Comment amarrer son bateau, au mouillage, sur un corps mort?

De nombreuses zones de mouillage proposent des corps morts. Amarrer son bateau à un corps mort n’est pas une manœuvre compliquée, mais quelques précautions et anticipations s’imposent, seul ou en équipage familial, pour éviter de s’y reprendre à plusieurs reprises.

Les ports français sont globalement bien équipés et protégés. Mais si les marinas affichent toutes complet, il existe aussi des zones de mouillage, sur corps mort. Au delà, les occasions de prendre un corps mort sont nombreuses. Le plus souvent, ce corps mort est le vôtre. Votre bateau y est à l’année dans un port de plaisance municipale ou alors dans une zone de mouillage, gérée par une association. On retrouve souvent ces mouillages réglementés en Bretagne, par exemple. Enfin, certaines zones, très touristiques et protégées,  proposent des mouillages sur bouées pour s’amarrer, afin de canaliser le flux de bateaux. Cela peut être le cas dans des zones situées dans des espaces marins protégés. Il est dans ce cas, interdit de mouiller son ancre. Nous n’évoquerons pas, ici, le cas des tonnes qui est plus spécifique (une tonne permet d’amarrer plusieurs bateaux en même temps).

Comme pour toute manœuvre sur un bateau, le maître mot est : anticipation. Vous devez avoir, sous la main, la gaffe et une amarre. Il y a deux solutions pour arriver sur le corps mort quand on est seul.

Amarrer son bateau sur corps mort face au vent.

Dans l’absolu, arriver sur un corps mort, face au vent, est la manœuvre la plus logique. En effet, le bateau va arrivervoiliers echoués doucement sur la bouée et le temps de mettre au point mort continuera d’avancer

Dans la situation ou vous êtes seul ou en famille avec des petits enfants, préparez une amarre qui est prise sur l’avant du bateau et qui revient dans le cockpit par l’extérieur du gréement et des chandeliers. Lorsque vous arrivez à la bouée, vous pourrez passer l’amarre sur la bouée sans bouger du cockpit. Ceci fait, vous aurez tout le temps de bien régler cette dernière.

Amarrer son bateau sur corps mort cul au vent.

Cette deuxième solution est souvent conseillée par des marins expérimentés. Elle consiste à arriver sur la bouée en marche arrière. Votre bateau est donc toujours bout au vent et vous allez présenter le tableau arrière à la bouée. Dés que vous arrivez sur celle-ci, vous présentez un bout (installée de la même manière que ci-dessus) que vous passerez dans l’anneau de la bouée.

L’astuce.

Dans le cas bouee mouillage a anneauou ce corps mort est le votre, il existe une astuce. Dans la grande majorité des cas, un bateau est relié à la bouée par deux amarres. La solution idéale est le montage suivant :

Une des amarres est passée sur un des deux taquets de façon classique. L’autre amarre se termine par une boucle. Celle-ci est frappée sur un des deux taquets. Cette boucle ( épissure, noeud de chaise) est équipée d’une petite bouée à anneaux ou objet flottant. Quand vous quittez votre mouillage, vous accrochez l’amarre libre sur cette boucle ou directement sur la petite bouée. Vous pouvez même y amarrer l’annexe qui restera au mouillage. A cet instant, il ne reste plus que l’amarre avec l’épissure qui reste au taquet du bateau, et, qui pourra être libérée en 2 secondes. Donc trèsamarre avec épissure pratique à larguer et plus rapide pour revenir à la barre. Mais le gros plus de cette astuce est pour le retour et pour prendre le corps mort. Quand vous arrivez à la bouée, ce n’est plus un anneau que vous devez prendre. En effet, vous devez, à l’aide d’une gaffe, remonter un bout qui flotte sur 1 ou deux mètres avec une bouée. Et en plus vous récupérez les deux amarres et l’annexe.

Prendre un coffre de mouillage dans le courant

Si, globalement, la prendre une bouée, avec une gaffe, ne pose pas trop de problèmes, en venant se mettre face au vent, les choses se compliquent dès que le courant vient perturber la manoeuvre.

mouillage dans un courant

Des corps morts dans le courant

Que ce soit dans un port d’échouage ou dans une zone de mouillage, il peut arriver que les corps morts soient situés dans des zones à forts courants. C’est le cas, par exemple, dans le Golfe du Morbihan, les rias du sud Finistère (Odet, Aven,…). Dans ce cas, la manœuvre pour prendre votre bouée, sera plus complexe. Vous devrez prendre en compte deux paramètres, le vent et le courant.

En effet, la prise de coffre ne consistera plus à arriver face au vent mais face au vent et/ou au courant. Prendre en compte le courant et l’anticiper permettra d’éviter les fausses manœuvres et, un moment d’énervement. Dans ce cas, il vaut mieux préparer amarres et cordages.

Prendre le corps mort

En soi, prendre un corps mort dans une zone de courant n’est pas très compliqué. Comme toujours, il faut anticiper. La première chose à faire est d’observer son environnement. Par observer l’environnement, on entend comprendre l’incidence du courant sur le mouillage.

En arrivant dans la zone de mouillage, vous devrez observer le comportement des bateaux qui sont déjà sur bouée. Ces derniers vous donneront déjà une idée assez précise de l’importance du courant par rapport au vent. C’est ce qu’on appelle le « fardage vent et le fardage courant ». S’il n’y a pas de bateau sur place pour observer ce fardage, laissez-vous porter, au point mort, pour déterminer celui-ci en laissant dériver le voilier.

Dans un deuxième temps, quand ce fardage vent et courant est déterminé, il faut estimer la vitesse a laquelle arriver sur la bouée. Pour cela, arrivez d’assez loin afin d’ajuster votre vitesse, tout simplement. Enfin, arrivé à la bouée, et suivant la puissance du courant, mettez vous au point mort, juste en arrivant sur la bouée. Cela vous permettra de dépasser la bouée au niveau du cockpit, si vous êtes seul à la manœuvre, et de passer l’amarre plus facilement. En effet, pensez au fait que la bouée sera difficile à garder avec une gaffe. Le courant tendant, sans doute, le cordage et la chaine au maximum.

Pour éviter de vous retrouver coincé, à l’avant du bateau, sans pouvoir passer les amarres sur le taquet, remettez un petit peu de gaz pour compenser la vitesse du courant. Cela vous permettra de rester à côté de la bouée en neutralisant la vitesse du courant.

Quitter le corps mort

Pour quitter le mouillage, le principe est le même: l’observation et l’anticipation. Avant de tout larguer, regardez bien ou le bateau va dériver, et à quelle vitesse, le temps que vous retourniez dans le cockpit. Vous pouvez très bien envisager d’embrayer le moteur à faible vitesse pour compenser le courant et avancer vers la bouée (attention aux amarres dans l’hélice). Dans tous les cas, si vous n’avez pas l’habitude, évitez de quitter le corps mort à la voile et utilisez le moteur. Faites attention aux bateaux amarrés sur les bouées à côté.

9 réflexions au sujet de “Comment amarrer son bateau, au mouillage, sur un corps mort?”

  1. J’ai appris la prise de coffre en 1970 à l’UCPA. C’était l’époque ou on pouvait rentrer au port à la voile. Ensuite j’ai eu un Seagull sur chaise, un délice. Reste que pour prendre un coffre, le moteur complique les choses. On vient mourir vent debout sur le coffre avec une vraie gaffe, longue et solide et puis si l’on rate, on recommence. J’ai deux gaffes, qui flottent bien. Je peux toujours récupérer la première avec la deuxième quand j’ai trop merdé. La voile est une leçon perpétuelle d’humilité.

    Répondre
  2. Bonjour. Je voudrais installer des bouées fixes pour faciliter le mouillage devant la plage que je mets en place. Je fais des recherches sur les techniques et matériaux à utiliser. Je n’ai pas trouvé grand chose la dessus…
    J’imagine qu’on jette au fond un bloc de béton avec une accroche métallique et un câble reliant le fond à la surface avec une bouée. Mais quel type de corde, chaine etc…
    Si quelqu’un à des infos.
    Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ipsum facilisis vel, sit commodo venenatis eget diam