Voiles creuses ou plates, l’incidence de la forme d’une voile sur sa puissance

En navigation, nous avons tous connu ce moment ou le vent monte et le bateau commence à devenir ardent. Inversement, il peut arriver que le vent faiblisse et que le bateau perde du punch. Pourtant, il est possible de gérer la puissance d’une voile, et donc du bateau en effectuant quelques réglages. En jouant sur la forme de vos voiles, vous pouvez améliorer votre navigation, votre route et votre vitesse.

Avouons-le, quand nous nous naviguons en famille ou entres amis, nous n’avons pas tous les réflexes des régatiers et mangeurs d’écoutes. Souvent, nous allons prendre notre cap, effectuer nos réglages en fonction du bord que nous allons prendre et restons à la barre, ou nous occupons de la traine.

Pourtant, il faut bien reconnaitre que si les mangeurs d’écoutes dont nous parlons sont sans cesse à régler leurs voiles, c’est qu’il y a bien une raison. Ces réglages vont permettre de jouer sur la forme de la voile et son creux. Mais alors, à quoi cela peut bien servir?

Bien régler ses voiles, même en croisière

réglage de voile

En effet, le réglage d’une voile va avoir une incidence sur la vitesse du bateau, mais que. Une voile bien réglée va aussi rendre votre navigation plus confortable. Cela va permettre de rendre la barre plus équilibrée ou de faciliter le passage dans le clapot, par exemple. Ce réglage est fonction de plusieurs éléments. On peut agir sur l’orientation de celles-ci, la border, la choquer. Cela dépendra surtout de la direction du vent et de sa route. Quand le vent monte, on va aussi réduire la toile, prendre un ris ou enrouler le génois. Cependant, il est aussi possible d’agir sur la forme des voiles.

Agir sur la forme des voiles consiste à l’aplatir ou la creuser. La forme de la voile aura une incidence sur sa puissance. Autant être claire tout de suite, il n’y a pas de réglage type, parfait. La puissance recherchée, et donc le réglage qui va avec, dépendra du vent, bien évidemment, mais aussi de l’état de la mer.

Avant de voir l’importance de la forme d’une voile et les réglages qui vont avec, faites en sorte que l’orientation de vos voiles soit idéale, c’est-à-dire bordées à la limite du faseyement. Enfin, pour arriver aux réglages les plus fins, rien de tel que de bien entretenir ses voiles régulièrement. En plus, elles dureront plus longtemps et vous ferez des économies.

Pour régler le creux des voiles, nous avons plusieurs outils. Nous allons pouvoir utiliser les drisses, bordures de grand-voile, les écoutes, chariots, rails d’écoutes et hale bas de bôme. dans un premier temps déjà…

L’idée n’est pas, ici, de devenir un pro du réglage. Il faudrait encore que je le sois. Non, l’objectif de ces lignes est juste d’améliorer, un peu, nos habitudes et nos réglages de voiles.

voiles de voilier

La forme des voiles par petit temps

Dans le petit temps, nous avons besoin de gagner de la vitesse et de la puissance. Le but du jeu est donc de donner un maximum de puissance aux voiles. Pour donner de la puissance aux voiles, il faut les creuser.

Commençons par la grand-voile. Pour creuser la grand-voile, les premiers réglages vont consister à la laisser respirer. Pour cela, nous allons utiliser la drisse et la bordure. En mollissant un peu ces dernières, on va lui donner plus de creux, et donc plus de puissance. La drisse va, par exemple avoir une incidence sur le creux de la voile. Moins elle sera sous tension, plus le creux sera reculé et la voile puissante.

Au près, quand il y a peu de vent, rien ne sert de trop border la grand voile. Le réglage du creux permettra d’affiner le bord d’attaque de la voile. Un ancien voileux m’avait donné une astuce, qui marche. Si votre voilier en est équipé, remontez le chariot de grand-voile au vent, quitte à choquer légèrement l’écoute de grand voile. Vous verrez que vous gagnez en vitesse sans perdre en cap.

Pour le génois, l’idée est la même. Pour creuser le génois, il suffit de jouer, légèrement, sur la drisse. Pour augmenter le creux, avancez le chariot de génois.

Le pataras va aussi vous permettre d’améliorer la puissance de vos voiles. Vous pouvez le choquer légèrement.

La forme des voiles dans le gros temps

Si vous avez bien compris, dans le petit temps, on va chercher à gagner de la puissance. Alors, à l’inverse, dans le gros temps, on va chercher à perdre de la puissance. Dans ce cas, on va donc chercher à aplatir les voiles, à avancer le creux, voire les ouvrir.

Pour aplatir la grand-voile, nous allons faire l’inverse de ce que nous avons vu ci-dessus. Les outils sont les mêmes, nous allons étarquer la drisse de grand voile et la bordure. En étarquant la drisse, nous allons avancer le creux de la grand voile.

Pour aplatir le génois, nous allons pouvoir jouer sur le rail d’écoute et la drisse. Dans le même temps, en reculant le point de tire, nous allons libérer la voile et l’ouvrir, donc lui permettre de lâcher de la puissance.

Au près, l’écoute de grand voile devra être bien bordée. Si nécessaire, vous pourrez choquer le chariot de la barre d’écoute ou le glisser sous le vent. Vous pourrez aussi laisser filer l’air ou ouvrant la voile grâce au hale bas de bôme, en le choquant.

Dans le gros temps, vous devez raidir le pataras. Cette manoeuvre va vous permettre de laisser filer le vent dans les hauteurs et de lâcher de la puissance.

Si c’était aussi simple…

Nous venons donc de voir les bases. Mais il est possible d’aller beaucoup plus loin. En effet, agir sur le creux en fonction du vent, c’est bien. Mais que fait on quand la mer est agitée?  Les conditions sont elle les mêmes au portant comme au près?

Donc, pour aller un tout petit peu plus loin, retenez que:

Quand l’état de la mer le nécessite, nous allons avoir besoin de puissance pour passer les vagues.

Au portant, il faut être stable, donc augmenter la puissance.

Au près, on recherche le cap, Il faut donc réduire la puissance. Donc, tout est une question de dosage. Il s’agit de bien connaître son bateau pour trouver le réglage idéal. Quand tout cela sera maitrisé, vous pourrez même aller plus loin en jouant sur le vrillage des voiles, la position du creux et utiliser le gréement dormant, le cintrage du mat, pour améliorer le réglage des voiles, comme le pataras par exemple. Mais nous verrons cela plus tard.

Et vous, quelles réglages utilisez-vous?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

dolor justo Aliquam at vel, porta. adipiscing venenatis dictum