Croisière, de La Rochelle à Royan

port de La Rochelle

Alain Tribord nous invite à naviguer sur son terrain de jeu favori, de La Rochelle à l’Estuaire de la Gironde. Cette mini série commence par une croisière de La Rochelle à Royan.

Alain, en tant que navigateur expérimenté et observateur de son environnement nous invite à une croisière dans les Pertuis jusqu’à l’estuaire de la Gironde. Il commence par une première étape. Une croisière, de La Rochelle à Royan.

Départ de La Rochelle

Une période de beau temps est annoncée. Si, Monsieur, ça arrive ! En cette fin d’hiver perturbée par les coups de vent successifs, les pluies incessantes et les inondations qui en découlent (forcément), je te propose de rêver un peu en préparant ta prochaine navigation de La Rochelle à l’Estuaire de la Gironde. Ce n’est pas une virée couramment pratiquée, mais elle sait te réserver bien des émotions. Je te conseille de quitter le port des Minimes ou le Vieux Port au début de la marée descendante et de t’engager dans le Pertuis d’Antioche dont tu peux mesurer l’étendue entre l’île de Ré, l’île d’Oléron et, tout au sud, l’île d’Aix, un bijou “Aix”ceptionnel. Ta première marque de parcours sera la tour noire et rouge du Lavardin, à laisser à tribord ainsi que sa bouée sud. Tu te trouveras peut-être dans le trafic des cargos ou des paquebots rejoignant le port de commerce. Reste prudent, ces mastodontes ne plaisantent pas avec nos coques de noix !

l’Ile de Ré et ses amers

Tu reconnaîtras aussitôt après la silhouette blanche à tête rouge du phare de Chauveau, bien apprécié par lesChauveau pêcheurs à pied et un peu moins par les quelques plaisanciers imprudents qui y ont réalisé un échouage malgré eux.

Tu pourras longer la côte sud de Ré, marquée par des amers tels le centre de thalasso ou le clocher de l’église de Sainte-Marie, mais il te faudra ensuite mettre le cap sur la sortie du Pertuis marquée par le petit phare d’Antioche planté au milieu des rochers (pour les bars, c’est LA bonne adresse) et le phare de Chassiron, blanc rayé de noir.

L’océan Atlantique

Tu vas commencer à ressentir les effets de la houle en t’approchant de cette sortie qui marque aussi l’entrée dans l’Océan Atlantique et son Golfe de Gascogne, réputé pour la force de ses vagues. Mais pour cette navigation-là, on a déjà dit que la fenêtre météo était sympa. Il semble pourtant interminable, ce franchissement de porte, tant Chassiron reste présent dans ton champ de vision ; il semble te dire “bon vent et reviens-me voir bien vite !”

L’Ile d’Oléron

Un bon vent d’est-sud-est à ouest-sud-ouest te garantis un bon reaching et plus si affinités vers un peu plus de nord avec la joie d’envoyer le spi pour longer la côte ouest de l’île d’Oléron en naviguant plein sud. Ne t’amuse pas trop à raser les cailloux présents sur cette partie nord-ouest de l’île, notamment à la pointe de Chaucre ou celle de Chardonnière. Aux jumelles tu pourras apprécier l’invitation des plages encadrant ces redoutables écueils.

Et puis tu vas constater que la côte s’échappe un peu en prenant une orientation NW-SE, c’est là que deux options se présentent : soit tu suis la côte, sois tu continues plein sud. Le premier choix te conduiras à passer devant le port de la Cotinière, le grand port de pêche d’Oléron, premier en Charente-Maritime et remarquable par la diversité des espèces pêchées, dont l’emblématique céteau, apprécié des petits et grands. La Cotinière n’accueille pas les bateaux de plaisance, sauf en cas de nécessité. Un de mes amis a pu d’ailleurs apprécier la qualité de l’accueil des pêcheurs alors qu’un BMS était annoncé et qu’il y avait trouvé refuge.

Bancs de sables

Il sera temps à ce moment-là de revenir à la deuxième option et de penser à lâcher définitivement la côte et ses longues plages pour éviter les bancs de sable qui marquent l’entrée du Pertuis de Maumusson. Ce passage est réputé -à juste titre- très dangereux et n’est pratiqué que par quelques marins mi-fêlés, mi-kamikazes.

Banc de la MauvaiseBanc de la Mauvaise : tout est dit dans son nom. Alors tu la déborderas largement, t’éloigneras du phare de La Coubre et tu viseras sagement les bouées numéros 1 et 2 en remarquant sur ton tribord la bouée d’atterrissage BXA qui marque l’entrée du chenal pour les bateaux venant du large. En fonction des conditions de météo et de houle, tu vas faire, cap ESE, une descente spectaculaire mais sans danger, avec à bâbord les déferlantes du Banc de la Coubre et à tribord les agitations du Banc de Montrevel et un peu plus loin celles des Battures de Cordouan. Dans le nez du bateau, le radar et les feux de la Palmyre (son zoo, son Club Med), l’immense étendue de sable de la grande côte et un peu plus bas le Phare de Terre Nègre à partir duquel la côte rocheuse se couvre de villas de bord de mer construites après les bombardements de la dernière guerre mondiale de 39-45 dont quelques blockhaus subsistent encore sur la plage de Saint-Palais.

La Côte de Beauté

C’est la Côte de Beauté ; elle porte bien son nom et offre alternativement ses petites falaises et ses nombreuses conches abritées aux baigneurs de la belle saison. C’est un régal de naviguer sur ce littoral plutôt animé et fréquenté par les bateaux des ports environnants. Après la conche de Pontaillac, reconnaissable parce que coupée au tiers par son Casino, voici la conche du Pigeobxannier puis celle du Chay, juste avant la pointe du même nom.

Tu auras pris le temps de préparer tes aussières et pare-battages, car voici que se présente le port de Royan, caché d’abord par la gare maritime d’où partent les bacs pour rejoindre la pointe de Grave, en terre médocaine. En admirant la belle étendue de la Grande Conche de Royan, il te faudra néanmoins serrer le long de la jetée pour suivre correctement le chenal d’accès et atterrir, après neuf à douze heures de mer, à l’emplacement indiqué par la Capitainerie.

 

Royan, c’est le camp de base vers un estuaire prometteur, riche et varié. Et ça fera l’objet d’un prochain récit.

Port de Royan



A propos Alain Tribord 2 Articles
Alain est connu sous le nom d'Alain Tribord. Ce marin blogueur aime naviguer le long des côtes atlantiques. Entre deux livres et deux matchs de Rugby. son blog est très populaire. retrouvez le ici: http://navigplaisance.canalblog.com

5 Commentaires

  1. Petits tirants d’eau on passe à l’ouest d’ Oleron ( prudence les parcs à huîtres sont omni présents) la passe c’ est à pleine mer, quel plaisir de patienter à la pointe de Gatseau.
    Alain vous arrête à Royan, mais tenter la Palmyre.
    Bon vent

  2. Pour l’entrée en Gironde, se présenter dans les passes à l’étale de basse mer, ça permet de gagner du temps en profitant du flot et d’éviter une mer « agitée » par vent contre courant. (Pour la sortie idem, éviter de se retrouver à mi-marée descendante dans les passes quand ça souffle un peu).

  3. Pertuis de Maumussson: il suffit de ne pas passer n’importe où, n’importe quand, et à n’importe quel moment ! C’est ça la navigation …

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.