Bénéteau First 27.7, un voilier d’occasion trop méconnu

Le marché de l’occasion propose parfois des voiliers très récents, à des prix très abordables. Ces voiliers ont souvent une réputation qui les devance et un programme de navigation méconnu. Parmi ces voiliers, le First 27.7 en est un des meilleurs exemples. Revenons sur ce bateau aux nombreuses qualités souvent mis de côté sur le marché de l’occasion.

Acheter un voilier n’est jamais simple. La passion doit laisser place à la raison et, surtout, il faut être capable de faire preuve d’ouverture d’esprit pour trouver le voilier d’occasion qui proposera le meilleur compromis avec votre programme de navigation. Lorsque nous recherchons un voilier de 8 mètres, pour de la croisière, nous pensons souvent au First 285, First 29 ou, plus sages, un Etap 28i, par exemple. Pourtant, il existe des bateaux plus récents qui ne sont pas beaucoup plus cher. C’est notamment le cas du First 27.7. Ce voilier, sorti des chantiers Bénéteau en 2002, n’a pas rencontr2 son public. En effet, le chantier voulais s’adresser aux passionnés de régate. Or, ces derniers n’en n’ont pas voulu. Cependant, pour des plaisanciers recherchant un bateau de croisière simple et amusant à barrer, et régler, ce bateau est une excellente affaire sur le marché de l’occasion.

Histoire du First 27.7

Le First 27.7 est né en 2002. ce voilier de 8 mètres, dessiné par le cabinet Finot est arrivé à une période très intéressante du chantier Bénéteau. En effet, à la fin des années 90, le chantier vendéen décide de revenir aux plaisirs simples de la voile. L’idée était de proposer des voiliers permettant au grand public de s’amuser simplement et facilement sur l’eau, tout en se permettant des croisières côtières régulières. C’est ainsi que sont nées les :

A cette famille, il ne manquait qu’un voilier de 8 mètres. C’est la place que prendra le First 27.7. Le chantier souhaite alors s’adresser à des plaisanciers qui aiment la régate. La carène, fortement inspirée des IMOCA, son étrave droite et son lest à bulbe donnent le ton.

Malheureusement, les règles de jauges sont ce qu’elle sont, et peuvent être cruelles. Le First 27.7 va bénéficier d’un rating très pénalisant, et les amateurs de régates vont s’en éloigner. Peut-être, aussi, que sa vague ressemblance avec le Pogo 8.50, a entraîner de mauvaises comparaisons. Le bateau ne va pas connaître le succès recherché. Il sera cependant produit jusqu’en 2016.

Les qualités marines du First 27.7

Bénéteau First 27.7
Photo: Bénéteau

Ce voilier rapide ne manque pas d’intérêts en mer. Le First 27.7 est un voilier qui sera parfait pour de la croisière rapide, et des régates locales, pour s’amuser. Le bateau est capable de très belles envolées au portant et marche très bien au près. Certains propriétaires font remarquer que de 8 mètres demande d’être bien réglé pour apporter tout son potentiel, en mer.

Le First 27.7 aime la brise, mais est capable de décoller dès les petites risées de vent. Le comportement du First 27.7 est sain. Il passe bien les vagues et reste stable, dans la brise. S’il aime être correctement réglé, il ne s’agita pas pour autant d’un voilier technique. L’idée était bien de proposer un voilier simple à naviguer. Le bateau a été proposé en deux versions de lest (voile de lest en composite, bulbe en plomb). La version standard est une quille relevable ( quille sabre). Mais dès 2005, le chantier Bénéteau a proposé une version à quille fixe.

En navigation, le bateau est très fonctionnel :

  • Cockpit en deux parties
  • Larges passe-avants
  • Hiloires confortables
  • Pont spacieux.

Un intérieur sobre, mais efficace

carré First 27.7
Photo: Bénéteau

Comme nous l’avons vu plus haut, l’état d’esprit du First 27.7 et de répondre à un programme très universel : naviguer simplement, sans souci et pour se faire plaisir. Et moins on passe de temps en entretien, plus on passe du temps à naviguer. Quoi que…

Bref, les aménagements du First 27.7 sont très simples et sobres. Cela pourrait même surprendre les habitués des voiliers des années 90. Mais cette simplicité à ses avantages. En effet, les aménagements sont fonctionnels et ne demandent pas d’entretien spécifique : Pas de moisissures ou traces d’humidité sur les boiseries.

A l’intérieur, tout est ouvert. La couchette double, en pointe, est un lit breton, et le coin cuisine est très succin. Cela pourra un peu refroidir les habitués au grand confort. Pourtant, ce côté camping a de nombreux avantages. La cabine arrière est très vaste et la salle d’eau suffisante pour ne pas devenir un bordel rapidement.

Fiche technique du Bénéteau First 27.7

  • Longueur de coque : 8.30m
  • Longeur de flottasion : 8.30m
  • Largeur : 3,10m
  • Tirant d’eau : 1,45m ou 0,85/1,85m
  • Tirant d’air : 13,70m
  • Poids : 2795kg
  • Lest : 870kg
  • Surface de voiles : 48,8m²
  • Moteur : 10 ou 15ch
  • Hauteur sous barrot : 1,75m
  • Catégorie : B

4 réflexions au sujet de “Bénéteau First 27.7, un voilier d’occasion trop méconnu”

  1. Merci Ronan d’avoir mis à l’honneur ce chouette petit croiseur. Je confirme sa simplicité et le plaisir qu’il peut procurer. Il m’a offert une magnifique dernière nav’ 2021 en solo autour de l’île de Ré sur deux journées, juste après la tempête Noël. Merci d’ailleurs au loueur rochelais qui a accepté de guetter avec moi la fenêtre météo et de décaler l’appareillage. C’est donc sur une houle résiduelle assez costaud que j’ai pu tester les aptitudes de ce chouette voilier, au près et sous spi. J’ai peu en effet envoyer la bulle en toute sérénité les 30 et 31 décembre, sans autre assistance que celle d’un pilote automatique rudimentaire, confirmant ainsi la docilité de ce petit First. Seule petit stress : les gros surfs au passage du phare des Baleines, bien que j’aie pris soin de bien arrondir la marque des baleineaux et son plateau. Cela m’a valu un petit départ au tas à 12 nœuds au soleil couchant, mais très propre, relativement maîtrisé, grâce à cette belle carène. Après une nuit idyllique au mouillage devant la citadelle de Saint Martin, j’ai été tiré de mon duvet (9 degrés dans la couchette) par un éclatant soleil sur une mer d’huile. Puis ce fût la descente vers La Rochelle par légère brise sous spi, le First tirant parti de chaque risée.
    Bref, beaucoup de plaisir sur un voilier facile à manœuvrer qui offre de belles sensations avec un sentiment de sécurité. La quille relevable est extra pour la croisière côtière sur la côte atlantique et le moteur inboard assure un certain confort et une bonne manœuvrabilité.
    Quant aux emménagements, ils sont certes rustiques, mais suffisants, tout en facilitant l’entretien effectivement.
    Un chouette petit canot, accessible, sûr et fun.

    Répondre
  2. Merci Ronan et bravo Emmanuel qui exprime avec talent le ressenti à la barre en racontant son tour de Ré comme P Loti l’aurait fait. Ses remarques pratiques, quille relevable, moteur inboard me renseignent utilement, moi récent Rochelais qui recherche un voilier tonique à double usage capable de naviguer sur les canaux de l’Europe du Nord , vive le large et… le canal étroit !!

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.