L’entretien et la réparation des voiles d’un voilier

Le vent est l’énergie de nos voiliers et les voiles, le moteur. Usagées, l’efficacité de ces dernières n’est pas assurée. Mais à quel moment faut il remplacer ses voiles?

Les voiles sont un des postes les plus onéreux, sur un voilier. C’est encore plus vrai, proportionnellement, sur un voilier d’occasion ou assez âgé. Le prix d’un jeu de voiles neuves classiques est, en général, compris entre 10% et 15 % de la valeur d’un bateau neuf. Pour un bateau d’occasion, remplacer ses voiles est donc un achat à envisager avec réflexion, sinon dans l’urgence, après une déchirure ou autres.

La durée de vie des voiles d’un voilier de croisière

grand-voile

Pour la croisière, le tissu utilisé par la grande majorité des plaisanciers, pour leur voilier, est le Dacron. C’est d’ailleurs, le tissu utilisé pour les voiles livrées par les chantiers généralistes. En utilisation normale, ce tissu peut durer une dizaine d’années.

Cependant, la forme de la voile va perdre de ses qualités avec le temps et l’usage. La voile a tendance à se creuser. C’est surtout le cas pour la grand voile. C’est pour cela que les propriétaires recherchant des voiles performantes en changeront plus souvent, tous les 5 ans environs. Quoi qu’il en soit, la durée de vie de vos voiles va dépendre de leur entretien.

L’entretien des voiles est primordial, en mer, comme sur terre, en hivernage. Des voiles mal stockées ou mal utilisées s’abimeront beaucoup plus vite. Par exemple, une grand-voile laissée sur la bôme sans taud s’abîmera plus vite. De même, un génois sur enrouleur, dépourvu de bande anti-UV s’abimera plus vite. mais nous verront tout cela plus bas.

Les points d’alerte pour remplacer ses voiles

Certaines parties de la voiles vont s’user plus rapidement. Si ces parties n’entrainent pas le remplacement de la voile, elles demandent à être contrôlées, voir remplacées. Ce sera le cas de:

  • L’oxydation des oeillets
  • L’état des renforts de ris
  • L’état du point d’écoute
  • L’état des fourreaux de latte

Dans tous les cas, et au delà de ces points d’alerte, les voiles vont donner des signaux d’alerte. On pourra, par exemple, considérer que le remplacement des voiles s’impose, ou est à envisager quand la forme de ces dernières a vraiment une conséquence sur la navigation.

En effet, une voile déformée va devenir trop puissante. C’est-à-dire qu’elle va rendre la barre plus dure et la navigation inconfortable. Dans le même temps, vous allez perdre en vitesse. C’est en général quand le vent monte que la nécessité de leur remplacement est le plus évident.

Dans le même temps, l’autre critère est la solidité de la voile. Cela se voit très facilement. Déjà le tissu est devenu très souple, la voile n’a plus de tenue et les couture commencent à se défaire. Dans le pire des cas, vous avez quelques déchirures de réparées. Dans ce cas, envisagez leur remplacement avant de retrouver en situation d’urgence, en pleine mer, avec un moteur hors bord qui sort de l’eau à chaque vague, rendant le retour au port presque impossible.

Comment entretenir les voiles d’un voilier?

Les voiles de nos bateaux sont soumises à rude épreuve, comme nous l’avons vu. Chacune d’entre elles devra affronter les éléments, que ce soit la grand voile, le génois, un spinnaker voire la trinquette. Les voiles utilisées en régate auront une durée de vie limitée, c’est évident. Mais en croisière, certaines voiles peuvent, aussi, très vite s’abimer si elles sont mal utilisées.

Pourtant, entretenir ses voiles régulièrement est assez simple et permet de prolonger la durée de vie de la garde robe de nos voiliers. Dans le même temps, un petit contrôle en voilerie, tous les 3-4 ans ne sera pas inutile. Le dacron ne demande pas un entretien spécifique mais quelques gestes permettent de protéger vos voiles de trois paramètres agressifs : Le soleil, le sel et le faseyement. Cette tâche fait partie intégrante de la préparation d’un voilier.

Ces conseils sont issus de ma modeste expérience et d’échanges avec de vieux loups de mer.

Entretenir ses voiles en mer

voilier sous voiles

S’il n’y a pas de vent et que vous devez naviguer au moteur, ne gardez pas la grand voile hissée. Si le vent devait revenir, elle se monte en 1mn. Vous aurez le temps de hisser les voiles sans louper l’apéro du soir, au café du port. Cela évitera qu’elle faseye et s’abîme.

Il est donc préférable d’affaler ses voiles que de les entendre frapper au vent en baladant la bôme dans tous les sens.

Au contraire, si le vent monte, prenez des ris. Ne laissez pas la Grand voile ou le génois faseyer pour maintenir l’équilibre du bateau, au près notamment ( cela se voit de temps en temps).

Le rinçage des voiles

Un rinçage, de temps en temps ( attention au respect de l’environnement et aux réserves d’eau, sur les îles notamment) leur fera du bien. Première solution, voiles à terre, en les passant au jet d’eau (surtout pas au nettoyeur haute pression!!!). Deuxième solution ; voiles affalées et en les hissant petit à petit.

Le séchage : L’idéal est de sécher les voiles à poste. Hissées et bien bordées, elles sécheront en une heure ( vérifiez bien que les œillets soient secs eux aussi). Par petit vent, cela se fait très bien.

Le stockage des voiles de votre bateau

Si votre bateau doit être hiverné pendant une certaine période, le stockage des voiles doit se faire au sec ( évitez  le bateau l’hiver). Lorsque vous pliez les voiles, ne les serrez pas et ne marquez pas trop les plis ; changez de plis à chaque fois pour ne pas casser les fibres du tissu. Si elles sont humides, ne les laissez pas dans leur sac.

Une grand voile peut très bien être stockée sur sa bôme si elle est bien protégée et que le tissu peut respirer. Pensez à choquer les bordures et tout ce qui est sous tension.
Pour le génois, il est préférable de le déposer à terre. Les housses qui existent sur le marché ne sont pas l’idéal contre la pluie et le ruissellement. Si vous devez le laisser à poste, pensez, là aussi, à lâcher de la tension sur la drisse et les écoutes devront faire 3 à 4 tours autour de la voile.

Réparer une voile déchirée

voile de voilier

En navigation ou en escale, réparer une voile déchirée peut sauver une croisière ou une régate. Peut-on se débrouiller seul pour effectuer cette réparation?

Une voile déchirée est un incident assez fréquent. L’origine d’une déchirure peut être assez variée. Cela peut venir d’un accroc, sur les barres de flèche, par exemple, d’un pincement lors d’une prise de ris. Mais cela peut venir, tout simplement de l’usure de la voile, de son tissu. Certaines voiles seront plus fragiles que d’autres. C’est le cas, notamment des spis et gennakers.

Ce genre de mésaventure peut clairement avoir une incidence, sur le programme de la croisière. En régate, une voile déchirée peut obliger l’équipage à revoir ses ambitions. Cependant, réparer une voile déchirée n’est pas si compliqué que cela. Avec un peu de méthode et d’équipements, vous pourrez conserver votre programme et garder vos voiles quelques temps. En régate, ce sera une autre histoire…de marins.

Les solutions pour réparer une voile déchirée

Il existe deux solutions pour réparer une voile déchirée. La première consiste à sortir le kit de couture et à réparer la voile. Cette technique est fiable et durable, dans le temps. Dans le même temps, la couture n’est pas une activité maîtrisée par tous les plaisanciers, il faut bien le reconnaître.

Pour les allergiques à la couture, il y a le rouleau adhésif. En fait de rouleau adhésif, la réparation d‘une voile peut se faire avec des bandes de tissus autocollants. Ces bandes de tissus peuvent être en dacron, mylar, kevlar, insigna, et même en nylon pour les spis. Il existe aussi des versions Patch. Cette solution est beaucoup plus simple que la couture et dure très bien, dans le temps.

Les différentes étapes de la réparation d’une voile

La préparation

Avant toute chose, comme pour toute réparation, il faut préparer la voile. En effet, il est important de bien nettoyer la zone à réparer. C’est à dire, les environs de l’accro ou de la déchirure. Ensuite, vous devez commencer par mesurer l’accro, afin de couper deux morceaux de toile autocollante. Ils devront être  de tailles supérieures à celui-ci. Les morceaux doivent avoir des angles arrondis. Un peu comme pour les réparations de bouchains d’annexes et semi rigides.

répare voile

La réparation

Pour une réparation propre et durable, vous devez poser la voile sur un sol plan. La partie à réparer doit être bien tendue, afin qu’il n’y ait pas de plis. Les bords de la déchirure devront être bien alignés.

La deuxième étape consiste à appliquer la toile, sur la voile, en faisant bien attention à ce que les bords de la déchirure soient bien couverts, entièrement, et en débordant de plusieurs centimètres. Frottez bien la toile de réparation, la chaleur du frottement activera plus la colle.  Enfin, il ne reste plus qu’à répéter l’opération sur l’autre face de la voile, de sorte que les deux pièces soient superposées.

Le petit plus?

Le petit plus, d’après certains voisins de pontons, est de  coudre les pièces collées. C’est sûrement un plus mais je ne sais pas s’il y a vraiment une utilité. Ou alors, en réparation d’hiver. Cependant, j’ai une réparation qui a duré 4 ans, et sans doute plus…mais le bateau a été vendu. Dans tous les cas,  si vous souhaitez coudre la réparation, Il faut coudre le bord des deux pièces de tissus et ne pas tenter de coudre les bords de la déchirure.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aenean nec neque. risus consequat. Curabitur