VHF, faire le bon choix

vhf IC-M605EURO_icom

Le choix d’une VHF, sur un bateau, est fonction de son programme de navigation et des besoins de communication. Comment faire le bon choix?

Sur un bateau, en plus d’être un moyen de communication, la VHF est un équipement de sécurité indispensable, voir obligatoire. Une VHF permet de communiquer d’un bateau à l’autre, bien évidemment. Mais elle permet aussi de communiquer avec la terre, les capitaineries, les sémaphores et les CROSS. Enfin, en veille sur le canal 16, elle permet de recevoir les bulletins météo et de recevoir tous les messages d’alerte et de détresse.

Il existe de nombreux modèles sur le marché. Effectivement, les fabricants proposent des solutions à tous les prix et avec des fonctions variées. On retrouvera des VHF portables ou fixe, avec ou sans combiné déporté. Certains modèles peuvent même proposer des options comme l’ASN, l’AIS,…

Choisir la bonne VHF sera fonction de son programme de navigation. En effet, les besoins ne seront pas le mêmes en équipage ou en solitaire, en navigation côtière ou au large. Enfin, certaines zones de navigation très fréquentées nécessiteront des modèles équipés de l’AIS. Le système AIS permet de transmettre, via un émetteur, des informations aux autres navires, comme sa position, son cap et sa vitesse.

La réglementation sur la VHF

Les différentes obligations liées à la réglementation dépendent de la zone d’utilisation de la VHF. Depuis le 1er janvier 2017, la division 240 précise qu’une VHF fixe est obligatoire pour toute navigation semi-hauturière. C’est à dire pour toute navigation au delà de 6 milles. L’installation n’est pas obligatoirement équipée de la fonction d’appel sélectif numérique (ASN).

Le permis?

Pour l’utilisation d’une VHF portable, d’une puissance maximale de 6 watts sans ASN, il n’y a plus d’obligations. Effectivement, il n’est plus nécessaire de passer le certificat restreint de radiotéléphoniste (CRR). certificat que nous avons tous bien évidemment… Aucune qualification spécifique n’est exigée.
anfr logoPour l’utilisation d’une VHF portable ASN de plus de 6 watts ou d’une VHF fixe, avec ou sans ASN, on retiendra deux cas. Dans un premier temps, des connaissances théoriques et pratiques, nécessaires pour l’utilisation de la VHF, sont désormais intégrées dans le programme de formation ainsi qu’à l’examen du permis de conduire de bateaux de plaisance. Concrètement, un titulaire du permis plaisance peut donc utiliser une VHF, fixe ou portable, dans les eaux nationales maritimes ou intérieures sans avoir à passer un examen supplémentaire. Les titulaires d’un permis plaisance délivré avant l’entrée en vigueur de cette réforme peuvent utiliser la VHF dans les mêmes conditions.
Dans un second temps, les plaisanciers non titulaires du permis plaisance restent soumises à l’obligation de posséder un CRR. Ce qui est le cas de nombre de propriétaires de voiliers.

L’ASN

L’ASN, comme Appel Selectif Numérique, a été conçu, à ses débuts, pour les navires de commerce et de pêche. L’objectif était de pouvoir envoyer rapidement des messages de sécurité. Ce système s’est maintenant généraliser dans la plaisance. Son fonctionnement est assez simple. Pour pouvoir utiliser une VHF équipée du petit bouton rouge ASN, il faut tout d’abord posséder un numéro MMSI, qui permet d’identifier le bateau, et de connecter cette VHF à un GPS.

En appuyant sur le bouton, un message sera envoyé au CROSS, ainsi qu’aux bateaux équipés de VHF ASN à portée d’émission. Celui ci comportera l’identifiant du bateau, la position de celui ci ainsi que la nature du sinistre.

La VHF portable

Posséder une VHF portable à bord de son bateau est indispensable. En effet, sur un petit voilier effectuant des navigations à la journée, dans la zone des 6 milles, elle sera suffisante. Dans le même temps, elle sera aussi fort utilevhf-portable-hx-300e-standard-horizon pour des navigations plus lointaines, voir en solo. En posséder une , à portée de main dans le cockpit, rendra de nombreux services. Elle permettra de communiquer facilement, sans avoir à retourner à la table à carte, lors de l’arrivée au port, ou dans une zone de forte fréquentation. Enfin, on pourra l’emporter sur l’annexe voir…sur le radeau de survie.

Il existe de nombreux modèles de VHF portable. Tous les modèles seront étanches, de IPX4 à IPX8, c’est un minimum. Leur puissance variera de 5 à 6 watt, soit une portée de moins de 6 milles dans tous les cas. Enfin, leur autonomie sera, en général, de moins de 15 heures en données constructeur.

Certaines marques proposent des VHF portables de plus en plus performantes. Certains modèles embarquent maintenant des flashlights, le bluetooth et l’ASN.

La VHF fixe

Les VHF fixes sont obligatoires, depuis janvier 2017, à plus de 6 milles. Leur portée peut aller jusqu’à 30 milles, pour les modèles les plus puissants. Elles sont souvent installées près de la table à carte, dans le carré. Cependant, certains vhf-icom-ic-m411fabricants proposent maintenant des modèles étanches, pouvant facilement être installé dans le cockpit. Un  vrai plus. Dans ce même esprit, certains modèles de VHF fixes proposent un combiné déporté. L’équipier, dans le cockpit, pourra donc le conserver avec lui.

Il existe de très nombreux modèles sur le marché. De la VHF la plus simple à celle embarquant la connexion GPS, l’AIS,… Les fabricants proposent généralement des modèles fixes systématiquement équipés de l’ASN.

Certaines VHF se connectent maintenant à un lecteur de carte ou un PC, voir une tablette. Cela à l’avantage, par exemple, pour celles équipées d’AIS, de visionner les données sur une carte.

Le message de détresse à respecter

Il est important, en cas d’urgence, de respecter la procédure d’appel ci dessous. Le respect de celle ci permettra une bonne compréhension des besoins.

PANPAN PANPAN PANPAN
Message d’urgence concernant la sécurité du navire ou de personnes à bord.

MAYDAY MAYDAY MAYDAY
Message de détresse : danger grave et imminent indiquant un péril pour le navire et tous ses occupants, demande d’assistance immédiate.

Enfin, le message doit également préciser :

  • le nom du navire répété 3 fois
  • la position du navire
  • la cause de l’appel
  • les secours demandés et les intentions des passagers

 



1 Rétrolien / Ping

  1. Portsmouth, une escale pleine d'histoire - Mers & Bateaux

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.