Les règles de courtoisie en bateau

voiliers au port

Les règles de courtoisie en bateau, c’est bien plus qu’un pavillon. Voici quelques habitudes à prendre pour mieux vivre ensemble en bateau, notamment au port ou au mouillage.

La navigation en mer est régie par des règles. Certaines, comme les règles de priorité, sont écrites et clairement énoncées dans le Réglement international pour prévenir les abordages en mer, par exemple. D’autres, sont issues du bon sens et de savoir vivre ensemble comme les règles de courtoisie. Il existe plusieurs règles de courtoisie en bateau qu’il est impératif de respecter. Ces règles concernent, notamment, l’arrivée et la vie au port.

Ces règles sont indispensables pour le bien vivre ensemble. En effet, dans un port, le bruit, les aller-venue et les différentes activités peuvent vite devenir insupportables si certaines règles ne sont pas respectées. C’est pour cela que, si elles ne sont pas écrites, un plaisancier se doit de respecter quelques règles de courtoisie en arrivant au port, pendant l’escale et avant de larguer les amarres.

L’arrivée au port

La courtoisie commence dés votre arrivée dans le chenal. Tout d’abord, vous devez contacter la capitainerie du port,voilier dans un chenal par VHF, afin d’informer le port de votre arrivée. Ensuite, respectez la limite de vitesse, dans le chenal. En effet, cette dernière n’est pas mise en place pour rien. Elle permet de garantir la sécurité des embarcations et de laisser le temps aux plaisanciers de faire leurs manoeuvres. Il n’est pas rare, surtout l’été, de voir des voiliers pousser les moteurs, dans le chenal. Sans doute pour se garantir une meilleure place au ponton visiteur ?

Enfin, pensez aux équipages, à bord des bateaux amarrés qui n’ont pas envie d’être secoué par les remous produits par votre passage.

L’amarrage

Lorsque vous arrivez près de votre place, ou de la place visiteur qui vous a été attribuée, anticipez bien votre manœuvre. La courtoisie commence déjà par bien préparer votre arrivée au port. En effet, vos voisins de pontons ne seront peut-être pas disponibles pour vous aider ou protéger leur bateau.

Dans le même temps, que le skipper qui n’a jamais loupé une manœuvre lève la main… En effet, manœuvrer un bateau n’est pas toujours simple. Inutile donc de crier sur votre conjoint, à l’autre bout du bateau. Le capitaine de bord est toujours responsable. Enfin, restez discrets dans vos manœuvres, vos voisins dorment peut être.

amarres bateauUne manœuvre demande plus de savoir vivre que les autres. C’est l’amarrage à couple. C’est-à-dire s’amarrer à un autre bateau, en bout de ponton ou le long d’un quai. Tout d’abord, l’amarrage doit se faire dans le même sens que celui du bateau déjà amarré. Si la courtoisie veut que l’équipage du bateau déjà amarré aide l’arrivant. C’est bien au dernier d’effectuer les manœuvres. Elles commencent par protéger les deux coques avec ses pare-battages et d’établir ses propres amarres. L’équipage arrivant doit penser aux amarres, aux gardes ainsi qu’aux amarres frappées au quai. Attention de faire en sorte que les mâts ne se touchent pas s’il y a du roulis.

Après avoir terminé vos manœuvres, tous le mou des amarres doit être ramené à bord. Ne laissez rien sur le quai ou le ponton.

Pendant l’escale

Pendant l’escale, quelques bonnes habitudes de savoir vivre vous permettront de vous faire des amis et, éventuellement d’être invité à bord pour l’apéro. Par exemple, nous parlions de l’amarrage en couple. Pour débarquer, il est impératif de passer, en avant du mât du bateau voisin. Au retour de la ballade à terre, pensez enlever vos chaussures ou nettoyer vos semelles, pour ne pas faire de traces sur le pont.

Utilisez les toilettes du port, plutôt celles du bord. En effet, entre les déjections à la surface de l’eau ou le broyeur qui se met en marche, il y a plus discret. Enfin, pour la vaisselle, faites de même, utilisez les sanitaires de la capitainerie.

Concernant le bruit, en plus de la discrétion de l’équipage, il y a la discrétion du bateau. Certains bruits peuvent vite devenir très pénibles. C’est le cas, par exemple des drisses contre le mat. Pensez, alors, à écarter les drisses du mât pour qu’elles ne battent pas. C’est aussi le cas de l’éolienne, qui devra rester bloquée. L‘idéal, au port, est de charger la batterie avec un chargeur de quai. Ce sera moins bruyant que le moteur.



Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.