers au mouillage

De nombreuses zones de mouillage proposent des corps morts. S’amarrer à un corps mort n’est pas une manœuvre compliquée mais quelques précautions et anticipations s’imposent, seul ou en équipage familiale, pour éviter de s’y reprendre à plusieurs reprises.

Les occasions de prendre un corps mort sont multiples. Le plus souvent, ce corps mort est le votre. Votre bateau y est à l’année dans un port de plaisance ou dans une zone de mouillage gérée par une association (on retrouve souvent ces possibilités en Bretagne). Certains mouillages touristiques proposent des bouées pour s’amarrer. Cela peut être le cas dans des zones situées dans des espaces marins protégés. Il est dans ce cas, interdit de mouiller son ancre. Nous n’évoqueront pas, ici, le cas des tonnes qui est plus spécifique (une tonne permet d’amarrer plusieurs bateaux en même temps).

Arriver sur le corps mort.

Comme pour toute manœuvre sur un bateau, le maitre mot est : anticipation. Vous devez avoir, sous la main, la gaffe et une amarre. Il y a deux solutions pour arriver sur le corps mort quand on est seul.

Face au vent.

Dans l’absolue, arriver sur un corps mort, face au vent, est la manœuvre la plus logique. En effet, le bateau va arrivervoiliers echoués doucement sur la bouée et le temps de mettre au point mort continuera d’avancer contre le vent. Ce qui évitera d’avoir une trop forte tension sur la bouée. Si vous êtes avec un équipage amariné, ne vous embêtez pas et envoyez un équipier à l’avant pour passer l’amarre. Dans la situation ou vous êtes seul ou en famille avec des petits enfants, préparez une amarre qui est prise sur l’avant du bateau et qui revient dans le cockpit par l’extérieur du gréement et des chandeliers. Lorsque vous arriver à la bouée, vous pourrez passer l’amarre sur la bouée sans bouger du cockpit. Ceci fait, vous aurez tout le temps de bien régler cette dernière.

Cul au vent.

Cette deuxième solution est souvent conseillée par des marins expérimentés. Elle consiste à arriver sur la bouée en marche arrière. Votre bateau est donc toujours bout au vent et vous allez présenter le tableau arrière à la bouée. Dés que vous arriver sur celle-ci, vous présentez un bout (installée de la même manière que ci-dessus) que vous passerez dans l’anneau de la bouée.

L’astuce.

Dans le cas bouee mouillage a anneauou ce corps mort est le votre, il existe une astuce. Dans la grande majorité des cas, un bateau est relié à la bouée par deux amarres. La solution idéale est le montage suivant :

Une des amarres est passée sur un des deux taquets de façon classique. L’autre amarre se termine par une boucle. Celle-ci est frappée sur un des deux taquets. Cette boucle ( épissure, noeud de chaise) est équipée d’une petite bouée à anneaux ou objet flottant. Quand vous quittez votre mouillage, vous accrochez l’amarre libre sur cette boucle ou directement sur la petite bouée. Vous pouvez même y amarrer l’annexe qui restera au mouillage. A cet instant, il ne reste plus que l’amarre avec l’épissure qui reste au taquet du bateau, et, qui pourra être libérée en 2 secondes. Donc trèsamarre avec épissure pratique à larguer et plus rapide pour revenir à la barre. Mais le gros plus de cette astuce est pour le retour et pour prendre le corps mort. Quand vous arrivez à la bouée, ce n’est plus un anneau que vous devez prendre. En effet, vous devez, à l’aide d’une gaffe, remonter un bout qui flotte sur 1 ou deux mètres avec une bouée. Et en plus vous récupérez les deux amarres et l’annexe.



Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet