Louisiane. Le premier catamaran de croisière rapide.

Le chantier Fountaine Pajot lance son premier catamaran de série en 1983. Le Louisiane annonce un vent nouveau dans le catamaran de croisière.

Dans les années 70 et au début des années 80, le marché du catamaran est tenu par des chantiers anglais qui proposent des multicoques de croisière, très confortables et marins, mais ou le plaisir de la voile est complètement absent. Les multicoques du moment, comme le Snowgoose du chantier Prout, sont des catamarans lourds et incapables de remonter au près. Une autre culture du multicoque. Lorsque le Louisiane du chantier Fountaine Pajot est présenté au public, en 1983, c’est presque une révolution.

brochure louisianeLe multicoque commence à prendre sa place grâce au géni de Eric Tabarly et des architectes qui se lancent dans des dessins à la conquête de record. Michel Joubert et bernard Nivelt sont de ceux là. Ils sont à l’origine, entre autre, des catamarans Royal et Charente-Maritime.

Le chantier Fountaine Pajot, qui a justement construit ces deux catamarans, souhaite se lancer dans la construction en série. Le chantier veut lancer un catamaran de croisière, de 11 mètres, rapide et facile, pour la croisière. C’est assez logiquement que le chantier se tourne alors vers le cabinet Joubert-Nivelt.

Le Louisiane est présenté au grand public en 1983. Ce nouveau multicoque de croisière va vite faire du bruit. Il ne ressemble, effectivement pas aux standards de l’époque. Son franc bord peu élevé par rapport aux unités déjà présentes sur le marché et son poids ultra light, 4360kg, attisent les curiosités. Le bateau, plus bas sur l’eau et plus élancé que ses concurrents, lui donne un physique plus sportif.

Un catamaran rapide et facile

Et, effectivement, ce sera le cas. Ce catamaran marche très bien par tous les temps. Même si maintenant, il est dépassé en termes de vitesse. Son système de dérive, remplacé par des quilles lui confèrent, en plus, de belles capacités à remonter au près. Son seul point faible, en navigation, est sa nacelle. Celle-ci étant basse, la mer à tendance à venir frapper, notamment au près.

Au niveau de la construction, le bateau est construit en sandwich pour un gain de poids. Avant d’acheter une telle unité, il est donc conseillé de sonder la coque afin de contrôler des éventuelles entrées d’eau. Sur les 90 unités sorties du chantier, les défauts des premières unités ont vite été repris par le chantier et les Louisianes présents sur le marché de l’occasion ne connaissent pas de soucis structurels excessifs. Les finitions du chantier, à l’époque, étaient plutôt légères. Une révision pourra être à envisager. Enfin, le bateau était livré avec un moteur hors bord…

A l’intérieur

brochure louisianeLe volume du Louisiane n’a pas grand-chose à voir avec un multicoque d’aujourd’hui. Déjà, à l’époque le confort n’était pas sa priorité. Le carré est séparé des cabines, dans les coques. Pour y entrer, il faut sortir du carré et passer par le cockpit. Les cabines arrières patissent un peu du travail sur le dessin des coques. Malgré cela, c’est un catamaran très bien pensé pour la croisière, confortable en navigation, comme au mouillage. Seul le cockpit peut paraître vraiment petit. Pour le prix d’un monocoque plus récent, on bénéficie de beaucoup plus de volumes avec deux cabines doubles, deux simples et un carré agréable.

caractéristiques

Longueur de coque (m)11
Largeur de coque (m)6
Type d’appendiceDérive ou ailerons
constructionsandwich
Tirant d’eau max (m)1.65
Tirant d’eau min (m)0.4

 

Déplacement lège (kg)4300

 



1 Rétrolien / Ping

  1. Louisiane. catamaran première génération - Boating Ads Boating Ads

Laisser un commentaire