Coup de gueule à l’encontre des capitaineries

A l’issue d’une croisière estivale, faite de nombreuses escales ? dont une partie dans des ports et marinas, j’avais envie de pousser un coup de gueule contre les capitaineries, ou plutôt certaines capitaineries. Quand je dis capitaineries, je parlerai plutôt des gestionnaires de port.

Cet été, j’ai eu la chance de faire une belle croisière en famille, le long des côtes de Bretagne Sud. Si je mets de côté la météo capricieuse, voire colérique parfois, le bilan de ma saison estivale est positif. J’ai encore appris des choses sur mes capacités à naviguer, sur le comportement du bateau et… celui de ma petite famille.

Mais il me reste tout de même une sensation de manque, un sentiment de croisière non aboutie. J’oserais presque parler d’une certaine nostalgie d’une époque pas si lointaine. Moi qui ne dépasse pas encore les 45 ans. Et la cause de ce sentiment a été rapidement trouvée. Il s’agit de mes escales. Je ne parle pas des mouillages mais des escales en marinas et au port. Je tiens à préciser que ce n’est pas le cas de toutes les capitaineries, mais de certaines. Et j’ai découvert ce qui faisait la différence.

Des services de bonnes qualités

Alors, avec un peu de recul, en recherchant d’où pouvait bien provenir cette sensation, j’ai repensé aux différents services des ports. Et pour le coup, le bilan est globalement positif. Pour commencer, soyons clair, les services proposés par la très grande majorité des capitaineries sont de bons niveaux.

Les sanitaires proposés par des capitaineries comme celles du Port Du Crouesty, Lorient, Benodet ou La Trinité Sur Mer sont propres et largement équipés pour répondre aux besoins de l’ensemble des plaisanciers, même les plus exigeants. Les quelques rares cas de capitaineries franchement en dessous des attendus sont connus. Vous les retrouverez sur des forums ou des réseaux, l’idée n’est pas, ici, de faire de la délation.

Il n’y a pas un endroit ou je n’ai pas pu :

  • Laver ma vaisselle
  • Prendre une douche
  • Aller au petit coin

Et tout cela sans risquer de ramener une maladie ou un champignon.

De toute évidence, les îles proposent des services plus limités, comme au Palais, à belle Île ou à Port Tudy, à Groix ( quoi que les sanitaires sont vraiment top). Mais ces ports sont plus petits, ont moins de bateaux qui louent une place à l’année.

Ensuite, il faut bien reconnaître que le personnel de l’ensemble des capitaineries est très professionnel et agréable. Hormis à la Trinité Sur Mer, ou on doit attendre 10minutes pour savoir ou nous devons nous amarrer, il n’y a rien à redire. Le personnel permanent est au top et les jeunes CDD embauchés pour l’été apprennent vite. J’ai une pensée spéciale aux équipes de Groix et du Palais, qui doivent gérer, avec le sourire, des plaisanciers parfois limites. Et j’ai une autre pensée pour les équipes de Lorient et Du Crouesty, pour qui l’accueil est bien plus qu’un mot.

Mais aucune ambiance

Ce premier constat positif fait, je continue à réfléchir, à penser à mes soirées sur le ponton. Et c’est là que je découvre l’origine de mon coup de gueule. Nous sommes tous d’accord que les nuitées sont de plus en plus chères pour les plaisanciers de passage. Je trouve que payer 30 euros pour une nuit, même si vous arrivez à 2h du matin…, pour un bateau de 8,50m devient vraiment onéreux.

Des étés comme celui que nous avons connu, ou la météo donnait plus envie de se mettre à l’abri d’un môle que le long d’une plage, la facture monte vite pour 10 jours de croisière.

Bien évidemment, les services sont là, comme nous l’avons vu plus haut. Mais j’estime qu’on oublie le principale :

L’ambiance dans le port !!!!

En effet, il est de plus en plus fréquent qu’un voilier arrivant en visiteur est placé sur des pontons de locataires à l’autre bout de la capitainerie ( cf La Trinité Sur Mer). L’objectif étant de laisser les places visiteurs au bateau du port à sec mis à l’eau. Je me suis retrouvé, un soir, placé tout au bout d’un port, entre des voiliers de 40 pieds tout neufs et vides. Je ne vous raconte pas l’ambiance…

Quel est le plaisir, dans ce cas, de faire escale entre des gréements sans âmes ? Pourquoi venir au port si c’est pour être mis à l’écart ?

J’estime que :

« pour 30 €, j’ai le droit à autre chose qu’une simple prise électrique et un robinet »

Plus il y a de confort, moins il y a de plaisirs

Cependant, ce que je vous raconte là n’est pas systématique, au contraire. J’ai deux contre exemple. Le premier est celui de Port Tudy, à Groix. Dans l’absolu, il n’y a que très peu de places sur ponton. Vous devez vous mettre sur les bouées, dans le port, tout près du courrier qui passe toutes les demi-heures. Bilan :

  • Bruit
  • Manœuvres
  • Pas d’eau ni électricité
  • Pas de service de rade et obligation d’avoir son annexe

Eh bien, c’est une des escales que je recommande absolument. L’ambiance est vraiment au top, vous êtes accueillis par un personnel au top ; vous êtes à couple avec vos voisins et discutez, ça bouge, il y a une vie et vous n’êtes pas à l’abri de prendre l’apéro avec des petits ou gros voiliers…

Le deuxième exemple est celui du Palais, à belle Île. Ce dernier à la particularité de vous stocker, voiliers contre voiliers, entre des pontons en plastique. En gros, quand vous êtes amarrés, vous ne bougez plus et vous êtes cockpit contre cockpit. Là encore bilan :

  • Bruit
  • Manoeuvre du personnel de rade
  • Ni eau, ni électricité
  • Impossibilité de partir quand vous voulez si vous avez des voiliers derrière vous, ou à couple.

Hé bien là encore, que d’excellents souvenirs. J’ai rencontré des gens charmants. Le personnel de rade est vraiment sympa, pas élitiste et disponible. L’ambiance, dans le port, est magique.

Alors voilà, les prix, sur les îles, sont généralement moins chers que dans les grandes marinas, car les services sont moins importants. Hé bien je trouve que ces ports, avec leur ambiance, méritent plus mon argent que les grandes marinas lugubres.

Je vous invite, gestionnaires de port, à réaliser que vous avez, avec les plaisanciers visiteurs, l’occasion de faire vivre votre port, bien plus qu’avec nombre de vos locataires à l’année. Mais que vous avez aussi l’occasion de faire vivre votre bourg et les alentours des pontons. Réagissez et donnez nous envie de venir chez vous. Sinon, je resterai sur mon mouillage.

Mon coup de gueule va aussi vers nous, plaisanciers toujours exigeants, pour avoir plus de services, mettre la pression sur ces gestionnaires de port, alors que nous oublions le principal :

« L’ambiance et les échanges dans les ports »

10 réflexions au sujet de “Coup de gueule à l’encontre des capitaineries”

  1. Comme vous souhaitez qu’on ne fasse pas, ici, de délation, j’évoquerai, ici, trop brièvement, ma mésaventure. Des pb de santé + restrictions de déplacements covid, m’ont empeché de visiter mon voilier pendant, au moins, deux mois, amarré, à un prix très élevé, au port de ……… en Corse, dont je suis éloigné par une heure et demi de route.
    Lorsque j’ai pu le faire, j’ai constaté des dégâts à bâbord, à tribord et sur la plateforme fixée au tableau arrière. J’avais pu constaté, également, que le taquet du quai avait été remplacé, l’ancien (que je peux soupçonner d’avoir lâché) ayant été laissé accroché à mon amarre arrière!! Donc forcément changé par les “responsables” du port! Où par une âme charitable, passant par là….?
    Or, JAMAIS, ces derniers ne m’ont contacté pour me signaler que mon voilier avait été endommagé.
    Lorsque j’ai pu enfin m’y rendre, il n’y avait aucun bateau amarré, ni à babord, ni sur tribord.
    Celà s’est passé il y a plusieurs mois et encore à ce jour, je n’ai aucune “explications” sur les circonstances de ces dégâts.

    Répondre
      • Bonjour à tous,

        Plus on va vers le sud et plus les sanitaires sont sales !
        Bien entendu, il ne faut pas généraliser mais les exceptions deviennent de plus en plus rare.
        Ce n’est pas que de la responsabilité des capitaineries mais bien du public. Difficile de faire passer un agent pardon technicien de surface après chaque individu.
        Alors, on utilise nos propres toilettes et douche.
        Ce serait pourtant si facile de laisser un lieu propre.

        Répondre
  2. Malheureusement cela fait longtemps que les ports de plaisance ne sont plus des lieux de vie. Les ports sont devenus des parkings à bateau avec service. Je suis plaisancier depuis deux ans et les meilleurs ambiances, les moments les plus conviviaux, je les ai vécus sur les aires de carénage. C’est très dommageable et c’est aussi le symptôme d’une plaisance devenu très individualiste, consumériste aussi. Petit à petit, la location prends le pas et les propriétaires naviguent peu. En même temps, il existe tout un tas de plateformes, qui n’existaient pas il y’a peu pour louer, pour échanger, pour co-naviguer. Alors certes la plaisance se démocratise (pas non plus toujours dans les règles de l’art et de sécurité) mais elle se meurt. Il n’y a plus beaucoup d’âme, plus beaucoup de partage, d’entraide, de belles rencontres. Pourquoi ? Car les ports ne sont plus des lieux de vie mais juste des parkings avec service et si le digital peut faciliter certaines choses il ne remplacera jamais les vrais contacts humains, ceux que l’on ne trouve plus dans les ports car ce ne sont plus des lieux de vie.

    Répondre
  3. Bonjour,

    Port Tudy – Groix à chaque fois c’est :
    – des personnes alcoolisées sur les quais gueulant une bonne partie de la nuit
    – un mouillage sur bouée sur lequel mon petit voilier est compressé par de grosses unités
    – des sanitaires à la propreté très moyenne
    – un accueil blasé et indifférent

    J’y retourne car Groix est magnifique et unique et que je n’ai pas d’annexe ;-).

    Bonne journée

    Répondre
  4. J’apprécie beaucoup St Denis d’Oléron, l’accueil est toujours au top avec une très large amplitude d’ouverture, l’équipe est vraiment sympathique et l’on vient vous accueillir à flot. Les visiteurs se retrouvent regroupés sur le premier ponton, cela assure ambiance et convivialité.
    les sanitaires sont nickels et suffisamment vastes pour ne pas y connaître l’embouteillage même les jours d’affluence. C’est un port vivant ou les plaisanciers reviennent par plaisir.
    Le grand port de plaisance au sud après quitté Oléron, gagnerait à prendre modèle en matière de qualité d’accueil.

    Répondre
  5. A vous lire on a l’impression que le manque d’ambiance est plutôt imputable aux plaisanciers ou aux municipalités plutôt qu’aux gestionnaires de port qui assurent service et sécurité admirablement. C’est là leur mission.
    En revanche quand l’ambiance est synonyme de musique, beuveries et nuisances sans respect du sommeil ou du repos d’autrui on s’en passe très bien, de l’ambiance. Cet été à Saint Martin de Ré: accueil impeccable, ambiance de la ville top. Mais le soir venu … Une horreur. On se demande ce que faisait la police !

    A St Denis d’Oléron : chapeau ! Belles rencontres, voisins de pontons adorables, accueil irréprochable !

    Chacun est donc responsable de la bonne ambiance dans le respect des autres. Souhaitons nous tous de savoir doser l’ambiance pour que la plaisance reste plaisante et permette de belles rencontres … Et que les vacances restent reposantes.

    Répondre
  6. Bonjour,
    Moi ce qui m’a gonflé cette année en Méditerranée, c’est l’obligation de passer par Navily pour réserver une place (à Sete par exemple) vachement pratique quand on est encore au large…

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.