L’équipement obligatoire sur un bateau en navigation fluviale

Naviguer sur un lac ou un fleuve demande de respecter certaines règles de sécurité, tout comme lors d’une navigation en mer. La réglementation sur l’équipement obligatoire, à embarquer sur votre bateau en navigation fluviale, est précisé dans la division 240 et a été mis à jour en 2016. Tour d’horizon du matériel nécessaire pour naviguer en règle.

La sécurité, sur un bateau, est primordiale. Si les risques, en mer, sont globalement assimilés, ce n’est pas toujours les cas en navigation sur les eaux intérieures. Pourtant, loin du cliché du marin d’eau douce, le plaisancier qui navigue sur les lacs et rivières de France, doit faire face à un environnement pas toujours bienveillant.

Les dangers de la navigation fluviale

Naviguer en eau douce n’est pas toujours de tout repos. Tous les skippers qui connaissent la navigation sur lacs vous parleront des coups de vent violents et soudains, sur le Lac Léman ou le Lac d’Annecy, entre autres. On ne compte plus les voiliers habitables renversés lors de belles journées ensoleillées, sur le lac Léman, et surpris par un coup de Bornan à plus de 100km/h.

Dans le même temps, si la navigation fluviale semble paisible sur les canaux bretons ou le canal du midi, elle peut vite s’avérer technique et sportive. L

es courants de certaines rivières peuvent vite devenir traitres et demander des manœuvres d’urgence comme sur la Seine, la Loire ou encore la Gironde. C’est notamment le cas dans les estuaires ou la marée a un impact sur les courants. Nous pouvons penser à La Vilaine ou à l’Odet, dans le Finistère, par exemple.

Enfin, sur une rivière ou un fleuve, vous ne naviguez pas seul. Le trafic peut parfois être dense. Ceux d’entre nous qui naviguent sur la Seine ou la Loire savent que le trafic des cargos, péniches et autres bateaux de plaisance demande une attention particulière. La navigation et les manœuvres, à certains endroits, comme au passage d’ouvrages d’art et autres écluses, peuvent parfois être compliquées.

Pour prendre en compte un environnement différent de la navigation en mer, la Division 240 a précisé l’armement obligatoire pour la navigation fluviale.

Les embarcations concernées par l’équipement obligatoire

Avant de lister l’équipement obligatoire à embarquer en navigation fluviale, il est important de définir les bateaux concernés.

Tout d’abord, nous allons mettre de côté les planches à voile, les kayaks, les canoës et autres paddles. Pour ces derniers, l’équipement se limitera à une aide à la flottaison, une combinaison voire un moyen de repérage lumineux pour une utilisation en eaux exposées ou sur le Lac Léman.

Après avoir mis de côté les embarcations ci-dessus, la réglementation va donc concerner les propriétaires des embarcations aux caractéristiques suivantes :

  • Embarcations d’une longueur comprise entre 2,50m et 34m.
  • Le produit largeur X Longueur X Tirant d’eau doit être inférieur à 100m².
  • Bateaux immatriculés ou non.

Des zones de navigations différentes

Tout comme les zones de navigation en mer, les autorités publiques distinguent plusieurs zones de navigations en eaux intérieures. Ces zones de navigation se différencient par leur exposition à certains risques, pour les plaisanciers. Il est très important de se renseigner sur la qualification de la zone sur laquelle vous naviguez.

  • Zone eaux intérieures abritées (Zones par défaut).
  • Zone eaux intérieures exposées. (Les estuaires, le Lac d’Annecy, Lac du Bourget, Lac de Guerlédan,… cf lien).
  • Lac Léman.

Suivant votre zone de navigation, vous serez amenés à embarquer un matériel plus ou moins important. Avant d’être obligatoire, cet équipement est surtout du bon sens. Vous ne serez pas exposés aux mêmes risques sur le canal de Nantes à Brest que sur l’estuaire de la Gironde.

L’équipement obligatoire pour la navigation fluviale

Avant de lire le tableau ci-dessous, une précision importante. Concernant l’équipement individuel de flottabilité. Ce dernier pourra être d’une performance de  50 newtons sauf si vous vous éloignez à plus de 3700 mètres de la rive. Dans ce cas, la performance du gilet devra être de 100 newtons.

 Eaux intérieures abritéesEaux intérieures exposéesLac Léman
Equipements individuels de flottabilitéXXX
Dispositif d’assèchementXXX
Dispositif de lutte contre l’incendieXXX
Dispositif de remorquage & d’amarrageXXX
Ligne de mouillageXX
Lampe torche ou moyen de repérage lumineuxXX
3 feux rouges à mainX
Moyen de signalisation sonoreX
Compas magnétique étancheX
Carte de navigation de la zoneX
Dispositif de repérage lumineux pour personne tombée à l’eauRecommandéRecommandéRecommandé
Trousse de secoursRecommandéRecommandéRecommandé
GaffeRecommandéRecommandéRecommandé

Combien coûte un armement de sécurité?

1
Photo de sac-armement-cotier-4-personnes-4water

Sac Armement côtier 4 personnes 4Water

Sac composé de:
– 4 brassières OCEA 100N
– 1 Bosse de mouillage
– 1 Lampe torche
– 1 Écope en plastique
– 1 Corne de brume
– 1 Pochette de 3 pavillons

2
Photo de sac-armement-cotier-6-personnes-plastimo

Sac Armement côtier 6 personnes Plastimo

Sac composé de
– Sac noir 110 litres
– 6 brassières Storm-3, tailles L et XL
– bouée fer à cheval orange + feu à retournement fixe
– extincteur à poudre 1kg, corne de brume, boule noire, écope
– bosse d’amarrage 30 m polypropylène, diamètre 10 mm
– pochette 3...

Ces prix ont été actualisés le 30/10/2020 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

2 réflexions au sujet de “L’équipement obligatoire sur un bateau en navigation fluviale”

  1. Bonjour,
    En 2017 avec mon équipière (pour la vie) avons effectué un superbe tour de France par les eaux intérieures et extérieures , partis de Nevers avec une super météo revenu à Nevers avec une bonne météo après 7 mois dans un Bluedjinn de chez B2 Marine.
    Effectivement il faut adapter la sécurité pour mer et fleuve, et c’a fait du matériel en plus, le Bateau ayant une capacité de 720 kg nous étions à 800 kg environ en eaux intérieures, pour la mer nous avons allégé au max.
    En eaux intérieures il faut protéger au maximum le bateau, amarrage , passage d’écluse, un moteur en PARFAIT état, des protections de coque de partout, un taud de soleil ou de pluie, 2 gaffes, des cordages de bonne dimension en grandes quantités, panneau solaire pour l’énergie, alimentation d’une glacière à compresseur, et tout et tout et tout… je ne le referai pas même si c’était fabuleux, trop dur et stressant sur les grands fleuves et le blocage des canaux par les algues. Ce fut une première, je laisse le soin à d’autre de réitérer ce parcours, où il faut avoir le culot de passer partout.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

suscipit at Lorem elementum et, consectetur tempus Nullam