Les principaux voiliers anglais dans l’histoire de la plaisance

L’Angleterre est un des berceaux de la plaisance dans le monde. Si l’image du nautisme anglais et britannique a d’abord été liée au Yachting, le pays est aussi un des grands acteurs de la voile populaire en Europe. L’histoire de la plaisance anglaise est marquée par de nombreux voiliers qui ont laissé leur emprunte le long de nos côtes et sur tous les océans du globe.

La plaisance se définit comme l’art de naviguer pour le plaisir, sans autre but que le loisir. On estime que les débuts de la plaisance sont liés à la première navigation d’un hollandais,  H. de Voogt, qui naviguera, sans raison professionnelle, sur un petit bateau, des Pays-Bas vers Londres. Plus près de nous, au 18ème siècle, c’est en Angleterre que des aristocrates ont commencé à naviguer sur des voiliers pour se mesurer entre eux, sur l’eau. Ce sera la naissance du Yachting. Celui-ci se développera jusqu’au début du 20ème siècle.

En 1895, un certain Joshua Slocum, un américain, se lancera dans un Tour du Monde sur son voilier nommé « Spray ». On peut considérer que ce voyage marque le début d’une plaisance populaire, qui n’est plus réservée aux classes bourgeoises. La plaisance connaîtra alors un essor incroyable. Mais si la France est aujourd’hui, le pays de la plaisance, c’est bien en Angleterre qu’elle est née, avec de nombreux chantiers et skippers-aventuriers comme Francis Chichester, James Wharram, Robin Knox-Johnston ou encore, oui, pourquoi pas, Donald Crowhurst .

Les anglais ont produit de nombreux voiliers de plaisance et donné naissance à des chantiers qui ont marqué l’histoire du nautisme. Techniquement, les britanniques ont toujours été à la pointe en proposant les premiers biquilles (même si le chantier Jouet proposait déjà le Tiburon) et les premiers multicoques de croisière. Certains architectes font partie des grands architectes de la plaisance dans le monde. Un constructeur anglais a même proposé des voiliers à 3 quilles, pendant un moment.

Alors quels sont ces chantiers et voiliers qui ont marqué l’histoire de la plaisance anglaise et européenne.

Le chantier Camper & Nicholson

Nicholson 35

Comment parler de la plaisance anglaise sans parler du chantier Nicholson, ou Camper & Nicholson. Le chantier est né en 1792. Il est, entre autres, synonyme de Yachting et belle plaisance. Pourtant, il a aussi marqué l’histoire de la plaisance populaire en proposant des voiliers de course-croisière de caractère. On pense, bien évidemment au Nicholson 32 et Nicholson 35, construit des années 1960 à 1980.

Ces deux bateaux ont tout fait, de la régate à la course au large en passant par de longues croisières hauturières. Un autre modèle a aussi marqué le monde de la voile dans les années 70, le Nicholson 33, dessiné par Ron Holland, un très bon Half Tonner.

Westerly

Dans un style complètement différent du premier, voilà un chantier qui a marqué bien des générations. Le chantier Westerly a été créé en 1962, par Denys Rayner. Il sera le symbole d’une plaisance populaire jusqu’aux années 2000. Son image est indissociable du voilier biquille, dont il a été un des grands promoteurs. Ont retrouve des Centaurs, Griffons et autres Fulmar tout le long de la côte atlantique. Peu considérés par les amateurs de régates, ces voiliers ont fait le bonheur de nombreux plaisanciers qui naviguaient souvent plus que les autres, à l’année.

Les voiliers Moody

Moody 33

Le chantier Moody a été créé en 1850. C’est un des principaux chantiers anglais. Depuis 2007, le chantier est passé sous pavillon allemand, après son rachat par Hanse. La marque Moody est très fortement liée à l’architecte Bill Dison qui a dessiné presque la totalité des bateaux, et continue d’ailleurs de les dessiner. Le chantier s’est démarqué, dans les années 70 et 80 avec ses bateaux bien construits, sécurisants et marins. Les Moody 33 et Moody 40 ont marqué leur époque avec leur cabine arrière séparée. Ils ont emmené de nombreux marins sur toutes les mers du globe.

La gamme Contessa

contessa 32

L’histoire des Contessa commence en 1961, avec la création par Jeremy Rogers, de son chantier. Son premier bateau sera le Contessa 26, un petit voilier, type folkboat, qui connait rapidement le succès. Mais c’est avec le Contessa 32 que le chantier se fait une réputation mondiale. Ce magnifique voilier est sans doute ce qui se fait de mieux dans les voiliers classiques. Il est de toutes les grandes courses autour du monde comme le Golden Globe Challenge. Il sera le seul bateau de série, et le plus petit, à franchir la ligne d’arrivée de la fameuse Fastnet de 1979. Le chantier fera aussi appel à des architectes comme Doug Peterson pour dessiner le Contessa 28 et le 35. Aujourd’hui, le chantier se concentre sur le refit et la construction du Contessa 32.

Le chantiet Rustler

vdh sur son rustler 36

Voilà un autre chantier qui porte fièrement la marque britannique. Le chantier Rustler est un des principaux chantiers anglais. Il est un des principaux artisans du style classique anglais. Le Rustler 36 est un des voiliers les plus populaires d’Angleterre. Comme le Contessa 32, il est toujours construit avec la même passion et le même souci de qualité et de finition. Le temps semble s’épuiser sur ces bateaux. Le Rustler 36 est un des voiliers vedettes du Golden Globe. VDH gagnera la dernière édition avec ce bateau.

Cornish crabber

Cornish Crabber 22

Le chantier Cornish Crabber a été créé en 1979, dans le sud de l’Angleterre. La gamme de bateaux se reconnaît au premier coup d’œil. D’un style retro très poussé, ces petits voiliers ont l’élégance des bateaux classiques sur l’eau. On retrouve beaucoup de ces modèles en Bretagne et sur la côte Atlantique. Les unités les plus produites sont les Cornish Crabber 22 et Cornish Crabber 24.

Les plans David  Feltham

David Feltham est un architecte important pour la plaisance populaire, outre-Manche. Il a beaucoup travaillé avec les chantiers anglais, dans les années 80. Il est à l’origine de nombreux voiliers qui ont marqué la plaisance populaire. Il a notamment travaillé avec les chantiers Cobra Yachts, Thames Marine ou encore Seawolf Yachts.

Certains de ses voiliers ont franchi la manche et se retrouvent, régulièrement, sur le marché de l’occasion en France. On pense notamment à la gamme de voiliers Cobra, au Mirage 28. Mais sa production compte aussi des catamarans comme le Prout 38.

Les catamarans Prout

Snowgoose 37

Qui ne connaît pas les fameux catamarans Snowgoose ? Le chantier Prout est, sans doute, le précurseur des catamarans de série pour la plaisance. Les premiers Snowgoose ont navigué bien avant les Fountaine Pajot et autres Outremer. Dès 1952, le chantier construisait un petit catamaran de sport. En 1970, il se lance dans le catamaran habitable avec la gamme Quest et Snowgoose. Le succès sera très rapide, avec des modèles comme le Sirocco 26. On retrouve régulièrement, sur toutes les mers du globe, des Snowgoose 35 et 37. Le chantier proposera ses catamarans confortables et très marins jusqu’à la fin des années 90. Son dernier modèle sera le Prout 38.

Les catamarans Wharram

Wharram-Tiki-8

Enfin, comment parler de multicoques anglais sans parler des catamarans Wharram. James Wharram est un architecte-constructeur britannique qui a fait rêver de nombreuses générations de baroudeurs. James Wharram est considéré comme le pionnier des multicoques hauturiers. Il fera sa première transat en catamaran, en 1956. Ses multicoques sont conçus comme des canoës. Ils sont fortement inspirés des pirogues du Pacifique.

Toujours en activité, le chantier propose plusieurs modèles dont le célèbre Tiki 8, que l’on peut retrouver le long des côtes françaises.

Cette liste n’est bien évidemment pas exhaustive. La Grande Bretagne, et l’Angleterre en particulier, ont produit beaucoup plus de voiliers, moins connus en France. Je vous encourage à compléter cette liste en commentaire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ipsum quis dapibus Aliquam leo Phasellus sed elit. vel, id