AIS, faut il en équiper son bateau?

L’AIS est un instrument de navigation de plus en plus présent sur nos bateaux. A quoi sert cet instrument et faut-il en équiper son bateau?

L’AIS signifie  “Automatic Identification System”. C’est un instrument de navigation qui permet de visualiser, sur un écran, toutes les informations d’un navire émetteur. Dans le même temps, l’AIS permet d’envoyer ces mêmes informations à un autre bateau. Le but étant d’éviter les abordages.

L’AIS fonctionne sur les fréquences VHF (fréquences 161,95 MHz et 162,025 MHz). Il peut donc fonctionner avec une antenne dédiée ou une antenne VHF, classique. Cela dépendra de l’objectif recherché.

Les fonctions de l’AIS

Le système AIS permet de transmettre, via un émetteur, des informations aux autres navires. Ces derniers doivent être, bien entendu,  équipés d’un récepteur compatible. En fait, les informations émises peuvent s’avérer très utiles dans certaines zones de navigation. En effet, ces informations, émises en continu, sont les suivantes:

  • L’identité du navire via son numéro MMSI et son nom
  • Ses caractéristiques (longueur, largeur, tirant d’eau)
  • Sa position, grâce à une connection avec un GPS.
  • Sa vitesse
  • Son cap

Une utilité qui n’est plus à prouver

On peut tout de suite noter quelques informations qui intéresseront certains plaisanciers naviguant dans certaines zones, comme en Manche. Mais aussi les plaisanciers naviguant de nuit.En effet, le faite de savoir qu’un cargo, ou un bateau de pêche, donc prioritaire et non manoeuvrant est dans le secteur peut être utile. Dans le même temps, le fait de connaître sa position, son cap et sa vitesse peut vite être indispensable. En effet, c’est vous qui pourrez éviter un abordage, pas le cargo.

ais schema
Nicolas Lardot, CC BY 2.5,

Cependant, l’AIS ne remplace pas un radar, dont la portée est beaucoup plus importante. En effet, ces informations sont émises en zone côtière comme hauturière. Mais la portée de ces informations est celle d’une portée VHF. C’est à dire environ 20 MN pour les émetteurs de casse A.

Il existe deux types d’émetteurs. les émetteurs de classe A, qui équipent obligatoirement les navires soumis à la Convention SOLAS ( les cargos, bateaux de passagers,…) ont la plus grosse portée. Les émetteurs de classe B  sont réservé à la plaisance. Leur puissance est inférieure. Les récepteurs AIS, eux, captent les messages de tous les émetteurs AIS (classe A et B).

Quel modèle d’AIS choisir?

La première question à se poser est celle de savoir ce que l’on recherche. En effet, deux possibilités s’offrent au plaisancier.

Un récepteur permettra d’être enseigné sur la présence des autres navires, leur position/cap/vitesse. Mais vous resterez invisible pour les autres bateaux. Cette solution a l’avantage d’être simple, puisqu’elle peut utiliser l’antenne de la VHF, et ne consomme pas trop d’électricité.

Un émetteur-récepteur, e classe B, fera la même chose mais émettra, en plus, vos propres renseignements. C’est un plus mais ces appareils sont plus chers et demandent leur propre antenne VHF. Sans parler de la consommation en énergie.

Les différents modèles

Dans un premier temps, vous pouvez facilement vous équiper d’un module AIS récepteur. Ces récepteurs se vendent à très bon prix un peu partout. Même si les tarifs peuvent vite monter au vu des options. Pour être utilisés, ils recepteur aisdevront être connectés à un lecteur de cartes ou un ordinateur avec connecté à un GPS. Grâce à une sortie NMEA, qui transmet le signal, ils afficheront les informations sur une cartographie. éventuellement, le lecteur de carte, ou le boîtier, émettra une alarme en cas de présence d’un autre navire. Ces boîtiers peuvent aussi être proposés en version transpondeur (emetteur-recepteur), mais à des tarifs beaucoup plus élevés.

Un autre type de modèle est aussi très intéressant, ceux sont les VHF qui intègrent la fonction AIS. Ces VHF sont des VHF ASN et AIS. Dans ce cas, l’AIS utilise la même antenne que la VHF.  Cette solution à le gros avantage de simplifier l’installation. En effet, il suffit de relier la VHF à un GPS, et le tour est joué. Cependant les informations son renvoyées sur l’écran de la VHF, pas très grand, à moins, d’envoyer l’information, en NMEA, vers un lecteur de carte.

Enfin, il vous reste l’option avec écran, proposé, entre autre par NASA. Pas beaucoup plus chers, ils demandent cepandant une installation un plus complexe. Sinon, il reste les transpondeurs avec écran et antenne dédiée (VHF et GPS). Mais ils sont surtout utilisés par les pêcheurs, ou les projets hauturiers.

Pour résumer, la question reste ouverte. cela dépendra surtout de votre zone de navigation, je pense. Et vous, qu’en pensez vous?

 

 



6 Commentaires

  1. Il peut être intéressant d’avoir un modèle permettant de couper l’émission de votre position. Notamment si vous naviguez dans une zone peut sûre, histoire de ne pas attirer les petits pirates bien content de voir sur leur écran, voilier de 12 m seul…
    L’émission d’AIS à aussi tendense à attirer les autorités si vous naviguez en zone frontalière… La nuit pendent votre quart paisible, se faire réveiller par une vedette des douanes venant jeter un coup d’œil peut être surprenant…

  2. Sujet intéressant à rappeler, merci.

    Petite chose à notifier, l’AIS est obligatoire, selon la convention SOLAS de l’OMI, et donc de façon internationale, en émission et réception (et activé) pour tous les navires (même hors route). Cela remplace les détecteurs radars qui sont peu (voir, pas du tout) fiables. En effet, un petit bateau de 15m, même tout en métal, n’apparaît pas plus gros que la crête d’une vague. Il y a cependant une petite exception à la française (donc pour les eaux territoriales françaises, mais peut-être adoptée par d’autres pays), qui laisse libre appréciation sur l’emport pour la petite plaisance.

    La vision, depuis la passerelle d’un bateau de commerce, commence à plus d’un mille au-delà de sa proue. Si vous voulez être vu, mieux vaut vous équiper en conséquence et selon ce que les marins utilisent… Agiter des drapeaux et souffler dans une corne de brume buccale auront peu de chances d’être efficaces.

1 Rétrolien / Ping

  1. Un nouveau transpondeur AIS chez Garmin, l'AIS 800 - Mers & Bateaux

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.