Sun Fast 3300, le course croisière IRC par Jeanneau

maquette sun fast 3300
photo: Jeanneau
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Jeanneau a présenté, au Nautic de Paris, son futur Sun Fast 3300, un course croisière IRC qui verra le jour au printemps 2019.

Le chantier vendéen Jeanneau a profité du salon nautique de Paris pour présenter son nouveau course croisière. Ce nouveau Sun Fast 3300 sera mis à l’eau au printemps 2019. Le chantier a fait fort pour ce nouveau coureur IRC.

Il est vrai qu’il arrive dans une famille ou le succès est de tradition. En effet, le palmarès international des Sun Fast 3200 et Sun Fast 3600 est impressionnant. ces deux bateaux ont gagné des courses mythiques comme la Sydney Hobart, le Spi Ouest France, la Transquadra, la Giraglia, la Commodores’ Cup ou encore la Caribbean 600.

Alors pour répondre à ce défi, le chantier a fait appel à deux pointures de l’architecture navale, surtout dans le milieu de la course au large: Daniel Andrieu et Guillaume Verdier.

Un course-croisière déjà bien né

Jeanneau a donc fait appel à deux architectes pour dessiner son nouveau Sun Fast. Daniel Andrieunouveau-jeanneau-sun-fast-3300 est un habitué puisqu’il est l’architecte des Sun Fast depuis l’origine. Dans le même temps, il connaît très bien la jauge IRC.

Mais le chantier a décidé de s’adjoindre un deuxième expert de la course. Guillaume Verdier, lui, est connu pour ses bateaux de l’America’s Cup ainsi que du Vendée Globe. L’architecte apporte sa maitrise de la course au large, un nouveau regard. Dans le même temps, il maîtrise parfaitement les méthodes de calcul numérique, et de calcul par éléments finis.

Le travail en commun de ces deux références de l’architecture navale a permis de pousser très loin le travail sur la carène. Ce Sun Fast 3300 est présenté, par le chantier, comme ” à la fois équilibré, polyvalent tout en offrant toutes les qualités de performance requises sur le circuit des courses IRC ou les navigations inshore et transatlantiques”.

Des courbures innovantes

La nouveauté, dans ce bateau, au delà de l’esthétique, est sa coque. Cette dernière affiche une double concavité à l’avant et à l’arrière. D’après le chantier, ces inversions de courbure, au niveau de la ligne de quille, devraient permettre de répartir au mieux la pression dynamique et de limiter la trainée de carène. dans le même temps, cela permettra de minimiser la surface mouillée.

La structure et la forme de la quille, très travaillées sur ce nouveau Sun Fast, permettent aussi une réduction de la pression hydrodynamique et un centre de gravité optimisé.

Sa forme de coque, dont le centre de carène est reculé, impose au gréement d’être positionné plus en arrière. La grand-voile est donc allongée et possède une large têtière. Ce qui permet d’augmenter la surface de voilure et une meilleure finesse. Deux pataras contribuent à tendre l’étai pour un meilleur cap au près.



Ronan Yhuel
A propos Ronan 589 Articles
responsable de la publication de ce site. plaisancier du dimanche assumé, amoureux de la mer, de nos côtes et des voiliers.

Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.