La sécurité en mer. Episode 1

phare en mer

La mer est un environnement dangereux. Si le soleil estival nous le fait oublier, la mer peut savoir se rappeler à nous. Afin de naviguer serein, quelques règles de sécurité sont indispensables.

La sécurité en mer passe par l’équipement obligatoire à embarquer à bord d’un bateau. Mais ce n’est pas que cela. La sécurité en mer, c’est connaitre son environnement, anticiper et maitriser les bons gestes afin de réduire le risque au maximum.

Pour nous parler de sécurité en mer, nous accueillons Marc HELARY, formateur et dirigeant d’ Infornav. Marc HELARY, ancien sapeurs-pompiers et bénévole à la SNSM, accompagne, au sein de son agence, les plaisanciers dans une démarche de prise de conscience, d’analyse et de réponse appropriée aux risques liés à la croisière au large. Pour lui la sécurité passe par la prévention et la prévision. La traduction de cela est la sécurité passive et la sécurité active. Marc HELARY nous explique que « dans la sécurité passive il faut prévoir le risque en prenant des précautions avant toutes choses. Et dans la sécurité active, il faut agir une fois le risque arrivé avec des moyens de prévention adaptés à toutes les situations (voie d’eau, incendie, homme à la mer…) ».

Nous allons commencer cette mini série par la sécurité passive.(le texte ci-dessous est écrit par Marc HELARY).

La sécurité passive, définition

C’est l’ensemble des mesures prises pour éviter la naissance d’un risque. Ces mesures concernent en grandes parties les notions de :

Météo et Marée

Matériel embarqué à bord

Manoeuvres de port

Règles de barre et de route

Balisage maritime

Mouillage

En 2015 sur la façade atlantique, nous avons eu à déplorer 9 morts dont 5 plaisanciers, mais aussi, 77 blessés avec déroutement,  10 blessés avec soins à bord sans déroutement, 20 évacuations médicalisées et 34 évacuations sanitaires.

La météo

La météo, les marées ont forcement une incidence sur la navigation. En tant que bénévole également à la SNSM, il arrive trop souvent que les navigateurs plus ou moins chevronnés talonnent à deshelicoptére securité en mer marine nationale endroits ou il aurait fallu apporter une attention toute particulière du fait de la marée descendante. En période estivale, c’est presque tous les jours. Il est très important de connaître les notions de calculs de marée surtout lorsque nous avons des marnages supérieures à 5 mètres.

La météo, peut prévenir également de situations complexes parfois. Avant d’aller naviguer et de manière préventive, prenez soins de prendre votre météo suffisamment à l’avance. Il existe aujourd’hui beaucoup de sites internet pour vous permettre de préparer votre navigation en sécurité. Le mieux étant de comparer au minimum 2 sites pour valider les informations données. Sans oublier bien sûr, le jour du départ de vérifier la véracité des informations afin qu’elles puissent coller à la réalité.

Le matériel

Le matériel embarqué à bord doit être conforme à la règlementation nautique. Attention, cette bouee de sauvetagerèglementation évolue sans cesse pour le bien-être des plaisanciers et des professionnels sans oublier. La liste de matériel n’est pas exhaustive, il convient avec beaucoup de bon sens de l’améliorer à votre guise. Par exemple, le miroir de signalisation ayant disparu des obligations règlementaires est toujours présent dans mon matériel de sécurité à bord, et ce n’est pas pour la place que ça prend !!!

Je suis intimement persuadé que beaucoup de plaisanciers sont frileux à l’idée de sortir du port à partir de force 5 à 6 beaufort, je parle plus précisément des manoeuvres de port du départ et de l’arrivée. Quel stress souvent ces manoeuvres !!! Il faut savoir composer et se servir justement du vent comme l’un de vos équipiers fidèle, celui qui va vous appuyer sur l’étrave du bateau pour vous aider dans votre manoeuvre. Hors bien souvent, c’est le contraire qu’il se passe, à en juger des cris alarmant des skippers parfois trop autoritaires sur leur équipage.

Les permis

C’est vrai, pas besoin de permis pour les voiliers, seulement pour les bateaux à moteur. Alors que font nos plaisanciers d’un jour quand ils veulent naviguer sur un bateau sans permis de plaisance ? Ils louent un voilier et oui !!! Autant vous dire que la caution souvent y passe par la même occasion, certes. Vous connaissez le prix d’1 heure de remorquage par la SNSM ? 600 euros de l’heure, oui l’addition pourrait être un peu salée à la fin de la journée entre la caution le remorquage et tout ça qui aurait pût être évité parfois avec quelques connaissances règlementaires transmises à la formation d’un permis de plaisance option côtière et notamment sur le balisage maritime.

Le mouillage

Et le mouillage : l’art de mouiller un bateau avec la précaution de ne pas déraper. C’est certainement une phase importante ou il faut savoir analyser la situation du début à la fin de la manoeuvre. Souvent le simple fait de jeter l’ancre pour certains suffit à se dire que le bateau est mouillé, mais non !!! la procédure de mouillage est bien plus complète et demande une appréciation de toutes les phases.

Pour toute demande d’information ou si vous souhaitez une formation, contactez Marc via le site Infornav.



1 Commentaire

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.