Bien choisir ses drisses et ses écoutes

Choisir les drisses et les écoutes de son voilier n’est pas toujours simple. Entre la taille, le diamètre, le matériau et le portefeuille, le choix peut être large. Je vous propose un petit guide, simple et pratique pour choisir le gréement courant qui sera le plus adapté à vos besoins et votre portefeuille.

Combien de fois, j’ai pu naviguer avec des écoutes de génois abîmées, des drisses transformées en écoutes et vice-versa. Souvent, la non connaissance des différences entre les drisses et le budget nous pousse à tout mélanger. Mais c’est une erreur. Une écoute n’est pas une drisse, une bosse n’est pas une prise de ris,…

Je vous propose donc ce guide pour vous aider à bien choisir vos drisses et vos écoutes.

Quelles sont les différences entre les drisses et les écoutes ?

Avant d’aller plus loin, oui, il y a bien une différence entre une drisse et une écoute. Elles se différencient par leurs fonctions, et donc par conséquence, par leurs propriétés.

  • Les drisses sont des cordages servant à hisser ou à affaler une voile, il y a généralement trois types de drisses sur un bateau : la drisse de grand-voile, la drisse de foc et la drisse de spinnaker.
  • Les écoutes, quant à elles, sont des cordages utilisés pour régler une voile et se répartissent également en trois catégories : l’écoute de grand-voile, l’écoute de foc et l’écoute de spinnaker

Bon, je fais simple, mais il s’agit d’un guide pratique. Retrouvez le guide complet sur les cordages marins ici.

Choisir le bon matériau pour vos drisses et écoutes

Le choix du matériau, pour votre gréement courant est plus important qu’on ne le pense. Il y a bien évidemment la prise en main. Mais ce n’est pas le seul critère. L’élongation et le fluage des cordages sont également des critères essentiels à prendre en compte lors de leur choix. Les deux matériaux les plus souvent utilisés sont les suivants :

  • Le polyester : Ce matériau est couramment utilisé pour fabriquer les drisses et écoutes, car il offre une bonne résistance à l’abrasion, aux UV et à l’eau salée. Il présente cependant une élongation plus importante que le Dyneema (de l’ordre de 4 à 7%)
  • Le Dyneema : Cette fibre High Modulus Polyethylene (HMPE) est prisée pour la confection des drisses, écoutes ou câbles textiles en raison de sa légèreté, faible élongation et haute résistance à la rupture. Avec une charge de rupture équivalente, le Dyneema est sept fois plus léger que l’acier. Il est adapté aux environnements marins et permet souvent de réduire le diamètre des cordages par rapport au polyester. Son élongation à la charge de travail est inférieure à 1%.

Calculer le diamètre et la résistance des drisses et écoutes

Après la question du matériau, vient celle de la taille du bout. Le diamètre de vos drisses et de vos écoutes va dépendre de deux facteurs :

  • Le diamètre et la taille de vos taquets, bloqueurs et poulies
  • La résistance nécessaire en navigation et lors de vos manoeuvres.

Pour déterminer le diamètre et la résistance adéquats des cordages, vous devez connaître la charge de travail appliquée sur votre point d’attache. Vous pouvez utiliser la formule suivante : 

Surface de voile x Vitesse du vent² x 0.021 = Charge de travail x 5 = Charge de rupture

Déterminer la longueur correcte des drisses et écoutes

La mesure de vos cordages actuels peut vous donner une bonne indication de la longueur nécessaire.

Sinon, vous pouvez effectuer un calcul basé sur la longueur de votre bateau :

  • Ecoute de génois = Longueur du bateau x 2
  • Ecoute de spinnaker = Longueur du bateau x 2.5
  • Ecoute de grand-voile = Longueur du bateau x 2
  • Draille de génois = Hauteur du mât x 2.5
  • Draille de spinnaker = Hauteur du mât x 2.5
  • Draille de grand-voile = Hauteur du mât

Enfin, et pour terminer, l’entretien des cordages est important pour préserver leur résistance. Cela passe par in rinçage régulier. De mon côté, je les passe à la machine à laver, et c‘est très efficace.

5 réflexions au sujet de “Bien choisir ses drisses et ses écoutes”

  1. Merci pour la formule que j’ignorais. Si la surface de la voile est en m2 je suppose que la vitesse du vent est en km/h. Et des m x km/h ça donne quoi? des kilos?
    ex: 60m2 x 40km/h² x 0.021 = 1344 c’est effectivement des kg donc dans ce cas il faut une charge de rupture de 6.5t

  2. J’ai calculé la longueur de mes écoutes de génois de telle sorte qu’elles ne risquent pas de se prendre dans mon hélice si je dois en urgence lancer le moteur. le rab de longueur vient affleurer la flottaison. Pour le diamètre, j’ai privilégié la tenue en main pour hisser et border….du 12mm partout pour hisser et border 45m2 de génois et 21m2 de GV. Idem pour le spi de 90m2.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.