Pierro et Tabasco

Le Pierro et son Tabasco sont des personnages biens connus des adeptes de vidéos de voile sur internet. Découvrez qui se cache derrière ce grand sourire et cet accent du sud toujours chantant. Interview.

Peux tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?
Je suis Pierro, passionné de mer et de voile depuis l’adolescence. Je vis au bord de la Méditerranée depuis ma naissance à Marseille il y cinquante six ans.J’ai la chance d’avoir pu prendre ma retraite l’année dernière. Je passe depuis lors le plus clair de mon temps sur mon voilier ou des voiliers amis.

Qu’est ce qui t’a fait changer de vie, pourquoi le voilier ?

Acharné de funboard jusqu’à un grave accident de moto à l’âge de trente ans, je me tourne alors vers le voilier habitable, plus paisible, n’étant pas certain de ne pas conserver d’importantes séquelles de cet accident. 
Je n’avais jusqu’alors jamais fait de voilier. Les longs mois d’hospitalisation m’ont permis de dévorer toutes les lectures fondatrices de ma future passion : Alain Gerbaud, Jacques-Yves Le Toumelin, Marcel Bardiaux, Joshua Slocum, Vito Dumas, Bernard Moitessier, Janichon et Poncet ainsi que beaucoup d’autres.A peine remis sur pieds je m’embarque avec un propriétaire de 41 pieds pour un tour en Corse de 15 jours. Je rentre convaincu que ce bonheur rencontré dans mes lectures, et confirmé en mer, devient indispensable pour moi.Quelques mois plus tard je devenais propriétaire de mon premier voilier, un Ecume de Mer basé à Bandol dans le Var, dénommé Tabasco.

Quel est ton bateau actuel, et pourquoi ce choix ?

Oceanis 34 Tabasco

Aujourd’hui je navigue à bord de Tabasco 3, mon troisième voilier, un Océanis 34 GTE de chez Bénéteau. Il est toujours au port de Bandol.Tabasco est le nom conservé depuis mon premier voilier. J’avais promis alors à son propriétaire de ne pas le changer, il me plaisait assez, symbolisant le piquant de la vie et l’exotisme.L’Océanis 34 représente pour moi le compromis parfait. C’est un voilier permettant de marcher correctement, manœuvrable facilement, élégant, avec du volume, tout le confort dans un voilier de moins de dix mètres, et surtout à portée de ma bourse concernant les frais annuels.
Je l’ai acheté fin 2012 après deux mois de recherche, je le convoitais exclusivement dans sa version deux cabines.
Je l’ai trouvé à Hyères en excellent état auprès d’un propriétaire très soigneux. Je suis depuis enchanté de ce compagnon. Il coïncide parfaitement avec ma conception de la navigation et de la croisière. Il est cool tout en pouvant s’avérer sportif. Il peut être qualifié de voilier de Grande Croisière. Son autonomie en eau (310L) et Gaz oil (160L) est très satisfaisante.
Je suis autonome en électricité depuis l’installation du portique et de deux panneaux solaires de 130 W chacun. Portique me permettant de naviguer avec l’annexe et son moteur à poste. J’ai acquis une annexe semi-rigide de 2,60m en boudin de 45cm motorisé par un 6 CV.Elle me permet de pouvoir mouiller en toute sécurité même loin d’un port et de le rejoindre en toute sécurité.
Je ne vois pas de point faible à ce bateau, son cockpit immense est très “lounge”, sa cabine arrière est impressionnante ainsi que son cabinet de toilette.Seul manque un peu d’espace de rangement, quelques coffres ou équipets supplémentaires seraient les bienvenus. Mais j’ai appris à m’en passer en étant mieux ordonné et organisé.

Quel est ton terrain de jeu ?

Avec ce bateau (et ses prédécesseurs) j’ai visité en vingt cinq ans toute les îles Nord Méditerranéennes : Corse – Elbe – Sardaigne – Nord Sicile – Îles Égades – Baléares, ainsi que toute la Côte Méditerranéenne Française et Italienne.

Depuis ma retraite l’année dernière, cap au sud, j’ai effectué de longues navigations en explorant toute la côte Nord-Tunisienne, de Tabarka à Kélibia et Pantelleria ensuite.
En 2019 j’ai tiré droit sur le détroit de Messine et ensuite visité la Grèce Ioniènne en large et en travers, le tour du Péloponnèse en profondeur, toutes les îles Éoliennes, Napolitaines et Pontines sur la route du retour.  Une bien belle route de cinq mois et de plus de 2000 Mn. 
J’ai dans la foulée embarqué pour une belle transat, mais ceci est une autre histoire, ce n’était pas avec mon propre voilier. 

As-tu rencontré des galères ?

Sur le Tabasco 3, pas de galères mémorables, plutôt quelques contrariétés le plus souvent liées à l’insuffisance de batterie à laquelle il me faut remédier cet hiver. Deux batteries service de 105 Ah s’avèrent insuffisantes, malgré le peu de sophistication dans l’équipement à bord.
Quelques coulisseaux et une écoute de grand voile arrachés lors d’un empannage mal contrôlé en arrivant sur Calvi en septembre. Rien de bien méchant.

Tes meilleurs moments ?

Les bons moments sont légions, la Méditerranée est tellement riche en mouillages magnifiques et en rencontres adorables. Je ne peux les raconter toutes et tous ici. Mes rencontres et découvertes sont dans ma tête et partagées quelque part sur la toile.

Comment est-ce que ça se passe avec ta famille ?

famille Pierro

Mes navigations sont essentiellement solitaires. Ma famille vient me rejoindre sur une partie du parcours au grés de convenances et possibilités des unes et des autres membres de celle-ci.
Je partage depuis peu quelques milles nautiques avec des équipiers dont je suis sûr que les passions rejoindront les miennes. 
J’aime la contemplation, je pratique le croquis et l’aquarelle au quotidien, la musique est toujours présente à bord, sous forme d’écoute ou de guitare que je pratique en pur amateur.

Quel est ton programme pour cette année ?

Mon programme 2020 n’est pas encore établi avec certitudes. Toutes les routes Méditerranéennes sont possibles. 
Le cap le plus certain m’emmènerais à nouveau de l’autre côté de la Méditerranée, peut-être vers le Maroc qui m’attire beaucoup.

Un conseil pour les prétendants a la vie de marin ?
Naviguer, naviguer, naviguer, tous les moyens sont bons pour être sur l’eau. Vive la mer !

Trois livre à lire absolument ?

Citer 3 livres reviens à en exclure beaucoup trop, j’ai cité quelques classiques en début d’entretien auquel pourraient s’ajouter Tabarly, Goudis, Franceschi, Deniau, Van de Wiele, Queffélec…..

Une conclusion ?
C’est en mer et seulement là qu’une intense sensation de plénitude m’envahit. C’est en mer où je ne me lasse jamais de regarder droit devant et de toujours trouver cette direction magnifique.
C’est en mer où je me sens responsable de tout, où mes décisions sont importantes, où je suis seul à assumer.
C’est en mer où toujours ces choix me rendent heureux.
J’aime la mer, son accueil, et les craintes qu’elle m’inspire.C’est en mer que j’aime le ciel.

Suivez Pierro sur les réseaux : Eskif, Youtube, Tipee

1 réflexion au sujet de « Pierro et Tabasco »

  1. SALUT PIERRO il est 4h30 du matin et je n’arrive toujours pas à réguler mon sommeil, donc j’allume l’ordi et tombe sur votre récit, je pense que mon manque de sommeil viens du fait que le pure hasard a fait que j’ai hérité d’un fantasia gt 27 en bon état, je suis en bretagne et compte bien partager l’eau salés tout comme vous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

neque. Donec quis accumsan et, elementum dictum consequat. sed risus. efficitur. venenatis