Anodes d’un bateau. Rôle et usure

anode bateau

Les anodes, sur un bateau, permettent de combattre la corrosion. Il existe plusieurs types d’anodes à poser à différents endroits.

Sur un bateau, le risque de corrosion existe partout ou des pièces métalliques sont en contact avec l’eau. Cette corrosion est la conséquence d’un courant électrique qui se forme entre deux métaux, on appelle ce phénomène l’électrolyse. Et ce phénomène est particulièrement prononcé dans l’eau salée (dix fois plus qu’en eau douce). On imagine donc, dans l’environnement salin, ce que cela peut provoquer, dans le temps.

Pour éviter cette corrosion, on utilise des anodes. Ces anodes, fabriquées en métal doux,  vont se détruire, à la place des pièces métalliques du bateau. Elles seront situées aux endroits sensibles du bateau comme l’embase moteur, l’arbre d’hélice ainsi que l’hélice elle même. Mais on peut aussi en trouver sur la dérive des dériveurs, entre autre. Enfin, il existe des anodes mobiles, qu’on va utiliser, au port, par exemple. Ces anodes sont constituées de zinc, à 99,996%. Cependant, on trouve aussi des anodes en aluminium pour les moteurs hors bord ainsi que des anodes en alliage d’aluminium et de magnésium pour les voiliers en aluminium.

L’usure des anodes

Il est assez compliqué de qualifier l’usure normale d’une anode. Son usure va dépendre de plusieurs paramètres. En effet, un bateau qui reste longtemps au port sera plus exposé. La présence des autres bateaux et les différents types de  matériaux de ces derniers vont avoir une incidence sur le phénomène d’électrolyse. Mais un autre paramètre sera la pollution de l’eau et sa salinité. Un bateau, sur corps mort dans un estuaire, sera moins sujet au phénomène.

Une anode doit s’user, c’est sa fonction. Si cette dernière n’est pas usée, lorsque vous sortez votre bateau, pour l’hivernage, c’est inquiétant. En effet, cela signifie que si l’anode n’est pas usée, c’est un autre élément du bateau qui a subi le phénomène, à la place.Cela peut être une vanne, l’hélice, l’arbre d’hélice ou l’embase. Mais le contraire n’est pas plus rassurant. Une usure rapide signifie qu’il y a une fuite électrique quelque part. Retenons qu’une anode doit être changée tous les ans, et qu’une usure de 60% est normale.

Les différents types d’anodes

Le type d’anode va dépendre, bien évidemment des matériaux de construction du bateau. Mais le type de moteur aura aussi une incidence, moteur à ligne d’arbre, sailDrive ou moteur hors bord. Suivant l’endroit ou elles seront situées, les anodes auront aussi une forme différentes, plaque, queue de carpe, ovale, rondelle, rosace, embout d’arbre, noix d’arbre . Leur montage sera aussi différent, à visser, à boulonner, à souder, à suspendre.

  • Pour les bateaux en polyester, équipés d’un moteur in-bord, on protégera l’arbre d’héice ou l’embase moteur,anodes l’hélice.
  • Pour une coque en acier, on placera les anodes près de l’hélice et du gouvernail. retenons que pour un bateau en acier de 10 mètres en acier, on utilisera 4 à 5 kg d’anode pour protéger toute la surface immergée de ce dernier.
  • Pour une coque en aluminium, on utilisera des anodes spécifiques plus des anodes de mouillage. Ces anodes de mouillage sont des anodes mobiles qu’on va laisser pendre autour du bateau, au port.

Les embases moteur en Z-drive ou sail drive sont souvent réalisées en alliage d’aluminium. Ils possèdent donc leurs propres anodes que l’on trouve en pièces détachées. Pour les moteurs équipés d’une ligne d’arbre, on utilisera une anode vissée, en bout d’arbre, et une type noix directement sur l’arbre. Enfin, pour les moteurs hors-bord, les constructeurs ont prévu des emplacements pour les anodes. Respectez bien les préconisations des motoristes pour le choix des anodes.

 

 



Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire